AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
1 MOIS IRL = 3 MOIS EN JEU! Nous commences le décompte en date de la Saint-Valentin!
La MAJ 05 est disponible ICI!
La chasse aux professeurs se trouve par ici!
INTRIGUE PARTIE 03 À LIRE

Let's burn some books. Ft Albus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: PRÉ-AU-LARD :: Pubs & Auberges :: La Tête de Sanglier
MessageSujet: Let's burn some books. Ft Albus Jeu 23 Mar - 12:54

Let's burn some books

Pierre de Ronsard
Brusle du soufre et de l'encens.
Comme en l'air je voy consommée
Leur vapeur, se puisse en fumée
Consommer le mal que je sens !

Inspirer, expirer, inspirer, expirer... La poudre blanche s'échappa dans la narine de Genesis qui lança un couinement enthousiaste. Un coup d'oeil dans le miroir, retirer la cocaïne dépassant de son nez, vérifier que son rouge à lèvres vert sapin n'avait pas bougé, remettre en place quelques mèches de cheveux rebelles. Bien. Elle était parfaite à présent. Deux jeunes filles qui se lavaient les mains la dévisagèrent mais elle en était ravie, qu'elles retournent boire leur limonade, Genie avait d'autres pensées en tête.

Plus tôt dans la journée, alors qu'elle se faisait un masque sur son canapé préféré de la salle commune des Serpentards son Potter préféré avait surgi. Une brève discussion avait suivi pour conclure qu'il n'y avait rien d'autre à faire ce soir là que sortir. Elle enchaînait les soirées dernièrement, les ASPIC s'approchaient mais elle savait qu'elle n'avait qu'un léger effort à fournir pour les obtenir. Alors avec tant d'avance, la jeune fille pouvait se permettre quelques écarts de conduite, il n'y avait personne pour l'en empêcher de toute façon. Satine la grondait parfois mais il suffisait d'un regard pour qu'elle se taise et laisse couler. Entre ses nuits agitées en compagnie de Thom, Artus qui, le week-end précédent, avait mobilisé tout le gratin londonien pour quelques heures décadentes alors qu'elle devait s'afficher au manoir Malfoy le lendemain, la soirée exclusive aux Serpentards... Elle n'avait pas le temps de s'ennuyer ou plutôt de réfléchir à quoi que ce soit, c'était le but recherché de toute évidence. Et puis il fallait avouer qu'elle était rarement en mauvaise compagnie.

Albus et elle à l'origine rien n'indiquait que ce serait une histoire d'amour, si ce n'est leur maison ils n'avaient pas énormément de points communs. Pourtant leur curiosité commune avait aidé au rapprochement, à présent le sorcier était son compagnon de beuverie préféré. Au point même où il avait déjà pu passer la porte de son appartement pour céder aux orgies de drogues et d'alcool qu'elle et Artus organisaient. C'est en se réveillant un matin, son meilleur ami d'un côté, le brun de l'autre qu'elle s'était demandée comment ils en étaient arrivés là.

L'adolescente récupéra son daïquiri posé sur le rebord du lavabo des toilettes féminines et s'échappa de celles-ci. Visiblement il n'y avait pas qu'eux qui étaient lassés des révisions, le bar était rempli d'élèves, d'étudiants ou simplement de sorciers venant s'amuser dans le petit village. Traverser l'endroit lui était insupportable, elle détestait être forcée d'instaurer un contact avec des inconnus, mais là c'était impossible d'y échapper. Bouillant intérieurement, elle se fit la réflexion que si l'un d'entre eux osait renverser la moindre goutte d'alcool sur sa robe Prada vintage, son cadavre serait retrouvé près de la cabane hurlante.

Finalement elle réussit à conserver sa robe intacte et rejoindre la table sur laquelle ils s'étaient installés. La rousse s'affala sur son tabouret en soupirant bruyamment, balayant la salle d'un regard furieux avant de se concentrer sur Albus adoucissant ses traits en même temps.

_Je te jure, des fois j'ai vraiment envie de me lancer dans une carrière de tueuse en série, à la Bonnie Parker, version Bardot, lança-t-elle en tirant sur sa paille une gorgée de son cocktail.

Au même moment un plateau flottant dans les airs se posa sur la table leur apportant de nouveaux verres. Dès leur arrivée Genesis avait pris les choses en main, donné une grande poignée de gallions en exigeant que dès que leurs verres seraient vides qu'on leur en apporte de nouveaux. Elle déposa sur le plateau quelques mornilles et satisfait il s'envola plus loin.

_Tu sais qu'est-ce-que je trouve injuste dans cette école ? On nous enseigne à nous défendre contre quelque chose dont on ne nous dit rien...

Elle fit une pause pour fouiller dans son sac et en sortit une cigarette qu'elle alluma après un sort d'aération pour éviter d'enfumer plus que de raison le pub.

_Alors que... Je sais pas mais c'est, genre, important quand même, non ?Je dis pas qu'on devrait nous donner des cours de magie noire, mais ça sert à quoi d'avoir une réserve à la bibliothèque regorgeant de livres à ce sujet sans qu'on ait le droit de les lire.

Parfois Genesis se faisait la réflexion que Poudlard à l'époque de Severus Rogue en tant que directeur devait tout de même être plus excitant que maintenant. Elle avait l'impression de rater quelque chose en ne s'intéressant pas plus que cela au sujet. Même si à présent elle savait qu'elle n'allait pas y échapper, lorsque son bras porterait la trace de l'obédience de ses parents la magie noire ferait partie intégrante de son être.

Une jeune fille la tira de ses pensées, se penchant sur leur table un sourire charmeur aux lèvres qui immédiatement fit froncer les sourcils de la sorcière. Son visage était tourné vers le Serpentard et avant même qu'elle n'ouvre la bouche, Gene la coupa.

_Il est déjà pris morue, file exhiber ton maquillage à dix mornilles ailleurs.

Elle détestait être interrompue dans une conversation, surtout quand l'alcool pousse ses nerfs jusqu'à l'agacement. C'était le cas ce soir là, elle voulait faire des bêtises, de grosses bêtises et surtout pas faire un effort de sociabilité. Il n'y aurait que le brun qui ne subirait pas ses humeurs, c'était décidé. .


_________________


Allume ta prunelle à la flamme des lustres !
Allume le désir dans les regards des rustres !
Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;

Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;
Il n'est pas une fibre en tout mon corps tremblant
Qui ne crie : Ô mon cher Belzébuth, je t'adore !

crédit : code par quantum mechanics ||
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t473-genesis-dreams-are-my-reality http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t447-genesis-gene-dir
Âge : 17 ans
Situation amoureuse : Liée à l'obscurité parée de diamants.
Messages : 462
Points : 807
Patronus : Un coyote
Emploi : Me languir.
Année : Septième année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's burn some books. Ft Albus Jeu 13 Avr - 16:49
détails
Let's burn some books
sous-titre
ft. Genesis DiRosari
Ʃkaemp はは ™

En tant que préfet, j’ai pas mal de fréquentation, plus ou moins bonne je dois l’avouer. Mais dois-je vraiment me préoccuper de si mes fréquentations sont bonnes ou pas ? N’est ce pas à mes parents de gérer ça ? Faut bien qu’ils aient certaine responsabilité au lieu de se bouffer le nez, non ? Et puis, de toute façon, quoiqu’ils disent, mes soit disant mauvaises fréquentations, je les apprécie. Qu’est ce que j’appelle de mauvaises fréquentations ? Celles avec qui je peux fumer, boire, me droguer pendant des heures et des heures, m’amuser quoi. Ces fréquentations, où je ne suis pas obliger d’afficher un sourire pour qu’on me lâche la grappe, ces fréquentations qui m’intriguent sur le fait qu’ils sont aussi intrigués par la magie noire que moi. J’ai beau être un Potter, je ne suis plus ce petit garçon angélique que mon père et ma mère ont connu.

A vu d’œil, les mauvaises fréquentations devraient m’éviter. Après tout je suis le fils de celui dit un héro. De plus, il est un auror. Mais non, ça ne m’empêche d’avoir entamé une conversation avec DiRosari. Faut croire que j’ai un don sur les rousses, ça vient surement de mon père, ce pouvoir de ramener des rousses autour de moi. Pas que ça me déplaise. J’appréciais énormément Genesis, le problème ? C’est que mes parents ne l’aimeraient pas. Mais, quelques part, ça m’arrange, c’est un peu mon coté rebelle. Les week-ends où mon père m’emmène sur le terrain, je passe mon temps à cacher mes tatouages, à fumer en cachette. Mais, parfois, j’imagine sa tête s’il savait.  Ce jour là, ça sera drôle, mais vaux mieux pour moi qu’il y ait Murdock ou Aedan dans les parages. Genie me permet de m’évader de ma vie de merde, d’oublier la trahison de mon frère, le divorce de mes parents et surtout le fait de ne pas me sentir à ma place dans ce vaste monde.

Je suis préfet des Serpentards, et bien que j’aie connu Genesis plus particulièrement à une de ses Orgies, qu’elle organise avec Artus, je dois dire que son groupe d’ami m’intrigue. Et si un jour j’en faisais parti. Après tout, je m’entends bien avec Vidya aussi.  Mon père en ferait ulcère en prime. C’est magique comment mes choix pourraient lui faire péter un cable. J’aime mon père, fut un temps je le voyais comme un héro. C’est d’ailleurs peut être encore le cas, mais ces derniers temps, il veut trop diriger ma vie, et ça me rend fou. Ah ! Tenez, la revoilà. Elle s’était  absentée pour sniffer vite fait, pendant que je gardais nos places.

Assis tranquillement, regardant les autres étudiants de mes yeux bleus, le visage neutre d’émotion, j’écoutais doucement les paroles de la rousse. Parole qui me fait esquisser un léger sourire.

« Cela t’irait bien le rôle de la tueuse en série. »

Elle reprend sur une partie du système de Poudlard, qui est, nous devons le dire, très illogique. Je ne suis pas très bavard ni très souriant, mais je prenais note de ce qu’on me disait, et je dois dire que cela me fait tilt. Elle avait entièrement raison. Et pourtant, on devrait en savoir plus depuis que mon père a mis Lord Voldemort hors d’état de nuire. J’allais lui répondre quand une adolescente de mon âge, se penche sur la table de son sourire charmeur. Je lève mes yeux océans vers elle, haussant simplement un sourcil.  Mais avant qu’elle puisse dire quoique ce soit, Genesis la chasse. Sa manière de faire me plaisait, je n’avais pas spécialement envie de me faire chier avec une gonzesse ce soir. La jeune fille me regarde, sans doute pour que je la défende. J’hausse un sourcil.

« Quoi ? Tu n’as pas entendu ? Je suis pris là, bouge. »

Frustrée, elle s’éloigne et pour ma part je me tourne vers mon amie affichant un léger sourire. J’attrape mon verre et le sirote alors que je lui annonce mon idée, parlant pas très fort tout de même.

« J’ai surement quelques choses qui va t’intéresser. Avec Scorp’, j’ai trouvé une carte des maraudeurs des locaux de Poudlard actuels. Gamyn nous l’avait déchiré, mais on a retrouvé tous les morceaux. J’ai fini de la recoller ce matin même.  J’imagine qu’on peut aller faire un tour dans la réserve si ça te tente. »

Je sirote une nouvelle gorgée la fixant dans les yeux. Mon regard était plein de vice, mais après tout, je suis un Serpentard mon cher.

Mots : 753


_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 427
Points : 389
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's burn some books. Ft Albus Ven 28 Avr - 10:41

Let's burn some books

ft. Albus

Voir l'adolescente tenter de trouver du réconfort chez Albus ne fit qu'accentuer l'énervement de Genesis qui se tenait prête à sauter à la gorge de sa proie dès qu'elle en aurait l'occasion. Armée de sa baguette elle était une harpie mais s'il fallait se battre à la force de ses poings elle se faisait furie. Sous-estimer la jeune fille en raison de sa frêle silhouette presque maladive était bien mal aisé, une trace de sa poudre magique et on ne pouvait l'arrêter qu'en l'assommant. Pourtant elle ne s'était réellement battue que trois fois dans sa vie, elle ne risquait pas souvent de se casser un ongle, il fallait des circonstances la poussant réellement à bout au point qu'elle en accepte de suer. Tellement prolétaire... La première fois avait été il y a deux ans lorsqu'Artus avait osé ramener sa dernière conquête féminine à l'une de ses soirées dans son appartement. Dès le premier regard elle avait jugé la jeune femme indigne de son meilleur ami et n'avait pas tardé à le lui faire savoir. La seconde fois s'était passé cinq minutes après la première, lorsque son âme soeur avait jugé bon de défendre sa petite-amie salope. Quand à la troisième fois c'était de nouveau avec Artus, lors de leur dispute qui avait suivi l'annonce de ses parents sur son avenir. Elle se souvenait encore du plaisir vicieux de laisser sa lame glisser et entailler la peau du sorcier ne se débattant presque pas.

Mais ces derniers temps à Poudlard était d'un tel ennui qu'elle cherchait à se distraire de n'importe quelle manière. Si se battre dans un pub miteux de Pré-Au-Lard pouvait en faire parti, alors pourquoi pas ? Pourtant Potter l'en empêcha, faisant fuir définitivement l'audacieuse et ses charmes de roturière. Sirotant le daïquiri que l'on venait de lui resservir, Genesis fit un petit geste d'adieu de la main à l'intention de l'élève. Son visage se tourna ensuite vers Albus et elle arqua un sourcil indigné. Rapidement son attention se vit accaparée par ce que lui révéla son ami.

_J’ai surement quelques choses qui va t’intéresser. Avec Scorp’, j’ai trouvé une carte des maraudeurs des locaux de Poudlard actuels. Gamyn nous l’avait déchiré, mais on a retrouvé tous les morceaux. J’ai fini de la recoller ce matin même.  J’imagine qu’on peut aller faire un tour dans la réserve si ça te tente.

Voilà ce qu'elle aimait tant chez Albus, il était à la hauteur de ses espérances, qu'il s'agisse de la suivre dans ses extravagantes envies ou de satisfaire celles-ci. Genesis décelait en lui un fort potentiel qui pourrait s'avérer utile dans certaines circonstances. La sorcière était toujours partagée en deux par un dilemme bien trop complexe pour le résoudre sur un coup de tête mais elle n'oubliait pas la mission qui lui avait été assignée. Recruter des esprits faibles et malléables était plus que jamais dans ses cordes, mais ce qui l'intéressait réellement était de troubler des âmes pas tout à fait perverties. Albus rentrait dans cette case, il n'avait rien de désigné pour l'obscurité mais il suffisait de mauvais choix de ses proches pour le détourner de la lumière oppressante qui l'entourait. L'adolescente en était persuadée, le cadet Potter pouvait se montrer utile dans l'entreprise grandissante qui s'apprêtait à semer le chaos dans le monde des sorciers. Granger l'avait cherché, elle et ses utopies d'un monde libre et lié à celui des moldus, même si Genie n'avait que faire de la suprématie du sang elle refusait que les sorciers soient traités à l'égal de ceux qui n'avaient pas le don de la sorcellerie. Si les sorciers devaient se révéler aux moldus, ce serait en tant que supérieurs à eux.

Dans son regard une lueur de malice s'éveilla, Albus venait d'attiser sa curiosité en même temps que sa satisfaction.

_Je n'aurai pu espérer mieux de ta part, Albus tu es un génie !, s'exclama-t-elle d'un ton conquis.

C'était une occasion relativement rare qu'un compliment vienne écorcher sa langue, mais lorsque Genesis daignait reconnaître des qualités chez quelqu'un elle faisait dans la démesure. Elle éteignit sa cigarette déjà prête à se lever pour courir en direction du château mais un événement inopportun l'arrêta. Depuis qu'elle dépensait autant à la Tête de Sanglier elle avait obtenu le droit d'ajouter sa touche musicale au pub, pas assez pour transformer ce dernier en club mais suffisamment pour pouvoir y danser quand elle y venait. Dès les premières notes elle reconnue un mix de The black Madonna, une artiste américaine tristement moldue mais qui avait tout de même le don d'agiter ses hanches dès qu'elle touchait à ses platines (ndla: musique en dessous ♥).

Un large sourire surpris s'étira à ses lèvres et elle sauta immédiatement de son tabouret en achevant son verre d'une gorgée. S'ils laissaient la folie s'emparer d'eux ce soir, autant bien faire les choses, ils avaient toute la nuit pour infiltrer la bibliothèque et peu de temps avant que le pub ne ferme ses portes.

_Je me moque de ton avis, on va danser, déclara-t-elle.

Pour appuyer ce qui sonnait presque comme un ordre, elle tira la langue vers le brun, une lueur de défi dans le regard puis s'engouffra dans la foule jusqu'à atteindre la piste de danse. Là elle laissa son corps prendre le dessus sur son esprit. C'était ce qu'elle avait appris au fur et à mesure de ses années de danse classique l'instinct surpassait de loin la maîtrise des mouvements. Peu importe le talent d'une danseuse, si elle ne faisait que répéter mécaniquement des gestes chorégraphiés sans les ressentir au plus profond de son corps, le public le ressentait.

Rouler des hanches, balayer le vide avec ses bras, balancer son visage à droite puis à gauche, avancer, reculer puis sautiller même un peu. Sa silhouette osseuse et ses manières aristocratiques donnaient souvent l'impression qu'elle était tendue comme un pic et rigide comme un cadavre mais dès qu'elle dansait son corps semblait presque désarticulé tant il était souple et fluide.  

Elle ouvrit un oeil et s'aperçut qu'effectivement Albus l'avait suivi, une moue joueuse aux lèvres elle s'approcha de lui et encercla le cou du garçon de ses bras pour danser avec lui.

_Un sortilège d'insonorisation et le tour sera joué, à cette heure-ci les professeurs doivent être soit en train de dormir, soit de faire pire que nous, lança-t-elle pour poursuivre leur conversation précédente.

Genesis les imaginait déjà tous les deux réussissant à braquer la réserve. On disait de l'endroit qu'il contenait parmi les grimoires les plus dangereux de leur monde, quelle délicieuse idée que de les ranger à dix mètres de jeunes adolescents . Elle s'impatientait déjà de découvrir de bien inavouables secrets au sujet de la magie, certains pourraient même intéresser Keylanne et ses frères, d'autres allaient pouvoir l'aider à passer ses ASPIC haut la main. Elle ne s'inquiétait pas de la réussite de ses examens, elle avait trop d'avance pour échouer mais elle pouvait espérer des notes bien largement au dessus de la moyenne.

_Albus, nous pourrions rentrer dans l'histoire de Poudlard si on réussit, songea-t-elle rêveuse.

Décidément cette soirée prenait une perspective plus qu'intéressante.





_________________


Allume ta prunelle à la flamme des lustres !
Allume le désir dans les regards des rustres !
Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;

Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;
Il n'est pas une fibre en tout mon corps tremblant
Qui ne crie : Ô mon cher Belzébuth, je t'adore !

crédit : code par quantum mechanics ||
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t473-genesis-dreams-are-my-reality http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t447-genesis-gene-dir
Âge : 17 ans
Situation amoureuse : Liée à l'obscurité parée de diamants.
Messages : 462
Points : 807
Patronus : Un coyote
Emploi : Me languir.
Année : Septième année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's burn some books. Ft Albus Lun 1 Mai - 18:04
détails
Let's burn some books
sous-titre
ft. Genesis DiRosari
Ʃkaemp はは ™

J’appréciais Genesis et particulièrement pour son audace. Elle n’avait peur de rien, du moins c’est comme cela que je la voyais. Il se pourrait qu’un jour, je mette mes principes de coté pour succomber à son charme rien qu’instant mais je dois dire que ce n’est pas encore à l’ordre du jour. A sa réponse, je ne put m’empêcher de lui faire un clin d’œil et un sourire malicieux avant de tendre le bras et de le pincer gentiment la joue. Genesis était quelqu’un que j’appréciais énormément, et d’autant plus depuis que je sentais qu’elle pourrait m’apprendre certaines choses. Je suis persuadé que mon père ne verrait pas d’un très bon œil mon amitié avec la rousse, mais je m’en fichais, j’avais besoin de cette amitié.

Je fus surpris de la voir se lever d’un coup, le sourire aux lèvres, je n’avais pas prêté attention à la musique, mais j’avoue que ses mots me fait hausser un sourcil. Et si je succombais quelques minutes, juste pour danser avec elle ? J’hausse les épaules et la suite serpentant entre la foule. Je me laisse aller aussi, après tout, on a qu’une seule vie, et je dois dire qu’avec Genesis je suis complètement différent, je me trouve un coté fêtard que je ne connaissais pas. D’ailleurs, elle place ses bras autour de mon cou, et moi mes mains sur ses hanches, on se laisse emporter par la musique, bien que j’écoutais ses mots aussi. Je me contentais d’hocher la tête et d’hausser mes deux sourcils comme pour parler de tentation, je souris en coin.

Dans l’histoire de Poudlard ? Cette vision me plaisait, j’imagine que nous pourrions sérieusement nous pencher sur plusieurs livres de magie noire, je pourrai en apprendre plus sur ce qui me passionne, et puis en parler à mon pè…. Ouais non, ça on va éviter en fait. D’un coup sec, je la colle à moi et la fait basculer en arrière en rythme et la redresse avant de lancer un coup d’œil à l’étudiante de tout à l’heure.

« T’imagine, après le Potter qui entre dans l’histoire pour mettre fin à un massacre, on aurait un Potter qui entre dans l’histoire pour avoir des livres de la réserve de Poudlard en copie. Il nous faudrait deux ou trois livres bien conçu, bien explicatif, qu’on ferait copier, à la limite chez les moldus qui prendraient ça pour un livre typé ‘fantastique’… et imagine tous les gens qui viendraient vers nous, on les ferait payer et tout ! »

Ouais, je rêvassais aussi. Genesis était vraiment une fille exceptionnelle, je le ressentais et je savais qu’on pourrait faire de grande chose elle et moi.

Ce n'est pas très long désolée D:

[/quote]

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 427
Points : 389
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's burn some books. Ft Albus Jeu 18 Mai - 16:00

Let's burn some books.

ft. Bubus

L'adolescente se sentit attirée puis balancée en arrière, la tête à l'envers, elle suivit le regard d'Albus jusqu'à tomber sur l'étudiante qui avait tenté de lui dérober son ami. Lorsque le sorcier la fit remonté, un rire cristallin presque enfantin s'échappa de ses lèvres et elle posa ces dernières contre la joue du brun.

_T’imagine, après le Potter qui entre dans l’histoire pour mettre fin à un massacre...

Genesis n'écouta presque pas la fin de sa phrase, sa comparaison avec son père la ramena à quelques jours plus tôt, dans la cabane hurlante, lorsque que Keylanne demanda à elle et Vidya de tenter le jeune Potter. Involontairement le garçon venait de lui rappeler quelle était sa mission et qu'il ne valait mieux pas décevoir Gidéon, l'Histoire de la magie suffisait à témoigner des conséquences de la colère d'un Grindelwald. La jeune fille avait toujours eu le pressentiment qu'Albus pourrait effectivement être utile à leur mouvement, mais c'était tout autre chose que de mettre son instinct en action. Ses méninges commencèrent à s'agiter, le moment était parfait pour entamer la séduction, puisque après tout c'était bien de cela qu'il s'agissait. Ne souhaitant pas que l'adolescent remarque un quelconque changement d'attitude en elle, Genie s'écarta de son ami afin de laisser libre cours à ses réflexions.

Pour commencer il ne fallait pas le brusquer, le préfet était attiré par les ombres mais il ne fallait surtout pas oublier le père qu'il avait. Un mot de trop, un sous-entendu mal compris et c'était l'organisation toute entière qui était offerte aux aurors sur un plateau d'argent. Aussi prêts du but, il aurait été dommage de se vendre avec tant de facilité... Il fallait d'abord le charmer, qu'il soit convaincu de l'idéologie tordue de ces néos-Grindelwald avant qu'elle n'entre dans le vif du sujet et ne l'invite à avoir sa place parmi eux. Paradoxal de la part de celle dont l'esprit avait été si torturé durant des mois, de soudainement échafauder un plan pour convaincre son ami de les rejoindre. Mais les crises de Genesis lui paraissait presque lointaine, petit à petit elle coulait, elle n'avait plus rien auquel se rattraper. Dans les abysses on l'attendait avec impatience, alors pourquoi ne pas se laisser sombrer, c'était si simple ainsi. Et puis, rien ne pouvait dégénérer, n'est-ce-pas ?

Les idées plus claires, elle s'approcha de nouveau d'Albus et lui prit la main, la musique n'était plus la même et elle commençait à s'impatienter d'entrer par effraction dans la réserve. Avant toute chose, pour achever d'embrouiller leurs esprits déjà pas très nets, la sorcière l'entraîna jusqu'au comptoir où elle commanda quatre shooters, une fois servis elle en leva un premier.

_A notre génie mon cher Albus, déclara-t-elle.

Puis elle porta le petit verre à ses lèvres et but d'une traite son contenu. Pour ne pas fatiguer elle se saisit immédiatement du second et l'avala de la même manière en faisant un clin d'oeil malicieux au sorcier.

_Et à cette nuit qui s'annonce incroyable !

Après avoir payé leurs consommations, puisque c'était l'un des avantages d'avoir une place dans le cœur de la sorcière de ne jamais rien avoir à payer, elle alla à leur table récupérer ses affaires avant de faire signe à Albus de la suivre à l'extérieur. Dès qu'ils franchirent la porte d'entrée, elle porta sur ses épaules sa cape en velours et à la capuche en hermine blanche, il ne faisait pas froid mais Genesis privilégiait toujours l'élégance au confort... Sauf quand elle pouvait se permettre l'inverse et dans ces cas-là elle pensait plus à « vivons nus, vivons heureux » mais toujours avec une parure de diamants. Il fallait se distinguer des hippies dreadeux...

Elle resta un instant à contempler le ciel tapissé d'étoiles qu'il était si aisé de voir en Ecosse, la région était sûrement la moins polluée visuellement du pays, c'était sans doute ce qui lui manquait le plus dans son appartement du chemin de traverse. Observer les étoiles pendant des heures était un rare luxe qu'elle ne pouvait acheter.

_Des fois je me dis qu'il nous faudrait une belle révolution, entama-t-elle le regard toujours perdu vers les astres, certaines choses ne devraient pas changer comme d'autres sont à reconstruire intégralement...

La rousse tourna la tête vers Albus puis chercha dans son sac son paquet de cigarettes pour s'en allumer une nouvelle. L'expression de son visage était passé de la malice à quelque chose de plus grave et sérieux... Il n'y avait qu'Artus pour savoir ce que signifiait cette bouche pincée, il avait vu mille et une fois germer dans l'esprit de son âme jumelle des plans paraissant absurdes et se révélant brillants.

_Comme cette école et ses enseignements désuets ne nous formant qu'à être de parfaits petits sorciers aux visages jovials alors que dans les murs même du château se trament trafic de drogues, d'alcool, jeux de pouvoirs... Mais Mc Gonagall ferme les yeux avec suffisance.

Elle alluma sa cigarette et recracha la fumée d'un mouvement presque théâtral avant de se tourner de nouveau vers le ciel.

_Tu sais comment à l'époque des monarchies celles-ci étaient le plus troublées ? Les révoltes paysannes ce n'était rien, non... Les Rois avaient le plus à craindre lorsque les membres de leurs Cours, la noblesse, commençaient à s'agiter. Il n'y a rien de plus terrifiant qu'une personne de pouvoir en colère...

Le sous-entendu était peut-être trop évident, après tout Albus connaissait toute la joyeuse troupe de sangs-pûrs qu'ils formaient à Londres et les illustres noms que tous avaient. Mais son objectif était d'attiser sa curiosité, le pousser vers une réflexion que peut-être il ne s'était jamais faite, voir le venin de Grindelwald agir doucement sur l'esprit du jeune homme.



_________________


Allume ta prunelle à la flamme des lustres !
Allume le désir dans les regards des rustres !
Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;

Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;
Il n'est pas une fibre en tout mon corps tremblant
Qui ne crie : Ô mon cher Belzébuth, je t'adore !

crédit : code par quantum mechanics ||
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t473-genesis-dreams-are-my-reality http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t447-genesis-gene-dir
Âge : 17 ans
Situation amoureuse : Liée à l'obscurité parée de diamants.
Messages : 462
Points : 807
Patronus : Un coyote
Emploi : Me languir.
Année : Septième année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Let's burn some books. Ft Albus
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Let's burn some books. Ft Albus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Présentation de Albus Potter
» [Présentation d'un des decsandant d'albus dumbledore]
» Les Phénix d'Albus Dumbledore
» [A reprendre - Elève/Héritier] Albus Potter (Alex Evans) ~ 3e année à Serpentard
» Les sombres secrets d'Albus Dumbledore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: PRÉ-AU-LARD :: Pubs & Auberges :: La Tête de Sanglier-
Sauter vers: