AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

Que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ! [Genesis/Milo] FLASHBACK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs abandonnés
MessageSujet: Que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ! [Genesis/Milo] FLASHBACK Sam 29 Avr - 11:22

Qu'elles ma'arrachent ma vertu-u-u !





Genesis & Milo
J’cours comme un dératé dans les couloirs, brandissant une feuille de papier à la main. C’est un grand jour historique : Hadès et moi venons d’être invités à une fête des Serpentard ! Et ouais ma gueule, t’as vu qu’on on pèse dans le game ? Des nouvelles comme ça, ça n’arrive pas tous les jours ! Je courrais dans les couloirs poussant tout le monde sur mon passage : il fallait que je trouve Hadès. J’étais bien trop euphorique à l’idée de lui annoncer cette nouvelle pour faire attention aux petits premières années qui tombent à la renverse suit à mon passage : c’est pas grave, ils vont s’endurcir. Je vole dans les escaliers, plus rien ne peut m’arrêter ! Quand Hadès va savoir ça ! J’arrive comme une furie dans les sous-sols, j’aperçois Hadès au bout du couloir prêt à rentrer dans la salle commune.

« HADEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEES ! ATTEEEEEEENDS !!! »

Je cours comme si ma vie en dépendait. C’est quand même fou comme certaines petites choses de la vie peuvent vous rendre heureux. Des petites choses qui n’auront plus aucune signification lorsqu’on sera adultes et grincheux. Et là, d’autres petites choses feront notre bonheur. Des choses toutes aussi importantes que lors de nos 16 ans.

« TU SAIS PAS QUOI ! »

J’arrive en fait à sa hauteur, je suis à bout de souffle. A chaque respiration, j’ai l’impression de respirer du feu. Mes poumons me brûlent. Je m’appuie sur mes genoux, j’essaie de maîtriser mes inspirations. Je lui fais signe d’attendre d’un geste de la main.

« C’est…Un….Truc…De…Dingue. »

J’en peux plus, achevez-moi. Je me laisse tomber sur le sol, putain qu’est-ce que je ne ferais pas pour lui. Attendre ? Comment ça j’aurais pu attendre ? Non ! Une telle nouvelle n’attend pas ! Je roule des yeux et lui fait signe qu’il est devenu complètement fou : je ne sais pas attendre et ce genre de nouvelle n’attends pas ! Hadès me regarde et attend que j’aie terminé mon petit cinéma. Estimant que j’avais repris mon souffle correctement et que j’avais bien capté son attention, je me relève et je brandis la feuille de papier toute chiffonnée dans un geste de victoire :

« Toi et moi on est invités ce soir à une fête chez les Sepentard, vieux ! »

Au début, il ne m’a pas cru. J’ai eu du mal à le convaincre de l’authenticité de ce papier. D’ailleurs, il avait raison : depuis quand les Poufsouffle étaient invités chez les Sepentard ? Je lui ai répondu qu’il fallait un début à tout et que ça s’annonçait être la meilleure soirée de l’année. Au fil de la journée, nous avions appris que nous étions les seuls de notre groupe d’amis à être invités. J’ai préféré de ne pas demander à Crystal, elle allait sans doute encore me faire une scène et me martyriser. Je suis qu’une victime.

Le soleil fini par rapidement ce coucher. Lors des saisons plus fraiches, la salle commune était bondée. Ça m’écorche le cœur de devoir laisser mes amis ce soir, dans un sens j’aurais préféré qu’ils nous accompagnent, qu’on mette le feu à cette soirée tous ensemble mais les Serpentards en avaient décidé autrement. En nous préparant à cette soirée, d’autres garçons de notre dortoir étaient eux aussi invités. Nous partagions ensemble cette exaltation, nous ne serions pas seul si les choses dégénèreraient. On ne sait jamais de quoi les serpents sont capables avait dit l’un d’entre eux.  Nous débarquons à cinq dans la salle sur demande qui avait été transformé pour l’occasion. La fête sembla avoir commencé depuis un moment, les étudiants étaient méconnaissables derrière leurs masques. Nous ne parvenions pas à distinguer leur maison d’origine sous leurs déguisements. Halloween s’annonçait festif ! La plupart des filles avaient atteint un niveau de sexytude avancé. Leurs costumes d’Halloween étaient cours et poser mes yeux sur leurs corps ainsi dévoilés me donnait l’envie de toutes les avoir pour moi.

« Putain, vieux, j’adore les Serpy. » dis-je en donnant un claque dans le dos d’Hadès. Je m’éloigne de lui, vers le bar et me sert un verre en saluant des étudiants qui me sont familiers. Mon déguisement de Superman moule mes bras musclés et je me sens un peu à l’étroit. Mes parties me hurlent de les libérer, saoul, j’arriverais sans doute à passer outre cette oppression désagréable. Alors sans hésiter, je fais quelques culs secs avec des gars qui me semblent inconnus, nous rions ensemble, nous apprenons à nous connaître autrement. Mes sens ne tardent pas à être moins en éveil et mes réflexes s’amenuisent. L’alcool fait son travail, je ne remarque même plus que je porte un costume trop serrant. Guilleret, je m’élance sur la piste de danse et agite mon corps sur le rythme de la musique. Des sons électroniques et des voix graves m’ensorcellent. Je distingue des formes autour de moi et danse avec elles. Je pose mon front sur certaines d’entre-elles, elles en profitent pour poser leurs mains sur moi. Ces ombres sont aguicheuses et terriblement attirantes. Les ombrent ondulent autour de moi, toutes en rythme. Je souris, je m’esclaffe. La soirée et belle. Puis la musique change, la lumière aussi. Des éclairs semblent traverser la pièce et des sons bruyants font trembler les murs, ensemble, nous sautons. Nous ne formons qu’un. Tout le monde est accordé et puis le rythme s’accélère et tout le monde se pousse. Les globules se déchaînent. On crie, on se marre, inconscients du danger que peut représenter ce genre de pratiques. Je me retrouve plus d’une fois écrasé entre deux corps, qu’importe, c’est marrant. La musique se déchaine, les danseurs aussi. J’ai perdu de vue Hadès depuis un moment mais je ne me tracasse pas, il doit lui aussi s’éclater de son côté. On m’apporte une bière, je trinque et je hurle :

« EST-CE QUE VOUS ÊTES CHAUUUUUUUUUUUUUUUDS ?! »

Une arme massive composée de diverses voix rugit au-dessus de la musique. Cette unité me procure des frissons. En cœur, tout le monde réponds à mon appel. Il est évident que la soirée ne fait que commencer et je compte bien profiter de chaque minute. Des bras encerclent mon cou, je retourne au centre de la piste, accompagné. Je pose mes mains sur ses hanches et glisse mes lèvres dans son cou. Alors que les choses devenaient intéressantes, nous sommes séparés par la masse qui  reprit sa chorégraphie solidaire. Je me joints à eux, j’aurais sans doute d’autres occasions plus tard.

Je sors de cette foule quelques minutes, j'ai besoin de prendre l'air. Je meurs de chaud. je me poste près de la fenêtre, prends une bière qui traîne sur une table et je me réhydrate. Le vent frais contre ma nuque sèche les perles de transpiration qui coulent dans mon dos. Ça fait du bien. J'me sens bien ici. Et les Serpy m'ont une fois de plus prouvé que les apparences sont trompeuses. Putain, j'les aime. J'veux les épouser. J'veux marier tout le monde. Oh oui, nous serions tellement heureux ! Les Serpy et moi ! Ensemble, pour toujours ! Je ressens soudainement le besoin d'exprimer mon amour à tout le monde. Alors j'attrape la première fille qui passe et je pose mes lèvres sur les siennes.

La rousse semble surprise mais je lui dit : "J't'aime tu sais ? J'vous aime tous ici. Vous êtes merveilleux."

La prochaine fois, j'éviterais de boire des verres que je n'ai pas été chercher moi même au bar. Mon mal de crâne du lendemain allait sans doute me pousser à rester dans mon lit. Le mélange alcool et drogue n'est pas conseillé.


© A-Lice | Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ! [Genesis/Milo] FLASHBACK Lun 1 Mai - 19:45

Que je sois nue et que je me jette sur lui

ft. ...
... mots

Quelques heures plus tôt, Genesis n'était pas encore poitrine nue, agitant ses hanches sur une table, balançant son visage en arrière, un large sourire teinté d'émeraude aux lèvres.

Non.

Encore en début d'après-midi la jeune fille hurlait dans sa planque près du lac noir, elle avait déjà une flasque de vodka à la main mais ne ressentait pas encore la douce frénésie de l'ecstasy parcourant ses veines. Des éclairs jaillissaient de sa baguette pointée en l'air tandis qu'elle frappait le sol de ses talons, remuant petit à petit la pelouse jusqu'à former une sorte de trou.
Depuis la rentrée ses crises étaient intenses, s'en cacher devenait de plus en plus compliqué et la jeune fille n'appréciait pas voir de la crainte sur les visages des gens croisant son regard. Elle préférait de loin l'admiration.

Une nouvelle lampée d'alcool et elle poussa un dernier cri, si elle n'avait pas eu tant à faire dans la journée elle l'aurait certainement passée près du lac à boire seule mais cette nuit était spéciale. En temps normal Halloween était sa célébration préférée de l'année, les visages qui se masquent, les personnalités qui se redessinent pour une soirée de débauche. Comme d'habitude c'était aux Serpentards l'honneur d'organiser la meilleure nuit de l'année et comme les années précédentes, Genesis avait décidé de tout contrôler.

Elle traversa le parc en se recoiffant, espérant ne pas avoir de maquillage partout et rangea sa flasque dans la poche intérieure de sa cape. Dès qu'elle passa les portes du château elle sût qu'elle aurait mieux fait de rester derrière son buisson. Satine lui tomba dessus avec un air navré qui n'apportait rien de bon et dès qu'elle annonça la triste nouvelle, Genesis dû de nouveau canaliser la crise qui montait en elle.

_Genie..., entama son amie, Il y a eu une petite erreur au niveau des invitations.
_Tu as encore confondu les premières et les septièmes années ?, soupira l'adolescente.
_Pire... On a invité des Pouffys.

Les yeux de l'héritière s'écarquillèrent tandis qu'elle ressortit rapidement sa flasque pour en vider le contenu, il lui fallait au moins ça pour digérer la nouvelle. Ce n'était pas tant que les Serpentards ne supportaient pas les Poufsouffles mais... Si. Leur exubérance donnait la migraine à Gene qui visualisait déjà des gamins prendre leur première cuite et vomir contre le bureau de leur directrice. La rousse se pinça le nez en fermant les yeux, avec un peu de chance, la plupart des indésirables n'oseraient pas se pointer en prenant l'invitation pour une mauvaise blague. Pour le moment elle devait se concentrer sur son costume. D'habitude elle choisissait toujours des costumes extravagants, onéreux et impossible à mettre sans s'y prendre plusieurs heures à l'avance, là elle avait opté pour la « sobriété ».

Sortie tout droit de l'univers des contes de fée elle avait décidé d'interpréter le petit chaperon rouge. Adieu Marie Stuart, Catherine II de Russie ou autres Catherine de Médicis ordonnant le massacre de la Saint Barthélémy, cette année Genesis voulait se fondre dans la foule des déguisements incertains et pouvoir aller aux toilettes sans deux ou trois copines pour l'aider à soulever sa crinoline.

Alors comment en désirant tant ne pas attirer l'attention sur elle, vraiment ? elle s'était retrouvée sur cette table, les seins nus sous sa cape rouge, à se trémousser comme si plus rien ne comptait ? Un trou noir, ce genre de perte de mémoire rappelant la faiblesse du cerveau humain face à l'alcool et aux drogues. Un ecstasy avait suffi pour la propulser au sommet du meuble. Mais elle était bien, sûrement pour la première fois depuis le début de l'année elle avait réussi à noyer sa rage dans l'alcool. Son verre de vodka presque vide, elle décida d'aller se servir et descendit de son perchoir, la tête grouillant de pensées encourageantes.

Peu importe les mangemorts, qu'ils aillent se faire foutre. Sérieusement, à quoi ça servait même de faire des études, d'hériter d'un empire bâti à la fin de la Renaissance, de se marier, d'assurer une lignée prospère et pure !? C'était pas ça la vie, merde, non ! Genesis venait de décider de son futur, du moins pour l'heure à venir, elle serait strip-teaseuse. Fini les habits, elle vivrait nue et couverte de cocaïne pour l'éternité. Là au moins il n'y avait rien de compliqué, pas de règles sauf celles de la chair qui se découvre langoureusement.
Ai-je parlé d'une heure ? Il lui suffit de cinq minutes pour reprendre ses esprits lorsqu'elle s'éloigna du bar après avoir de nouveau rempli son verre, un élève jugea bon de frôler sa poitrine avec ses deux mains. A la vue du regard furieux de la sorcière il tenta une vague excuse au parfum de médiocrité et de bière forte. Ce à quoi elle répondit en lui renversant l'intégralité de sa vodka tonic sur ses parties génitales.

_Je suis peut-être seins nus mais au moins personne ne va croire que je me suis pissée dessus.

De nouveau un aller-retour jusqu'au bar en pestant contre ces abrutis indignes de sa peau, elle ne supportait plus les hommes qu'elle avait l'habitude de séduire.

Après la carrière de strip-teaseuse, l'idée du siècle, elle avait besoin de tendresse. Arrête l'alcool Genie...

Ses mains fouillèrent sa cape jusqu'à se saisir d'une cigarette et elle s'avança près d'une fenêtre en maugréant dans sa barbe du moins jusqu'à ce qu'une main la saisisse et que des lèvres viennent se poser contre les siennes.

_J't'aime tu sais ? J'vous aime tous ici. Vous êtes merveilleux, déclara le jeune impertinent.

Pourtant l'adolescente eut une réaction à l'opposé de tout ce qu'elle aurait pu lui faire dans son état normal. Au lieu de le tuer, passer la foule avec le cadavre en expliquant qu'il avait trop bu et qu'elle le ramenait dans son dortoir, traverser le château sans être repérée par un professeur, parcourir le parc, enlever ses talons s'enfonçant dans la boue, dissimuler le corps dans la forêt interdite en priant pour qu'il soit dévoré par l'une des créatures la jonchant, revenir, se laver les mains, prendre une trace de cocaïne et retourner danser... Genesis l'embrassa à son tour.

_Mais moi aussi je t'aime ! Merde, on le dit pas assez aux gens !

Un peu de douceur dans ce monde de brute, d'impulsivité dans une vie déjà théorisée, ça ne peut pas faire de mal, non ? Encore faut-il l'assumer le lendemain.

_Tu sais quoi ? Faut qu'on propage l'amour, annonça-t-elle en criant un peu pour couvrir la musique.

Quoi de mieux pour cela que de s'embrasser de nouveau ? Genesis passa ses bras autour du cou de son nouvel ami, laissant tomber sa cigarette au sol et renversant un peu de vodka au sol au passage laissant ses farouches pulsions romantiques prendre le dessus sur son cerveau alcoolisé.

Au final c'était l'une des meilleures choses à Halloween, avoir l'opportunité d'observer le petit chaperon rouge et Superman se rouler des pelles contre un mur ou plus simplement, un Poufsouffle et une Serpentard s'encanailler ensemble.

_Genesis, glissa-t-elle entre deux baisers, Genesis DiRosari..


_________________


Allume ta prunelle à la flamme des lustres !
Allume le désir dans les regards des rustres !
Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;

Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;
Il n'est pas une fibre en tout mon corps tremblant
Qui ne crie : Ô mon cher Belzébuth, je t'adore !

crédit : code par quantum mechanics ||
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t473-genesis-dreams-are-my-reality http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t447-genesis-gene-dir
Âge : 17 ans
Situation amoureuse : Liée à l'obscurité parée de diamants.
Messages : 463
Points : -18
Patronus : Un coyote
Emploi : Me languir.
Année : Septième année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ! [Genesis/Milo] FLASHBACK Mer 3 Mai - 18:00

Qu'elles ma'arrachent ma vertu-u-u !





Genesis & Milo

Ses lèvres sont fines et agréables. Douces même ! Je n'ai pas envie de la laisser partir. Je veux être avec elle, je l'aime. Elle me dit que elle aussi et je souris naïvement. Ses lèvres prennent un nouveau rendez-vous avec les miennes. Elles ont un goût de sucré. Le Petit Chaperon Rouge aurait-il chapardé les framboises de sa grand-mère ? Je découvre l'amour, aimons-nous ma douce comme le monde nous aime. Gavons nous de nos  lèvres comme nous le faisons avec nos souvenirs. Embrassons-nous encore, que nos âmes ne fassent plus qu'une et que notre amour éclate au grand jour. Nos lèvres se rencontrent encore et encore, et oui ! Quelle délicieuse idée de propager au monde l'amour ! Elle est merveilleuse, belle et intelligente ! Elle murmure son nom délicat au creux de mon oreille et me couvre encore de baisers...

Je me souviens des jours où Miguel me racontait ses aventures avec des demoiselles de passage : j'en étais vert de jalousie ! Néanmoins, je l'écoutait attentivement, je buvais ses paroles en étant persuadé que ses témoignages me serviraient d'apprentissage. J'ai écouté attentivement chacun de ses mots, parfois il me choquait avec ses mots crus mais je pense que c'était juste pour le plaisir de m'embêter. Il m'avait inculqué de traiter les femmes avec respect, de se montrer doux et généreux avec elles. C'est la femme le prédateur m'avait-Il révélé un jour. Est-ce qu'il le pensait? Est-qu'il traitait les femmes comme il voulait que je les traite ? Je voulais y croire, nous ne sommes pas des mauvais gars chez les Hepburn même si mes deux frères sont plus avancés que moi sur la chose.

- Milo,  murmurais-je à mon tour. Milo Hepburn.

Son nom n'avais aucune importance, je voulais l'appeler Amour. Beauté. Déesse. Elle méritait plus que cette appellation. Elle Serait Ma Reine, elle gouvernerait sur moi et aurait tout les droits, je serais sienne pour l'éternité et bien plus encore. Je serais son plus fidèle sujet. Je l'embrasse délicatement et glisse ma main dans cou et laisse ses cheveux roux caresser mes doigts. Moi Superman je m'engageais en ce jour à protéger ma Douce de quiconque aura des pensées ou des gestes impurs à son égard. Je serais son chevalier servant , son super Héros !

- Poussez vous jeunes manants ! Laissez passer les Défenseurs de l'amour ! Criais-je fièrement à l'intention des malotrus se métant en travers de notre route Le Bras levé vers les cieux tel Superman.

Je prends la main de ma Guenievre et m'élance à travers la foule toujours armé de mon poing levé: lever la tête, bomber le torse, sans cesse redoubler de forces. La vie ne m'en laisse pas le choix: je suis l'as et pas le Roi ! (Hj: veuillez excuser ce petit craquage de l'auteure) J'entraîne ma Reine dans cette arène remplie de La populasse. On nous regarde, évidemment. Comment nier l'évidence même si le chaperon Rouge et Superman c'était perdu d'avance ? Pas le même conte Mais La même petite folie qui les rassemble.
Je fais tourbillonner ma Reine sur elle même au rythme de la musique. Certains vicieux ont l'air choqués, d'autres on l'air fâchés et d'autres semblent être dans la même folie amoureuse que nous.

Nous faisons une espace de parade de l'amour avec d'autres. Je continue ma parade nuptiale avec ma Douce.

-Genesis Dis-je assez fort pour qu'elle m'entende, voudrais-tu partager un breuvage avec moi pour sceller à jamais notre amour ? Trouvons le Saint Grall Et plus rien ne nous résistera !  
Je confirme mes suppositions en glissant subtilement ma langue dans bouche, nos organes jouent entre eux Et s'enroulent comme des serpents.

Je pensais aussi que l'épisode le plus étrange de la soirée était passé... Mais, malheureusement pour SuperMan Et Le Petit Chaperon Rouge, leur délire n'arrivait pas encore à leur apogée.



© A-Lice | Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ! [Genesis/Milo] FLASHBACK
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ! [Genesis/Milo] FLASHBACK
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» J'veux qu'on parle de moi, que les filles soient nues, qu'elles se jettent sur moi ■ LILY
» [mission] Les bonbons, c'est mauvais pour les dents [pv]
» A bord du Goeland
» "Combats pour la vie, ou meurt" [Cathane]
» Enfermée [PV 1e personne]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs abandonnés-
Sauter vers: