AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs Terminés
MessageSujet: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Jeu 10 Nov - 19:06


Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard

Shawn X LIBRE

Entrée 5 du journal

Qui suis-je dans cet univers vaste et insolite? Je parcoure les corridors, regarde les élèves et pourtant je ne me reconnais plus en eux. Certains pourraient dire que c’est tout à fait normal, du fait que j’approche de mes 26 ans mais ce sentiment n’a cessé de me quitter depuis la rentrée. L’étrange comportement de Duncan, ma nouvelle assistante qui semble plutôt froide envers moi, le silence de l’infirmerie dans les heures les plus calmes... Tout de cette école me rappelle des souvenirs mélancoliques, me replongeant dans cette conscience que j’avais tenté d’oublier.

Qui suis-je réellement en dehors d’un faible reflet des espérances des autres? Sincèrement, j’ai toujours succomber aux requêtes, aux demandes, aux attentes. J’ai forgé mon caractère pour faire plaisir aux autres, pour m’intégrer facilement. Mais aujourd’hui, ou est-ce que cela m’a mené? Est-ce que j’ai vraiment réussi à faire plaisir à mes parents, rendre Sasha et mon frère fiers? Me suis-je vraiment démarqué dans la mollesse de mon esprit? Ah, je n’en suis rien. Et puis, je suis bien rude envers moi-même... J’ai tenté de repoussé ses réflexions, mais j’en suis incapable. Cette infirmerie est lourde, silencieuse et sous-peuplée.

Détrompez-vous. Je ne suis pas blasé par la vie. Simplement blasé du silence et la solitude de mon travail. Être magicomage pour de grandes équipes de Quidditch était intéressant, bondé d’adrénaline et pertinent. Être infirmier à Poudlard me semble comme un emploi que je prendrais avant ma retraite, et non à mon âge actuel. Alors pourquoi ai-je accepté, au fait?

Regardez.

Il est 13h, vendredi. J’ai passé la majorité de ma journée à écouter de la musique, avancer certaines de mes lectures personnelles et écrit ces quelques pages dans mon journal. En dehors d’un élève avec un saignement de nez, rien d’exceptionnel est arrivé. Ou en fait, aucun autre élève ne s’est présenté. Qu’est-ce que je fais ici?

Fin de l’entrée

Je dépose mon crayon en soupirant. Je dois me dégourdir les jambes, trouver une façon de faire passer plus rapidement les aiguilles de l’horloge. J’étire mon bras pour atteindre mon ipod branché sur les hauts-parleurs et monte le volume. Me laissant entraîner par la musique, je mime un micro grâce à ma baguette et m’avance dans l’infirmerie en marmonnant les paroles que je ne connais qu’à moitié. Vers la fin de la chanson, je m’étends de façon dramatique sur l’un des lits en grognant à la façon d’un mourant. En tournant ma tête vers l’entrée, je réalise que quelqu’un m’observe, la mâchoire si grande ouverte qu’elle pourrait presque touchée le sol.

Oups.



acidbrain


avatar
Don't get lost in the streets of London

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t29-shawn-j-murray-le
Âge : 25
Situation amoureuse : Divorcé
Messages : 86
Points : 0
Emploi : Magicomage
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Ven 2 Déc - 13:35


❝Journée presque ordinaire❞
Toi & Moi
Mes talons claquent sur la pierre froide du château. Je suis seule. Les couloirs sont vides. Les élèves sont sans nul doute occupés à griffonner sur des bouts de parchemins avec leurs professeurs. Le silence règne. Mes pas cassent la monotonie de ces lieux. Où vais-je ? Je ne sais pas. Je laisse mon corps diriger. Je ne sais pas quoi faire. En somme, je me fais chier. Peu d’élèves avaient franchi l’infirmerie aujourd’hui et je n’étais pas disposée à rester avec mon collègue.

Je le hais. Je le déteste.

Voleur.

Briseur de carrière.

Non mais sérieusement, qu’est-ce qu’un médicomage d’un si haut niveau faisait ici ? Pourquoi m’avoir relégué au poste d’assistante ? Je n’avais pas besoin de ça. Mes élèves et moi étions bien mieux sans lui. Enfin, surtout moi. Bon d’accord, je suis bien obligée d’avouer qu’il fait du bon boulot mais sa venue me laisse un goût amer. Qui était-il pour me diriger ? Personne. S’il pensait qu’il allait prendre ma place aussi facilement, il se trompait.

Le lion va dévorer le blaireau.

Je me glisse dans les escaliers farceurs, je préfère ce moyen que l’ascenseur. Je perds du temps. Trop de temps à tuer. Est-ce qu’un étudiant pouvait se blesser, histoire que je m’occupe un peu ? J’ai honte de penser ça mais je n’ai aucune envie de faire l’inventaire de l’armoire de l’infirmerie. Il fallait bien que quelqu’un le fasse, Monsieur Le Supérieur n’allait sans doute pas s’abaisser à compter les fioles manquantes afin de les remplacer. Ah les hommes !
Stupides mammifères.

3ème étage. Des déflagrations me parviennent des classes du fond. Sortilèges. Je traverse le couloir et bifurque à l’angle de l’infirmerie. Je me stoppe net. J’entends quelque chose d’inhabituel. De la musique ? Je m’approche doucement de la source, les paroles deviennent plus claires :

« IF YOU WANNABE MY LOVER ! »

Un vieux groupe moldu composé de 5 demoiselles me parvient de l’infirmerie. Je pousse lentement la porte. La musique traverse avec violence mes tympans. Ca gueule. Je grimace. Je n’avais plus entendu cette chanson depuis des années. Shawn devait surement souffrir d’un moment de nostalgie. A moins que…
Pincez-moi, je rêve.

Il est au centre de l’infirmerie utilisant sa baguette comme micro : « So tell me what i want doyoudouyou beliwant a wanna hu a wannu hu kozigezigkoziguzic HAN ! » En plus de chanter faux, cet abruti ne connait pas les paroles. Était-ce ça mon chef de service ? J’ai la bouche ouverte, je suis choquée. J’hésite à me lancer un sort d’oubli. Il s’élance de façon dramatique sur le lit à la fin de la chanson. Je suis figée, j’ai toujours ma main sur la poignée de la porte. J’hésite à sortir et faire comme si je n’avais rien vu. Comment la directrice a pu engager un type pareil ? Trop tard, il m’a vue.

Oops.

C’est la seule chose qu’il a à dire ? Je referme la porte. Elle claque. Une chanson se remet en route « Silencio ». Plus de son, encore ce foutu silence. Je le regarde. Je ne sais que penser de cette situation grotesque.

« C’est donc ça les compétences du fameux nouveau Médicomage de Poudlard ? Je vous en prie, ne recommencez jamais en présence de nos étudiants, ils risqueraient de souffrir d’une surdité inexpliquée ou dans le pire des cas, ils perdront la tête et se jetterons dans le vide de la tour des Serdaigles. » Froide. Comme toujours lorsque je lui adresse la parole. Je lève les yeux au ciel et me dirige vers l’armoire pour faire l’inventaire.

« Je vous invite à ne plus recommencer le temps que je m’occupe de l’inventaire. Il y en a parmi-nous qui travaillent. »

Je le toise d’un air suffisant et je lui tourne le dos.

La guerre est lancée, mes troupes sont en marche.

HJ : Babe, j'ai un peu baragouiné les paroles de Shawn, si ça ne te vas pas, je peux changer !

© Pando
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Ven 2 Déc - 14:14
Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard

Shawn X LIBRE

En me jetant sur le lit, je pousse un soupir de soulagement. Chaque fois que me laisse faire à cet exercice de danse, je me sens toujours plus léger par la suite. Après tout, comment être morose après avoir chanté à tue-tête dans l’infirmerie de Poudlard ? C’est tout de même légèrement rebelle, d’où la raison pour laquelle mon cœur bat aussi vite.

J’entends la porte s’ouvrir, comme un léger grincement timide. Je tourne ma tête dans cette direction, non surpris de me faire déranger. Au début, j’ai cru que la personne venait d’entrer. Au contraire, mon ASSISTANTE referme la porte derrière elle avec un air plutôt déconcerté. J’échappe un

Oups

En voyant son regard meurtrier se poser sur moi. Je ne comprends pas quelle aversion elle a contre moi, et je ne peux clairement pas lui demander car elle me lance rapidement un Silencio du moment que j’ouvre la bouche pour la saluer. Parfois, je me sens comme un chien abattu qui retourne entre les jupons de sa maitresse. C’est ainsi qu’elle me fait sentir. Heureux de ne pas être seul dans cette platitude scolaire, et puis ignoré et insulté comme une bête. J’aimerais vraiment comprendre pourquoi elle me déteste autant, et c’est peut-être pourquoi je me force autant à lui plaire. Ou du moins, ignorer son attitude morose et constamment dénigrante.

Pour cette raison, je me relève d’un bon, replaçant par le fait même ma cape qui était restée prise entre mon pantalon et ma ceinture. Je fais quelques petits vers elle, incapable de figurer si elle va m’envoyer un nouveau sort ou si elle va me laisser approcher mon bureau.

Mon bureau. Quelle polémique tout de même. Elle revendique que c’est le sien alors que mes choses y sont éparpillés. Je ne comprends pas pourquoi elle refuse d’utiliser son propre bureau à mes côtés. Il est plus petit, certes, beaucoup plus petit, mais ce n’est tout de même pas une raison d’empiéter sur le miens !

Miracle ! Je parviens à mon bureau sans qu’elle me lance de tomates sur la tête ! Comme je ne peux parler, je m’empare d’une feuille ainsi qu’un crayon et griffonne ces quelques mots sur la feuille. Lorsque j’ai terminé, je me retourne vers elle…qui a miraculeusement disparu de ma vue. Je la cherche rapidement, me souvenant qu’elle voulait commencer l’inventaire. Je la retrouve au fond de l’infirmerie, penchée devant une armoire basse. Je lui tends la feuille droite devant les yeux, un mince sourire sur mes lèvres. Sourire pour moi est une maladie, c’est contagieux et impossible à supprimer. Du moins, lorsque je ne pense pas à mon père et ses problèmes…

Je te promets de me tenir tranquille et de ne pas te casser les oreilles ave ma voix…Mais peux-tu briser le sort s’il te plait ? Je le ferais bien moi-même mais…

acidbrain



_________________
    There's nothing left to say..now
    Who knows what's right? The lines keep getting thinner. My age has never make me wise but I keep pushing on, and on, and on. There's nothing left to say now... I'm giving up, giving up, hey hey, giving up now...  
avatar
Don't get lost in the streets of London

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t29-shawn-j-murray-le
Âge : 25
Situation amoureuse : Divorcé
Messages : 86
Points : 0
Emploi : Magicomage
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Ven 2 Déc - 18:06


❝Journée presque ordinaire❞
Toi & Moi
J’ai beau me concentrer à tenter de compter ces fioles enfermées dans l’armoire, je n’arrive pas à oublier la danse presque macabre de mon collègue. Je me surprends à sourire, la situation était cocasse. Je l’entends s’activer derrière-moi. Il n’a pas répond à mes piques acerbes. S’il voulait tenter de faire ami-ami avec moi, il pouvait encore courir. Je détourne ma tête dans sa direction et je l’observe se dépatouiller avec sa cape qui s’était coincé dans son pantalon. Il me fatigue. Il se comporte comme un gamin, comment faire un travail sérieux avec un type pareil dans mes pattes ? On dirait un adolescent qui aurait grandi beaucoup trop vite ne sachant pas vraiment où sont ses priorités et qui ne sait pas quoi faire des responsabilités qui pèsent sur ses frêles épaules.

Shawn se dirige vers mon bureau, au plutôt notre bureau depuis qu’il a pris ma place. Vous pensez sérieusement que j’allais me rabattre sur l’autre à côté ? Non. Qu’il me pique ma place c’est une chose, mais pas mon outil de travail. J’étais là la première, il n’a qu’à prendre les restes. Sa vie va être un cauchemar, je m’en fais la promesse.

Pauvre chaton.

Je m’accroupis et je retourne à mes comptages de fiole. Je l’entends fouiller dans ses papiers, toujours muet. Cherche gamin, cherche. Un peu de travail te fera le plus grand bien. Je me penche vers la dernière étagère et je compte : vingt-deux, vingt-trois, vingt-quatre … Une feuille de papier qui apparaît devant mes yeux me fait perdre le fil, je soupire. Je ravale mes mots lorsque je lis que ce message m’est adressé:

Je te promets de me tenir tranquille et de ne pas te casser les oreilles ave ma voix…Mais peux-tu briser le sort s’il te plait ? Je le ferais bien moi-même mais…

C’est une caméra cachée ou quoi ?

Je me relève et réajuste ma jupe au passage qui dévoilait un peu trop mes cuisses. Le gamin sourit. Bêtement. Briser le sort ? Je passe ma main dans mes cheveux et je respire un bon coup, je dois rester zen. Ce type à le don de me faire sortir de mes gonds. Sa stupidité est hallucinante. Le silencio que j’ai jeté plus tôt était destiné à la radio, pas à lui.

Quel crétin.

« Vous le faites exprès ou quoi ? Vous me faites perdre mon temps ! »Agacée, je lui plaque les feuilles de comptes sur le torse. « On est pas dans la merde si nous avons à la tête de mon infirmerie un homme qui ne sait pas faire la différence entre un sort lancé sur une radio ou sur lui-même ! »

Je le fusille du regard. Pouvait-on être naïf à ce point-là ? Je ne sais pas quels sont ses projets mais ce n’est pas en agissant de la sorte qu’il va avoir mon affection.

« Vous n’êtes qu’un sot. »

Je tourne les talons et je vais m’assoir sur MA chaise de bureau et je fouille dans le dernier tiroir à la recherche d’un petit remontant. Je sors la bouteille, un verre et me verse une lampée acceptable. Il n’est que onze heures du matin mais à situation désastreuses, solutions démesurées.


© Pando
[/quote]
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Dim 4 Déc - 15:42
Victoire Weasley & Shawn Murray & Rae Abberline
Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard LIBRE

Encore une fois, un élève de première année était tombé de son balais et comme d'habitude, en tant qu'aide de professeur de vol, je me devais de l'ammener rapidemenr à l'infirmerie, sans un mot. Le portant dans mes bras, je me précipitais jusqu'au troisième étage, afin de rejoindre la pièce qui était occupée par mes deux collègues.

-Il y a quelqu'un? On a un bléssé grave!

Dêposant le petit sur le lit, je fronçais les sourcils en voyant Rae boire un verre et un Shawn le sourire aux lèvres. Mes lèvres se dessinèrent en un sourire presque hypocrite.

- C'est comme ça que vous passez vos journées? Allez, bougez vous un peu! Vous êtes des médicomages ou non?


Voyant Shawn ne pas répondre, je vis soudain une feuille sur le sol. La prenant, je découvris le petit message adréssé à son assistante. Mais quel duo... Levant le sort, je désignais le gamin à Shawn et lacha un soupir. Le petit avait vraiment mal, cela se voyait. La chute avait été douloureuse, surtout que son balais était un nimbus 2000 et qu'il n'était pas très expérimenté.



Hrp: désolé du petit paragraphe, je ferai plus long le prochain :*

avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Assistante de vol

Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 22
Situation amoureuse : Compliqué
Messages : 138
Points : 0
Patronus : Louve alpha
Emploi : Assistante et remplacante en vol
Année : /
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Sam 17 Déc - 15:29
Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard

Shawn X LIBRE

Qui aurait cru que ma blague pourrait virer si mal ? Enfin, vous devez l’avoir compris. Le silencio ne m’était pas destiné. Or, j’ai tout de même jouer le jeu en faisant accroire que c’était le cas. Bien entendu, je ne m’attendais pas à une bonne réception de la part de Rae. En quelque chose, j’espère toujours qu’elle va me laisser une chance, une infime chance et qu’elle va éclater de rire un de ces jours. Cela semble plus difficile que je le croyais, mais je ne perds pas espoir.

Mais, qui aurait cru que ma blague tournerait SI mal ? Ce n’est pas tant le fait que Rae décide de d’ignorer complètement ma note, mais plutôt l’interruption imprévue de Victoire qui me déboussole. Je me sens comme dans le film 300, en prise avec l’assistante de vol qui arrive en courant en faisant cette face



Bon, il faut dire qu’elle n’a pas vraiment de barbe et qu’elle est sincèrement plus jolie que Gerard Butler mais tout de même… Même attitude. Donc, ce petit (gros) imprévu me fige pendant quelques instants, la regardant installer l’élève sur le lit avant qu’elle se retourne avec cette expression menaçante sur le visage



Et telle à la femme de Leonidas, j’hoche la tête en m’approchant de la civière au même moment qu’elle lance un sort en ma direction afin de briser le silencio invisible. Le sort se projette sur la radio et la musique repart de plus belle. Je dois un effort surhumain pour ne pas éclater de rire malgré la situation. J’observe lentement l’élève, me retourne vers l’armoire à potions, fait quelques pas, m’empare d’un anesthésiant, revient sur mes pas, et force l’élève à boire le contenu. Je lui dis de se tenir tranquille, mais je crois que je le dis plutôt pour moi-même que pour lui. Toute cette situation tourne au ridicule plus les minutes avancent. Tandis que je me retourne vers Rae, un sourire incontrôlable s’empare de mes lèvres.

- Rae! Va me chercher le kit à points. On va devoir recoudre son bras

Alors que j’attends mon kit, je m’installe sur un tabouret face à mon patient et observe quelques instants Victoire. Je souris ironiquement en revoyant le film dans ma tête.

- Alors Léonidas, tu vas rester debout comme ça ou tu vas m’aider ? Viens tenir son bras.

Je suis du côté gauche du jeune homme. Son bras est grossièrement amoché, comme si une roche avait déchiré une bonne partie de son avant-bras. Il saigne abondamment, et je m’empare d’une compresse pour diminuer le saignement.

- RAE! Dépêche-toi!

Je prends de grandes inspirations, crispant les lèvres alors que le sang s’écoule entre mes doigts et le pansement. Mais elle sert à quoi cette assistante ?
acidbrain


avatar
Don't get lost in the streets of London

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t29-shawn-j-murray-le
Âge : 25
Situation amoureuse : Divorcé
Messages : 86
Points : 0
Emploi : Magicomage
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Ven 13 Jan - 14:44


❝Journée presque ordinaire❞
Toi & Moi

J’avais envie de le transformer en burito. De l’écraser comme de la viande hachée. Personne n’avait jamais réussi à me faire autant perdre patience en si peu de temps. S’il pouvait être un scarabée, je l’aurais sans aucun doute écrasé avec mon pied. Je n’ai même pas le temps de siroter mon verre et de me remettre de mes émotions que Victoire, la professeure de Vol, arrive en trombe dans l’infirmerie. Un regard sur moi, puis sur Shawn. D’accord, nous n’avions aucun professionnalisme en cet instant. L’autre avec son sourire béat et moi avec mon verre. Je m’empresse de le cacher aussitôt, un peu honteuse d’être vue ainsi. Je remercie une quelconque divinité lorsque je aperçois que l’élève que porte à bout de bras Victoire ne m’a pas vue.

Et voilà qu’il ne bouge pas. Non, il reste planté là à regarder la blonde déposer l’élève sur le lit, agonisant. Pendez-moi. Je me lève et m’approche de notre petit patient du jour. J’analyse rapidement la situation. L’élève grimace de douleur, son bras saigne abondamment. Mon collègue s’active enfin et pars en direction de l’armoire à potion. Anesthésiant. Evidemment pas besoin d’être médicomage pour savoir ça. D’un coup de baguette, je vais voler le kit à point de suture qui permettra de recoudre l’étudiant. Je glisse un linge frais et humide sur le front du patient, il est en sueur le pauvre. L’adrénaline qui chute sans doute. Je rassure Victoire :

« Ne ta tracasse pas Victoire, ton petit élève est entre de bonnes mains ». Je souris sincèrement et j’entends Shawn me dire de prendre de quoi le recoudre. J’ai envie de répondre « j’y ai déjà pensé abruti » mais je ne dis rien. Je me tais et ne bouge pas. Je finis par me diriger vers l’armoire à potion afin d’y chercher du désinfectant. J’entends Shawn dans mon dos demander à Victoire de l’aider à tenir le bras du petit patient. C’est une blague ?

Outrée, je suis outrée.

Goujat.

Cretin.

Et moi, je sers à quoi ? A jouer la potiche ? J’vais l’étouffer avec mes nichons. Non, ça serait beaucoup trop plaisant pour lui. Il me hurle de me dépêcher à présent. Respire Rae, respire.

« Shawn, le kit est à ta droite, sur la table de Chevet ! » Je le tutoie pour la première fois sans doute, ce qui montre mon agacement le plus profond. Mon front plissé traduit une exaspération bien présente. Je prends le flacon et retourne près du blessé. Je tends le flacon à Shawn :

« Ça vous sera utile. »

Sèche. Je ne lui souhaite jamais de pouvoir lire dans mes pensées. « Deviens un scarabée… »

Je m’installe au chevet de l’étudiant. Je laisse Victoire tenir le bras et Shawn recoudre la plaie. Je m’attèle à ce que je préfère : rassurer. Je prends la main valide de l’élève, mon visage se radoucit et un sourire compatissant illumine mon visage.
« Ça va aller, ce n’est rien de grave. Nous t’avons donné un anesthésiant pour que tu ne sentes pas l’aiguille mais tu risques de sentir un petit picotement. En quelques minutes ça sera terminé. Monsieur Murray va désinfecter ta plaie et la bander. Ensuite tu resteras ici pour te reposer. D’accord ? »

S’ensuit ensuite une petite discussion entre moi et Lucas, le petit patient. Une discussion qui le force à oublier la douleur. J’apprends qu’il rêve de faire du Quidditch mais qu’il a le vertige, je lui réponds que toutes les peurs peuvent être domptées pour en faire une force. Il retrouve le sourire. J’adore les élèves. Ils sont tous tellement charmants.

Je m’adresse à Victoire, je n’ai pas envie qu’elle loupe la moitié de son cours, on peut se charger de son élève à deux : « Victoire, si tu veux tu peux retourner à ton cours. Enfin, je ne sais pas si celui-ci était terminé mais si tu as d’autres choses à faire, vas-y, je reste près de Lucas. » Victoire est tellement mignonne. Ça m’aurait bien plus de l’avoir comme collègue au lieu de Shawn mais nos compétences sont bien différentes.



© Pando
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Mer 18 Jan - 18:16


❝Journée presque ordinaire❞
Victoire & Shawn& Rae


Je soupire d'énervement. Je les adore comme personnes, mais des fois ils m'exaspèrent. Voyant enfin Shawn s'activer, je l'aide à allonger Lucas sur le lit et lui tient doucement le bras, essayant de la rassurer comme je peux. Les deux médicomages se disputent comme un vieux couple. Génial.

A la remarque de Shawn, je soulève les yeux aux cieux, avant de tendre le bras du blessé. Le pauvre, il a l'air de souffrir le martyr. Je n'aimerais pas etre à sa place. Vraiment pas.

Je soupire de soulagement en voyant Rae rassurer mon élève. Je la remercie d'un regard sincère. Au moins, elle est un peu plus sérieuse que Shawn. Des fois, j'aurais bien aimé voir si cela serait différent avec les roles inversés. Ca serait bien drole, je pense.

Je participe en écoutant la discussion entre Rae et Lucas. Il est vraiment adorable, ce garçon. Dommage que son balai n'eut pas été adéquat. Je devrais pouvoir m'en procurer un pour noel, afin de le lui offrir. Il a l'air tellement passionée par ça... JE devrais prendre du temps pour lui.

Sortant de mes pensées, j'écoute Rae, avant de lui sourire.

- Ne t'en fais pas. Mon cours est terminé depuis belle lurette. Lucas a juste perdu le controle de son balai. Pas vrai mon grand?

Le gamin rougit et j'éclate d'un rire taquin, avant de caresser sa joue, comme une maman avec son enfant.

- Je pense juste que ton balais n'était pas adéquat. Il était trop vieux pour pouvoir encore fonctionner correctement. Tu l'as reçu de ton grand frère non? D'ailleurs, comment va Elio?

Je connaissais son frère, un jeune homme qui avait deux ans de moins que moi. Adorable ce garçon, moins que son petit-frère, mais quand meme.

J'aime tellement enseigner. J'espère le faire encore longtemps, car tout cela m'inspire. Qui c'est? Peut-etre qu'un jour, je passerai professeur d'une autre matière au passage? Enfin bref, je souris à Rae, avant de regarder Shawn.

- Vous, par contre, vous me semblez avoir passer une nuit courte ou en tout cas etre très débordé. Je me trompe?


© Pando

_________________

   
Pourquoi attendre, alors qu'on peut agir? V.W.

   
Crédit - [url=dream.forumotion.com]Joy[/url]
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Assistante de vol

Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 22
Situation amoureuse : Compliqué
Messages : 138
Points : 0
Patronus : Louve alpha
Emploi : Assistante et remplacante en vol
Année : /
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard Sam 4 Fév - 12:45
Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard

Shawn X LIBRE

Comment ai-je manqué le kit? Est-ce l’adrénaline ou bien mon exaspération de l’incompétence de Rae qui me bloque la vue? Je ne sais pas, mais je sais très bien que lorsqu’elle me dit qu’il est tout près de moi, je le prends vachement mal sur mon égo. Lorsqu’elle me tend un flacon, je tente de ne pas lui dire un commentaire dans le genre ‘’C’est ta compétence qui serait utile’’ mais évidemment je me retiens tout en déballant mon kit à points. Je tends un puissant anesthésique à l’élève, devant retirer ma main de sa blessure. Le sang coule moins abondamment, ce qui me rassure. J’ouvre mon kit, prépare mon matériel en tentant de ne pas contaminer mes pansements de sang. Je prends une grande inspiration, puis m’empare d’une paire de gants stériles que j’enfile sous mes mains tachées de sang. Je n’ai pas vraiment le temps de me laver les mains, et c’est donc pourquoi je ne fais qu’une légère grimace lorsque je sens le tissu des gants coller sur la moiteur du sang sur mes doigts. J’émets un petit commentaire à l’intention de Victoire, tentant d’ignorer Rae volontairement. J’y parviens, et Victoire s’empare du bras du gamin tandis que Rae tente de le rassurer. Je commence ma procédure, cousant son bras comme s’il s’agissait d’un simple tissu, calme et détendu. Vous pouvez me traiter de fou, mais je deviens quelqu’un de bien différent lorsque j’ai mes instruments sous la main. Je peux entendre un léger brouhaha entre les femmes, mais je les ignore pour me concentrer pleinement sur mon travail. Une fois terminé, j’enlève mes gants que je dépose sur le lit, m’empare de bandages pour enrouler son bras. Je regarde l’élève en lui souriant.

- Je te conseille fortement de te reposer pour quelques jours. Pas de conneries.

Je me lève, laissant Victoire parler avec le gamin. Je me dirige vers la pharmacie pour en sortir une potion analgésique. Je reviens vers eux, puis tends la potion à l’élève.

- Trois gouttes chaque soir et tu devrais être guérit en moins d’une semaine… Maintenant, je vais laisser Victoire te raccompagner à ton dortoir.

Je regarde Victoire et dépose une main sur son épaule.

- Merci Léonidas! AH mais du coup, c’est ton surnom maintenant!

Je me retiens de rire, puis les laisser quitter tout en commençant à défaire le lit souillé. Avant de quitter, elle mentionne un commentaire qui sous-entends notre comportement enfantin à son arrivée. Cela m’irrite. Je n’aime pas qu’on me prenne pour un idiot ou un incompétent. Je sais que ce n’était pas son intention, mais je connais quelqu’un qui croit pertinemment que cela est vrai. Lorsqu’ils ont quitté l’infirmerie, je dépose un regard meurtrier sur Rae.

- Non mais apprends à avoir un certain professionnalisme devant les autres. Tu peux bien me traiter de tous les noms quand on ait seuls, ce n’est pas le cas devant des patients. Je ne connais pas encore l’emplacement de tous les objets, tu crois que me faire sentir comme une merde va m’aider à me situer?

Je pince mes lèvres pour me retenir d’en dire d’avantage et me dirige vers le lavabo pour me laver les mains. Je tente constamment de paraitre sympathique et amical, mais parfois j’ai simplement envie de… Je ne suis pas nécessairement la personne la plus agréable lorsqu’on me connait réellement. J’ai mes défauts, comme chacun. Mais les miens sont beaucoup plus noirs que je l’accorde.
acidbrain



_________________
    There's nothing left to say..now
    Who knows what's right? The lines keep getting thinner. My age has never make me wise but I keep pushing on, and on, and on. There's nothing left to say now... I'm giving up, giving up, hey hey, giving up now...  
avatar
Don't get lost in the streets of London

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t29-shawn-j-murray-le
Âge : 25
Situation amoureuse : Divorcé
Messages : 86
Points : 0
Emploi : Magicomage
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
LIBRE - Les journées ordinaires de l'infirmier de Poudlard
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» Pas sur la neige...[Libre]
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs Terminés-
Sauter vers: