AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives rps :: Rps transférés
MessageSujet: Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre) Mer 8 Mar - 10:35
ft. Genesis & Scorpius

Sortie familiale
Ce weekend, Scorpius était rentré chez lui ; enfin dans le manoir familial ; dans lequel ses grands parents avaient déposé leurs valises. Cela le despérait de les voir tous les jours mais ce qui lui faisait le plus de mal c’était de voir son père si froid, si dur. C’était comme si depuis la mort de sa femme, ses parents avaient repris tout contrôle sur leur fils, tout comme ils l’ont fait durant toutes ses années à Poudlard.
Si seulement Astoria était encore là, elle le remettrait dans le droit chemin, lui ferait comprendre qu’ils étaient mieux sans eux, plus heureux… Le blondinet soupira.

12h45 : il était à table avec son père, sa grand-mère et de son grand père, vous ne pouvez pas imaginer l’ambiance pesante qui régnait autour de la table. Pas un mot, ils se tenaient tous droits, mastiquaient délicatement. Il n’y avait pas un bruit, l’on pouvait entendre les mouches voler. Scorpius préférait cela à devoir faire semblant de faire la conversation avec ces personnes. Soudain sa grand-mère pris la parole.

« Alors Scorpius, tu as reçu la lettre de ton père ? Il parait que tu n’y as pas répondu, j’espère que tu l’as lue au moins… » Lucius la coupa.
« Mais surtout que tu as appliqué les conseils qui étaient donnés dedans. Cette Rose tu as bien coupé les ponts avec elle comme nous te l’avons suggéré. »


SUGGERE ? CONSEILS ? C’était une blague ? Ce sont des ordres, le jeune homme n’avait pas le choix. Son père restait silencieux pour le moment. Les yeux du Serpentard étaient dans son assiette. Rose était maintenant sa petite amie il avait fait l’inverse. Il ne comptait pas non plus arrêter de voir Albus et encore moins épouser Saoirse.
Toujours les yeux baissés il répondit alors.

« Rose est ma petite amie à présent. Albus est mon meilleur ami. Certains Gryffondors ne sont pas méchants. Je ne compte pas suivre vos….. conseils. Je suis assez grand pour me débrouiller. Comme vous me l’avez dit, mon nom est mon héritage et je veux en être fier, car l’héritage que vous m’avez légué, je n’en suis pas fier. »

BOUM ! Son Lucius frappa de son poing sur la table, faisant sursauter Narcissa et Scorpius. Il renversa son verre au passage. Le blondinet se mordit la lèvre, il n’aurait jamais dû dire ça. Lucius allait prendre la parole mais son père fit un signe de la main signifiant “laisse-moi faire‘. Le jeune Malfoy eu une lueur d’espoir qui traversa son esprit. Draco, il allait enfin le défendre. Tenir tête à Lucius et Narcissa !

« Scorpius, j’aimerais que tu écoutes d’avantage tes grands parents, ils sont de bons conseils. »

C’en était trop. Le jeune homme ne pouvait plus le supporter. La tête toujours baissée, il se leva, repoussant sa chaise, les deux mains contre la table, bras tendus. Les larmes lui étaient montées aux yeux, et elles coulaient maintenant dans son assiette. C’était des larmes de colère. Il releva d’un coup la tête et regarda son père droit dans les yeux.

« DE BONS CONSEILS ? MAIS REGARDE COMMENT TU AS TERMINE PAPA ! SEUL, MALHEUREUX, SANS AMIS, SANS FEMME, AVEC UN FILS QUI TE DETESTE ! JE NE VOUDRAIS POUR RIEN AU MONDE ECOUTER LEURS CONSEILS SI C’EST POUR FINIR COMME TOI ! TU FAIS HONTE A LA MEMOIRE DE MAMAN ! »

Scorpius quitta la table, il les détestait tous. Derrière lui il entendit son grand père murmurer :

« Regarde-le, pleurer comme un bébé. C’est une chiffe mole, comme son père. »

Puis sa grand-mère reprit avec une voix plus douce mais audible ; Narcissa n’était pas vraiment méchante, elle aussi était sous l’influence de Lucius. Elle avait ses idées certes, mais elle aimait sa famille.

« Scorpius Hypérion Malfoy, à 16 heures nous avons invité la famille Dirosari à boire le thé. Je voudrais que tu sois là. Alors surveille l’heure. »

Sans un mot de plus, il quitta la pièce. Le Serpentard avait déjà cessé de pleurer, mais il était toujours en colère. Rapidement, il monta les escaliers qui menaient à sa chambre, emprunta un couloir et arriva devant une porte noire avec écrit sur la porte en lettre verte “Scorpius Hypérion Malfoy“. Il poussa la porte et la claqua violemment. Le blondinet se jeta sur son lit, emplit de rage. Il aimait son père, il ne le trouvait pas misérable et ne trouvait pas non plus qu’il faisait honte à Astoria, il voulait juste le faire réagir. Il sera son oreiller contre lui. Genesis. Genesis Dirosari. Il l’avait déjà croisée plusieurs fois, c’était une femme vraiment particulière avec un caractère plus que désagréable. Cependant, son attitude attisait la curiosité du Serpentard.

15h08 : En plein match de quidditch, il perdait le contrôle de son balai. Des trombes d’eau lui tombaient dessus, le vent soufflait par violente bourrasques, l’orage grondait.
Il essayait d’attraper le souaffle passé par son camarade d’un geste vif. Il tomba de son balai. Il tombait, la chute sembla sans fin et pourtant le sol se rapprochait de plus en plus. Il entendit une voix féminine qui hurlait son prénom, puis la voix d’Albus.
Scorpius se réveilla en sursaut, en sueur.

« Ce n’était qu’un rêve… »

Il regarda l’heure sur sa montre : il n’était pas en retard, il avait le temps de prendre une douche avant l’arrivée de la famille. L’eau chaude coulait le long de son corps, comme si il essayait de se laver de la pluie battante de son rêve.
Il s’habilla simplement, mais classe et brossa sa crinière blonde afin qu’elle se tienne tranquille.

15h57 : Le Serpentard entra dans le salon vêtu d’un jean noir et d’une chemise grise qui laissait entrevoir son torse, enfin légèrement. Il avait fait des revers à son pantalon et avait enfilé une paire de basket. Personne ne lui adressa la parole lorsqu’il s’assit dans l’un des fauteuils : il n’était ni en avance, ni en retard, bien coiffé, bien habillé, il se tenait droit donc ils n’avaient aucun reproche à lui faire.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t306-un-nom-qui-n-inspire-guere-confiance?highlight=un+nom+qui+n+inspire http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t198-le-scorpion-piqu
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : En couple
Messages : 168
Points : -20
Patronus : Chien
Année : 6e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre) Lun 13 Mar - 11:40

Le manoir des Malfoy

ft. Scorpius
Tu passes ton temps à te défiler
Tes adversaires, défie-les
J'aime tes collants effilés
Te compare pas à des filles laides -Nekfeu

Genesis arpentait son appartement le regard se perdant sur toutes les bouteilles d'alcool vide qui l'encombrait. Sa démarche incertaine la ramena jusqu'à sa chambre où Artus ronflait contre ses draps en coton égyptien et elle s'affala à ses côtés en maudissant ses parents. Au milieu de leur soirée de la veille elle avait reçu une beuglante de la part d'Ovide et Theodora DiRosari l'informant qu'elle devrait se rendre le lendemain après-midi au manoir Malfoy pour un thé. Impossible de décliner l'offre elle était obligée d'obéir. Roulée en boule dans son lit, son meilleur ami vint immédiatement l'encercler de ses bras en déposant un baiser contre sa tempe. C'était ce qui lui manquait le plus à Poudlard, la tendresse d'Artus à son égard était un réconfort dont elle avait du mal à se passer. Les caresses, les baisers, les sourires et les compliments... Elle se sentait comme une princesse dans les bras du garçon. Ils étaient invincibles quand ils étaient ensembles, rien ne pouvait se mettre entre eux, c'était une si belle sensation, la pureté obscure de leur amitié. Puisqu'ils l'étaient, sombres, le poison de leur amour parcourait chaque centimètre de leur peau dès qu'ils se retrouvaient. Toujours aller plus loin dans l'excès, l'extrême était un bien délectable, le reste n'avait aucune importance.

_ Je dois m'habiller, chuchota l'adolescente.
_ Tu sais que je te préfère nue...

Pour appuyer ses mots il la serra plus fort contre lui en enfouissant son visage contre le cou de la sorcière. Un mélange de whisky, de sueur, de tabac froid et de Yves Saint Laurent tel était le parfum enivrant de la femme de sa vie. Aucune autre ne partageait son odeur, il avait essayé de le retrouver, en vain. Les pétasses ne lui arrivent pas à la cheville, Genesis hume le danger.

C'est à contre cœur qu'il la laissa se libérer pour assister au spectacle de Genie se préparant, il se redressa un peu pour s'allumer une cigarette et resta la déshabiller du regard pendant qu'elle allait et venait dans la chambre. D'abord elle commençait par frotter sur sa peau de l'huile de noix de coco, redresser ses cheveux dans un chignon strict et serré puis venait le rituel presque érotique de son habillage. Une jambe puis l'autre pour couvrir ses fesses d'un fin tissus en dentelle noir, elle remontait du bout de ses orteils jusqu'à l'ouverture de ses cuisses un bas qu'elle accrochait à son porte jarretelle. Sur la pointe des pieds elle faisait rebondir la pointe de ses seins en essayant de danser pour se donner de l'élan mais elle abandonna pour couvrir le reste de sa peau d'une robe moulante noire au col coulé qui allongeait sa stature. Elle allait enfiler sa paire de Louboutin préférée quand l'homme l'en empêcha pour la ramener contre lui.

_ Reste avec moi... Tes parents comprendront, ils m'apprécient trop pour t'en vouloir.
_ Jaloux ?
_ De tous ceux qui osent t'approcher, tu le sais bien.
_ Je transmettrai au fils Malfoy.

Sa bouche parcourue la nuque de la jeune fille tandis qu'il semblait presque vouloir l'étouffer de ses bras. Un sourire étira les lèvres de Genesis avant qu'elle ne s'échappe de nouveau en lui promettant de revenir rapidement. Elle pressa un peu de parfum contre ses clavicules puis dans un éclat de rire cristallin elle disparu du champs de vision d'Artus.

Le chemin de traverse s'éclipsa pour une immense demeure imposante de sa majesté, le manoir Malfoy. Elle se souvenait petite avoir parcouru ses couloirs tandis que ses parents s'organisaient avec l'illustre famille, déjà enfant elle avait trouvé les Malfoy disgracieux. Son instinct lui dictait de faire preuve de toute la douceur dont elle était capable à leur égard pour mieux en tirer tout ce qu'elle pourrait. Après tout, en tant qu'héritière DiRosari elle se devrait un jour ou l'autre de faire affaire à son tour avec tous les autres héritiers qui se trouvaient à Poudlard pour l'instant. Cela l'amusait, de se dire que dans quelques années toutes les personnes à qui elle aura fourni de la drogue et la jouissance de la débauche devront parlementer avec elle. Pourtant même si les doyens Malfoy ne lui inspirait que du dégoût, le jeune Scorpius la fascinait. Tant de rumeurs courraient au sujet du blond allant de sa naissance à son obédience actuelle, pour venir de la même maison elle savait que tout cela n'était que ragots et commérages indignes. Mais elle savait qu'il y avait un autre mystère à percer derrière tout cela. Le Serpentard se montrait discret, bien trop, dans l'ombre de son meilleur ami il réservait son exubérance à d'autre. Elle aimait le provoquer, le pousser toujours davantage...

_ Genesis, vous êtes en retard, l'interrompit une voix familière.
_ Père, veuillez m'excuser je m'entretenais avec Artus, nous nous sommes un peu attardés, se justifia-t-elle avec un large sourire carnassier.

Ovide DiRosari imposait par sa stature, l'homme avait le visage froid et fermé des hommes d'affaire qui n'ont pas de temps à perdre, une structure osseuse carrée encadrée par de longs cheveux cuivrés attachés en une queue de cheval. Immense, sa cape émeraude exacerbait sa taille lui donnant un air majestueux. A sa poitrine, les armoiries de leur famille, le corbeau au bec d'émeraude, rappelant à tous que le prestige de la famille italienne s'était construit sur la faillite des plus faibles. L'oiseau charognard, symbole de mauvais pressage pour ceux croisant sa route...

_ Gardez vos excuses pour vous même Genesis, vous empestez encore l'alcool, coupa sa mère.

Theodora DiRosari, la flamme humaine. Tout comme sa fille, la clarté de sa peau contrastait avec une crinière flamboyante, elle ressemblait tant à son enfant. L'observer c'était voir ce que Genesis deviendrait dans quelques dizaines d'années. Elle avait un regard glacial, forçant ceux qui lui adressaient la parole à ne pas trop s'attarder. Personne ne résistait à ses yeux qui semblaient percer l'âme des hommes qui s'approchaient d'elle. Aussi accueillante que son mari, elle s'est imposée dans un monde masculin comme la femme fatale, littéralement. Personne ne résiste au passage de l'italienne, que ce soit en bien ou en mal. Elle a détruit par caprice, brisé des vies pour rappeler son importance, ce n'est pas une femme à se mettre à dos.

_ Mère, toujours un plaisir de vous voir, salua la jeune fille.

Ils n'eurent pas le temps de poursuivre leur échange qu'un majordome ouvrit la porte, les invitant à entrer.

Les salutations avec la famille Malfoy se firent courtes et polies, du moins pour la jeune fille dont le crâne bourdonnait encore. Elle prit place sur un fauteuil et patienta ensuite, observant les démonstrations d'hypocrisie de sa famille et de leurs hôtes, se demandant ce que son camarade de Poudlard faisait. Elle était presque déçue de ne pas le voir, croiser Scorpius au sein de sa demeure... Elle avait déjà imaginé mille et une manière de le faire tourner en rond.

Droite comme un piquet, faisant preuve de toute la grâce dont elle était capable, Genesis était l'image même de la jeune fille de bonne éducation. Drago Malfoy la complimenta sur son interprétation du cygne noir dans Le Lac des Cygnes l'été passé et elle fit mine de ne pas avoir remarqué qu'elle avait été incroyable.

_ Vous savez la danse classique est une..., elle se coupa lorsqu'une tête blonde pénétra dans le salon.

Scorpius traversa la pièce sans un regard ni un mot, silencieusement il prit place près de l'adolescente, soutenant son corps avec la même rigidité qu'elle puis rien, le silence. Genesis remarqua aussitôt l'expression sévère du grand père Malfoy et se fit la réflexion qu'un homme aussi lâche que lui n'avait sûrement rien à dire au sujet de son petit fils. Une expression angélique prit place sur le visage de la sorcière rousse qui décida de sauver le garçon.

_ Scorpius !, s'exclama-t-elle d'un ton ravi.

Elle jeta un regard bourré de sous-entendus au Serpentard, l'invitant à entrer dans son jeu. Elle sauta sur ses deux pieds et s'avança de sa démarche légère vers le sorcier.

_ J'attendais justement que quelqu'un me fasse visiter le manoir, tu me sembles tout à fait désigné.

La jeune fille fit une légère pirouette pour se tourner vers les parents de Scorpius avec un large sourire bienveillant.

_ Vous avez donné vie à quelqu'un d'exemplaire, Scorpius démontre chaque jour qui passe qu'il sera un grand homme. Aucun doute quand à la famille dont il est issu, complimenta-t-elle.
_ Genesis est d'une rare sensibilité, appuya Ovide, elle ne peut s'empêcher d'admirer autrui. Elle ne tari pas d'éloges au sujet de votre fils.
_ Pouvons-nous nous éclipser ? Les souvenirs que j'ai du manoir sont assez flous, j'adorerai que Scorpius me les ravive.

Elle voulait surtout se trouver un coin tranquille pour fumer un joint qui apaiserait sans aucun doute sa gueule de bois. Mais vu la dureté des traits du blond, elle se doutait que lui-même n'avait aucune envie de rester dans la pièce, autant lier l'utile à l'agréable.


_________________


Allume ta prunelle à la flamme des lustres !
Allume le désir dans les regards des rustres !
Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;

Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;
Il n'est pas une fibre en tout mon corps tremblant
Qui ne crie : Ô mon cher Belzébuth, je t'adore !

crédit : code par quantum mechanics ||
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t473-genesis-dreams-are-my-reality http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t447-genesis-gene-dir
Âge : 17 ans
Situation amoureuse : Liée à l'obscurité parée de diamants.
Messages : 463
Points : -18
Patronus : Un coyote
Emploi : Me languir.
Année : Septième année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre) Lun 3 Avr - 13:01

C'est un vrai labyrinthe
Scorpius ft. Genesis



Scorpius entendait des voix en provenance du salon, tout commentaires plus hypocrites les uns que les autres. Le jeune homme se demandait bien l’intérêt de tout ceci ; enfin non, les citations de son grand-père pour justifier ces rencontres avec les nombreuses et respectées familles fusaient durant les diners. Mais Scorpius n’en comprenait pas le sens : “Les relations sont sûrement le miroir dans lequel on se découvre soi-même“, qu’est-ce que cela signifiait ? Que nous étions qui nous étions à cause de nos relations ? Vraiment, quel raisonnement dépassé.

Il était soupirant, et respira profondément avant d’entrer dans le grand salon. Un sourire léger mais poli, vint naître sur ses lèvres. Scorpius salua Theodora en premier, honneur aux femmes, puis il offrit une poignée de main ferme à Ovide. Enfin, il s’approcha de Genesis dont l’exclamation le surpris. Le blondinet planta son regard dans celui de la demoiselle, et, son sourire courtois laissa place à un rictus malin.

« J'attendais justement que quelqu'un me fasse visiter le manoir, tu me sembles tout à fait désigné. »

Elle venait de lui épargner une longue conversation ennuyante et inutile, sous le regard lourd de sa famille. Genesis n’imaginait même pas à quel point Scorpius pouvait-être heureux de quitter cette pièce, cette atmosphère suintant le mensonge et l’hypocrisie.

« Vous avez donné vie à quelqu'un d'exemplaire, Scorpius démontre chaque jour qui passe qu'il sera un grand homme. Aucun doute quant à la famille dont il est issu. »

Scorpius retint un rire qui aurait pu paraitre déplacé, sans aucun doute, il l’aurait été. Mais l’expression que l’on lisait sur le visage de Lucius à la suite des compliments de la rousse était une vision amusante. Il avait l’air surpris, une surprise qu’il tentait de cacher avec un air voulant signifier “Bien entendu qu’il l’est, c’est mon petit-fils. “ Lucius était le plus hypocrite de tous.

« Genesis est d'une rare sensibilité,
il marqua une courte pause, elle ne peut s'empêcher d'admirer autrui. Elle ne tari pas d'éloges au sujet de votre fils. »

Cette remarque aussi le fit sourire, il ne lui avait pas semblé être si proche de Genesis. Puis, en se retourna vers son père et ses grands-parents, son sourire disparu, il parla d’un ton poli, mais dur et froid.

« Père, afin que vous puissiez discuter sans être dérangé, je vais répondre à la demande de Mademoiselle Dirosari si cela vous convient. »

Sans un regard pour son grand père, il se retourna de nouveau vers la famille Dirosari avec ce même sourire poli.

« Enfin, si vous me le permettez, bien entendu. »

Ovide fit un signe affirmatif de la tête, qu’aurait-il pu faire d’autre ? Ils allaient certainement aborder des sujets dont les jeunes sorciers ne devraient pas être au courant. Ils auraient alors trouvé une excuse pour les envoyer faire autre chose. Au moins cette fois-ci, ils ne se donneraient pas cette peine.

Le blondinet se plaça devant la vert et argent et lui tendit son bras, qu’elle saisit après s’être levée. Il lui fallut se retenir de toutes ses forces pour ne pas jeter son regard satisfait et victorieux à son grand père en quittant la pièce.

Une fois la grande porte en chêne poussée, ils se retrouvèrent dans le hall d’entrée : les murs étaient couverts de couleurs froides, dont beaucoup de nuances de gris. Le mobilier était luxueux et les tableaux somptueux. Un magnifique tapis recouvrait une bonne partie du sol en pierres grises.

« Alors comme ça, mademoiselle DiRosari, je suis quelqu’un d’exemplaire ? » un sourire en coin sur la bouche du jeune homme, avant qu’il ne reprenne. « Plus sérieusement, merci de nous avoir sorti d’ici, je t’en dois une… »

En face d’eux, plusieurs chemins. C’était un manoir après tout, la maison était plutôt immense. Un sombre couloir avec des escaliers escarpés menaient à la cave, alors que si l’on continuait tout droit il y avait un long couloir, bien éclairé contrairement au premier. Là encore, des tapisseries sur le sol et de luxueux tapis. La première porte sur la gauche, la grande salle de bain et sur la droite, la chambre de Narcissa et Lucius. Tout au bout, la chambre de Draco et la porte qui menait aux nombreux jardins, au parc, aux fontaines et à la liberté.

Sur leur gauche, un autre escalier en bois sombre, où il entraina la demoiselle. Ils s’arrêtèrent au premier étage, c’était un endroit immense pour deux personnes : son père et lui. Ce couloir-ci ressemblait étrangement au second du rez de chaussée, ils passèrent plusieurs portes, sans s’arrêter avant que Scorpius ne marque un stop pour rentrer dans sa chambre. Il laissa passer Genesis avant lui et referma la porte : enfin loin de l’influence de son grand père.

Un grand lit à baldaquin prenait une grande partie de la pièce, un canapé en cuir sous la fenêtre qui elle-même, donnait sur les jardins. Une armoire en bois sombre avec des poignées en bronze, une bibliothèque, comprenant des bouquins diverses et variés, une commode avec des trophées de Quidditch, et d’autres bibelots. Au mur, de splendides tableaux peints par sa mère, des peintures grises et marrons ainsi qu’un grand miroir. Les meubles, comme dans toute la demeure, étaient luxueux et la décoration chargée, même si la chambre de Scorpius était plutôt vide comparée aux autres pièces.
Il laissa Genesis s’affaler sur le canapé avant de briser le silence qui s’était installé.

« Si tu veux fumer, fait comme chez toi. »

Le Serpentard lui indiqua le cendrier en cristal posé sur la commode au-dessus de la tête de la rousse.

« Tu n’as pas l’air bien tu sais, tu devrais prendre une douche. »
Ajouta-t-il sur un ton taquin. « Bien que tu sois très jolie, je n’ai pas dit ça ne t’énerve pas ! »

Il pouffa légèrement, alors qu’elle le regardait avec des yeux emplis d’interrogation.

« Quoi ? Je n’ai rien dit de mal ! »

Scorpius s’assit sur le canapé lui aussi, et détourna la tête pour regarder par la fenêtre. Il pouvait y observer son reflet. Ses cheveux commençaient à être longs. Il ressemblait à Draco lorsqu'il avait son âge mais aussi de plus en plus à Lucius. Il fallait qu'il aille couper tout ça . Le jeune homme coinça une mèche derrière son oreille avant de reporter toute son attention en direction de Genesis DiRosari.

« Tu voudras prendre l’air après ? »

avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t306-un-nom-qui-n-inspire-guere-confiance?highlight=un+nom+qui+n+inspire http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t198-le-scorpion-piqu
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : En couple
Messages : 168
Points : -20
Patronus : Chien
Année : 6e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre) Lun 24 Avr - 23:17

Le manoir des Malfoy

ft. Scorpius

La parfaite pièce de théâtre DiRosari s'achevait avec de larges sourires des deux femmes de la famille, l’étiquette obligeait des façades sentimentales qui faisaient vomir autant Genesis que Théodora. L'adolescente remarqua un bref sourire sur le visage de son camarade de Serpentard, bien, lui-même avec compris son « subtil » stratagème. Elle tourna son regard sur son père qui venait d'approuver d'un simple hochement de tête la proposition de Scorpius et par la même occasion se détourner vers sa fille. Cette dernière savait pertinemment pourquoi ils souhaitaient s'entretenir avec les Malfoys, il suffisait d'ouvrir la gazette des sorciers pour se rendre compte de ce qui se préparait dans le noir. Hercule DiRosari, le grand père de la jeune fille avait lui-même connu Lucius Malfoy à l'époque de la grande guerre, tous deux avaient combattu dans le même camps contre ceux qu'ils jugeaient hérétiques de leur sang.

Genesis prit le bras de Scorpius en conservant son large sourire qui s'atténua au fur et à mesure qu'ils s'éloignaient de la pièce, de nouveau sa gueule de bois vint accentuer sa colère de ne pas pouvoir profiter de ce week-end en dehors du château avec les londoniens habituels.

_Alors comme ça, mademoiselle DiRosari, je suis quelqu’un d’exemplaire ? Plus sérieusement, merci de nous avoir sorti d’ici, je t’en dois une…

Elle fit une petite pirouette exagérée avant d'achever par une révérence.

_Je tâcherai de m'en souvenir en cas de problèmes.

La sorcière savait de quoi elle parlait, elle était la reine pour en créer, des problèmes. Son regard mêlant l'argent et le vert, couleurs complémentaires qui semblaient la suivre où qu'elle aille, balaya le hall. Elle avait toujours trouvé un charme certain au manoir Malfoy, cette beauté des familles les plus anciennes. Derrière chaque grand nom se trouvait un domaine dont les vieilles pierres venaient attestées de l'héritage.

Genesis avait passé tant de temps à vivre dans son appartement, elle ne s'imaginait plus le quitter à présent si ce n'est pour interpréter à sa manière la caricature de l'héroïne du Tour d'écrou. Selon elle, l'époque où l'on pouvait encore s'enfermer dans son aile était révolue, elle ne se lasserait jamais des mondanités dans des penthouses splendides au cœur de New York, les hôtels particuliers du vieux Londres ou les châteaux siégeant au centre des plus belles cités. Non, définitivement, si elle devait un jour rester cloîtrée dans le manoir DiRosari elle ferait en sorte de bâtir à la manière de Versailles, une prison dorée dont sa cour ne pourrait s'échapper.

Scorpius la guida vers un escalier puis un large couloir dont elle prit le temps d'examiner les enluminures décorant les murs, un travail délicat qu'elle appréciait. On ne sous-estimait que trop l'art médiéval à son goût. Enfin ils arrivèrent à la partie de la demeure qui l'intéressait le plus, la chambre de son hôte chargée de l'âme de celui-ci. C'était souvent ce qu'elle trouvait de plus révélateur chez les gens, observer le lieu où sommeille quelqu'un et vous en aurait le portrait le plus fidèle possible. Elle grimaça en se souvenant que la sienne était occupée par Artus et qu'elle aurait pu être en ce moment même en train de soigner sa gueule de bois en sa compagnie avant de devoir prendre le train la ramenant à Poudlard, sa prison terne actuelle. Elle observa avec minutie chaque détail de la vie de Scorpius que la pièce pouvait lui apprendre, s'attardant sur les tableaux dont la signature indiquait qu'ils avaient été peint par sa mère. Sujet délicat qu'elle préféra ne pas aborder de sitôt, pour pénétrer l'âme de quelqu'un il faut le faire tendrement. Ses pas la guidèrent davantage vers le canapé en cuir sur lequel elle s'affala avec soulagement, même si Louboutin était Roi dans le domaine des talons qui pouvaient servir de chaussons, elle n'en pouvait plus d'être élevée par les sept centimètres.

_Si tu veux fumer fais comme chez toi.

Genesis jeta un regard surpris sur l'adolescent, elle en avait oublié de parler depuis qu'ils avaient quitté le hall. Elle ne faisait pas partie de ces gens ayant besoin de troubler le silence par leurs jacassements aussi inutiles qu'agaçant, au contraire elle se complaisait dans le calme. Ainsi, tout en gardant ses lèvres closent, elle attrapa le cendrier que le sorcier lui avait désigné et sorti de son sac une feuille à rouler, son grinder et son herbe et se mit immédiatement au travail. Il ne lui fallu qu'un bref instant avant d'apporter le joint à ses lèvres et l'allumer tout aussi rapidement, laissant la fumée délivrer ses pensées brouillées.

_Tu n'as pas l'air bien tu sais, tu devrais prendre une douche. Bien que tu sois très jolie, je n'ai pas dis ça, ne t'énerve pas !

De nouveau une surprise, le compliment l'étonnait de la part du blond, il en semblait quelque peu avare.

_Quoi ? Je n'ai rien dis de mal !

Un sourire étira ses lèvres tandis qu'elle recracha une fumée opaque de celles-ci.

_Au contraire mais je suis agréablement étonnée et ne t'en fais pas je ne fais pas partie de ce genre de demoiselle qui a besoin d'être consolée sur sa beauté, rassura-t-elle.

Elle le vit se tourner vers la fenêtre juste après avoir pris place à ses côtés, du même geste elle observa le paysage sur lequel elle donnait. Tout aussi imposants de leurs superbes que le manoir, les jardins du domaine étaient soigneusement entretenus lui rappelant le verger des DiRosari où elle aimait perdre sa gouvernante plus jeune. Le souvenir lui arracha un nouveau sourire.

_Délicieuse soirée cette nuit, se justifia-t-elle sur son état, j'espérais y voir Albus d'ailleurs mais son père me l’extirpe.

Albus faisait parti des rares personnes à l'avoir réellement surprises à Poudlard, de la curiosité à l'origine s'achevant par de la tequila but à même le ventre de filles peu farouches. Elle aimait pervertir un Potter, c'était devenu, et de loin, son passe-temps préféré depuis qu'elle avait décidé de l'inclure dans son cercle de fêtards.

_C'est dommage, nous aurions pu venir tous les deux à ce petit thé, je suis persuadée que ton grand-père en aurait été ravi, ricana-t-elle.

D'un geste de la main elle tendit le joint au Serpy avant de se redresser du canapé pour aller s'examiner dans l'immense miroir de la chambre. Effectivement son teint pâle était rehaussé par l'abus d'alcool et de stimulants la veille, une petite trace de cocaïne n'aurait pas été de trop à ce moment précis mais elle n'aurait pas supporté prendre le train après. Vivement que le château autorise le transplanage, sa majorité fièrement acquise elle se faisait une joie d'utiliser la magie à outrance et en toute circonstance. Être privée de cette liberté dans l'endroit même où ils apprenaient à maîtriser leur don lui paraissait incongru.

_Tu voudras prendre l'air après ?, demanda son hôte.
_J'en doute, murmura-t-elle en essuyant une trace de mascara en dessous de sa paupière.

Se détournant avec difficulté de son reflet, qui pouvait le faire aisément en même temps ? Elle centra son attention de nouveau sur Scorpius.

_Alors mon cher Scorpius, qu'est-ce-que le jeune Malfoy a-t-il pu bien faire pour énerver à ce point son grand-père ? Il y avait une de ces ambiances quand nous sommes arrivés...

De nouveau Genesis s'installa sur le canapé en soupirant d'aise, remettant son col roulé en place au passage.

_Laisse moi deviner... Tu as oublié d'être lâche quand la guerre et ton honneur t'ordonnaient le contraire ? Tu n'as pas lancé ton fils dans la gueule grande ouverte de tes alliés comme tes ennemis sans en assumer les conséquences ?, songea-t-elle.

Puis, comme se rappelant soudain qu'elle critiquait le grand père de son camarade assit à côté d'elle, elle soupira, épuisée d'avance de devoir s'excuser.

_Désolé, la haine de mon grand-père à l'égard du tiens à déteint sur moi, petite il ne m'en faisait pas un portrait très élogieux du temps de la grande bataille... J'espère que tu lui mettras la misère en temps qu'héritier Malfoy.

Un sourire machiavélique se dessina sur son visage avant qu'elle n'ajoute d'un ton mielleux.

_On pourrait même parler business quand tu seras en âge petit Scorpius, taquina-t-elle.

Ils n'avaient qu'un an de différence mais Genesis aimait rappeler aux plus jeunes avec qui elle traînait parfois à Poudlard (pour peu qu'ils soient Serpentard) qu'elle était de très loin leur aînée. Avoir la mentalité d'une femme était souvent épuisant dans une école d'adolescents et de prépubères s'enthousiasmant dès que poussaient leurs premiers poils.


_________________


Allume ta prunelle à la flamme des lustres !
Allume le désir dans les regards des rustres !
Tout de toi m'est plaisir, morbide ou pétulant ;

Sois ce que tu voudras, nuit noire, rouge aurore ;
Il n'est pas une fibre en tout mon corps tremblant
Qui ne crie : Ô mon cher Belzébuth, je t'adore !

crédit : code par quantum mechanics ||
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t473-genesis-dreams-are-my-reality http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t447-genesis-gene-dir
Âge : 17 ans
Situation amoureuse : Liée à l'obscurité parée de diamants.
Messages : 463
Points : -18
Patronus : Un coyote
Emploi : Me languir.
Année : Septième année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre)
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Le manoir des Malfoy (Wiltshire - Angleterre)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Le Manoir Oublié
» RP dans le Manoir Hanté. Frissons garanties !
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée
» Angleterre 0-1 Ukraine

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives rps :: Rps transférés-
Sauter vers: