AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

Réveillon new-yorkais chez les Leighton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives rps :: Rps transférés
MessageSujet: Réveillon new-yorkais chez les Leighton Lun 6 Fév - 15:12
Un réveillon différent
Kaithlyn & Roxanne
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

La famille Leighton. La famille moldu américaine. La famille de Roxanne Blackmoor. Elle connaissait chacune des membres de la famille et chaque année elle n'avait qu'une hâte : que la famille soit réunie pour Thanksgiving ou encore pour un des deux réveillons auquel elle assistait avec son grand frère. Qui était la famille Leighton ? Mais parlons surtout de ceux présents ce soir là.

À première vue, la famille semblait l'air parfaitement normale. Sans aucuns secrets dans la famille. Mais Roxanne et son frère connaissait leur famille. Il y avait déjà l'oncle et la tante de Charles du côté maternel. Kathryn avait été, pendant un temps, escort girl tandis que son mari, Albert, avait été agent de la CIA. Un mélange assez spécial. Mais ils s'aimaient. Albert racontait généralement des histoire fantastiques. Il avait toujours bercé Roxanne avec ses histoires. Il ne manquait pas une occasion de lui raconter tout en restant vague. Il avait connu beaucoup de choses en peu de temps. Kathryn avait toujours certaines histoires à raconter, bien qu'assez osées. Roxanne avait dû attendre un certain âge avant de comprendre vraiment ce que signifiât 'escort girl'. Son père avait voulu la préserver de ce monde. Albert et Kathryn avait eu des jumeaux. Ils étaient plus vieux d'une dizaine d'année par rapport à Charles. Peu le savaient mais Roxanne et son frère le savaient. Ils entretenaient une relation incestueuse bien qu'ils ne se vantaient pas vraiment. Roxanne et son frère les avait surpris une fois et ils n'avaient jamais rien dit à personne. Ils savaient tous les quatre que la famille n'accepterait pas, mais alors pas du tout.

Ensuite, il y avait les parents de Charles. Les grands parents de Roxanne. Romane et Philipe. C'était ceux qui étaient à peu près 'normaux' dans la famille. Ils avaient, après leur départ à la retraite, décidé d'aider la ville en devenant bénévole dans un hôpital psychiatrique. Une fois, ils y avaient emmenés Roxanne tandis que son frère était parti avec son père pendant une journée entre hommes comme ils les appelaient. Et Roxanne avait vu ce qu'était un hôpital psychiatrique à seulement douze ans. Son père lui avait fait promettre, avait avoir hurlé de colère après ses parents, de ne pas raconter cela à Aurora. Cette dernière ne l'a jamais su d'ailleurs. Roxanne ne voulait pas être éloignée de son père alors que ce n'était pas de sa faute. Mais Romane et Philipe ne parlait plus trop de l'hôpital ces derniers temps. Ils n'y allaient plus. Personne ne savait trop pourquoi mais c'était ainsi.

Ensuit, il y avait bien évidemment Charles, le père de Roxanne. Un homme d'affaire. Le requin des finances mais surtout un père aimant bien qu'il ait fait quelques erreurs dans sa vie. Comme tromper sa femme, engendrant, sans le vouloir vraiment, une autre fille. Mais la vie était faite ainsi. Le premier mariage de Charles avait coulé à la minute où son fils était né. Pas que ce soit de sa faute, au contraire. Aurora avait choisit sa famille plutôt que la famille et l'amour. C'était aussi simple que cela. Il lui en voulait bien évidemment. Mais il était heureux d'avoir ses enfants auprès de lui. Il travaillait dur ces temps-ci et ses cernes en était la preuve même. Il ne dormait plus beaucoup et étudiait beaucoup de dossiers mais il s'arrêtait immédiatement à la venue de ses enfants.

Mais cette année était différente des autres. Il y avait toujours Roxanne et son grand frère bien évidemment. Mais il y avait une nouvelle dans la famille. Enfin pas si nouvelle que ça en fait. Il s'agissait de Kaitlyn White. La demi soeur de Roxanne et de son frère. La fille de Charles. Au début, personne à part Roxanne n'avait bien pris cette nouvelle. Cette dernière avait accepté immédiatement cela. Elle savait que le mariage de ses parents étaient finis il y a quelques années de cela et elle en connaissait les raisons et les comprenait surtout. La fille de Charles n'avait pas été vu d'un bon oeil. La première blonde de la famille qui plus est. Romane avait très mal pris cette nouvelle. Elle en avait même giflé son fils. Mais heureusement, tout cela s'était rapidement calmé. Et Kaitlyn avait pu être invitée par son père sans que ce dernier ne doive mettre un stop à sa famille par rapport aux réflexions qui avaient fusées face à cette nouvelle. Mais ce qui avait encore plus contrarié Romane avait été que Kaitlyn soit elle aussi une sorcière. Elle aimait ses deux petits enfants mais elle avait toujours voulu d'un petit enfant... Moldu disons. Et elle avait l'impression que son fils voulait renier sa nature et procréer uniquement avec des sorcières. Mais Romane avait accepté la chose et tout allait bien à présent. La famille était prête à accueillir à bras ouverts la nouvelle arrivante dans la famille Leighton. Roxanne savait que son père était stressé de renouer des liens avec sa fille cachée. Qu'il voulait se rattraper par rapport à tout ça. C'était aussi pour cette raison qu'il l'avait invité à New-York, dans sa maison se trouvant dans un quartier chic. Charles était allé chercher ses trois enfants à Londres, à la sortie du Poudlard Express. Ensuite, ils n'avaient pas tardé à aller à l'aéroport en direction de New-York. Le trajet s'était déroulé dans la fatigue pour Roxanne qui avait dormi durant tous les vol.

Ce soir, Roxanne était habillée d'une robe que son père lui avait offert l'année passée pur son anniversaire. Une robe verte. Une robe magnifique. Elle s'était occupée d'aller chercher le repas du réveillon. La famille entière s'était retrouvée à l'Église. Le reste de la famille avait pris des chambres d'hôtels. Chaque année la famille allait à l'église et cette année n'avait pas été différente. Chants de Noël et prières avaient été de mise. Le grand oncle de Roxanne, Albert, faisait rire la brune avec ses réflexions. À la fin de la messe de Noël, la famille se dirigea chez Charles qui avait décoré toute la maison pour l'occasion. Pour l'instant le moment était à l'apéritif. Vins blancs français, canapés et petits fours étaient de la partie. Roxanne s'approcha de Kaitlyn deux coupes de champagnes aux mains.

« Tiens, ça va ? Tu n'est pas trop perdue ? »

Roxanne lui avait offert un grand sourire. Elle ne savait pas trop ce que cela faisait d'arriver dans une famille comme ça. La brune connaissait de loin sa demi soeur mais elle ne se rappelait qu'elles s'étaient parlées. Peut-être une fois, un bonjour mais pas de grandes conversations. L'élève de Serdaigle voulait que la blonde se sente bien chez les Leighton. Au moins elle n'avait pas à supporter la famille Blackmoor. C'était déjà ça. La famille Blackmoor était assez... Spéciale.

Made by Neon Demon
avatar
Un oiseau rare de plus ;)

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Points : 0
Année : 6ème
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réveillon new-yorkais chez les Leighton Dim 5 Mar - 14:36
     

Kait et Roxanne

Take me to church
J
e tourne en ronds dans mon dortoir, profondémment inconfortable. Ma mère m’avait appelé cette semaine afin de me prévenir que mon père m’attendait à la sortie du Poudlard Express afin de m’amener en compagnie d’une belle-sœur et d’un demi-frère qui me sont totalement inconnus, en direction de New-York. Bien que d’un certain côté je sois heureuse de pouvoir découvrir cet État américain, une autre part de moi souhaiterait ne pas avoir à vivre ce moment. Mes discussions avec Scorpius m’ont permis de moins anticiper le temps que je passerai en leur compagnie. Tout de même, je suis vachement stressée. Prions que je parvienne à retrouver un certain contrôle d’ici mon arrivée à Londres.

Afin de pouvoir me familiariser, elle m’avait aussi fait parvenir une photo familiale, y ayant indiquer leurs noms afin que (je la cite) n’aille pas l’impression d’être une poule pas de tête. Je crois que j’aurais préféré être une poule. Cela dit, je range la dite photo dans ma valise, la refermant avant de m’en emparer. Je me dirige, nerveuse, vers le quai d’embarquation. Une fois à bord, je zieute les cabines dans le mince espoir de les apercevoir. J’abandonne l’idée après quelques wagons, m’installant lâchement sur une banquette en enfilant mes écouteurs à mes oreilles. Je dépose une main sur mon front, soupire, et m’endors rapidement pour le pénible trajet en direction de Londres.

Le cri assourdissant de la cheminée du train me réveille en sursauts. Je plisse les yeux afin de m’accomoder à la lumière, gromelant dans ma barbe tandis que je me relève. Nous sommes arrivés. En prenant ma valise, je me cogne la tête contre les barres de fer au-dessus du banc. Je ferme les yeux en raison de la vive douleur qui me prend, et je sors de la cabine particulièrement irritée.

À la sortie du train, je parcours le quai de débarquement de mes yeux afin d’y découvrir les quelques têtes sur cette fameuse photo. Après quelques instants, je fige mon regard sur Roxanne, accompagnée de son frère. Je les rejoints rapidement, trainant ma valise comme s’il s’agissait d’un fardeau trop lourd à porter. Enfin, c’est moi-même ce fardeau et non pas mes minces morceaux de linge. Mais passons ce détail.

Donc, nous attendons ce fameux père fantôme en silence. Je suis trop nerveuse pour dire quoi que ce soit, ce qui n’est pas dans mon habitude. Felix aurait eu le tour de trouver une blague pour diminuer mon malaise, mais celui-ci se trouve déjà depuis quelques jours à l’appartement. Je me dois d’agir en jeune adulte responsable et non-excentrique, ce qui est loin d’être dans ma définition. Le paternel se pointe enfin, et nous quittons en direction de New-York. Une fois arrivée, je me présente rapidement et m’enferme dans la chambre d’invités afin d’éviter chaque ombre de ce passé qui a oublié de me présenter une carte d’invitation.

La soirée du réveillon de Noël, j’enfile une robe sobre que ma mère afin de célébrer
(Je la cite encore) cette réunion avec mon père paternel. Je trouve cela très ironique, considérant qu’elle a toujours refusé parler de cette dite personne qui a fécondé ma mère. Il s’est enfui rapidement, comme un lâche. En dehors d’avoir son ADN, je ne lui dois rien. Alors voir ma mère si heureuse de me lancer dans l’étau de cette famille me rend perplexe. Que manigance t-elle derrière ce sourire et cette voix trop chaleureuse? J’imagine que je ne le saurai que trop tard, probablement.

Lorsque nous nous sommes dirigés vers l’Église, j’ai retroussé le nez. Venant d’une famille athéiste, je m’étais toujours promis de ne jamais mettre les pieds dans une église de ma sainte vie (ironique?) Alors tandis que les chants pleuvaient à l’intérieur des murs saints, je prends plusieurs bouffées de mon joint, exhalant en observant le ciel. Lorsqu’ils sortent, je suis frigorifiée. Mais au moins, je ne suis pas contaminée par le touché divin.

Lorsque nous entrons, je me dirige vers la table à manger où je m’affaisse avec lassitude. Roxanne se dirige peu de temps après vers moi, munie de deux coupes de champagne. Elle m’en tend une, et je fronce les sourcils. J’hais le champagne. Sans dire un piètre mot, je vide la coupe en grimaçant.

- Merci, mais je n’aime pas vraiment le champagne. Je n’ai jamais compris pourquoi les gens voulaient payer aussi cher pour boire de l’eau de pomme pétillante.

J’ai un air morose et peu sociable. L’ambiance cynique autour de ma personne déteint sur mes paroles, et je le réalise qu’après avoir posé mes yeux sur elle.

- Pardon…

Je prends une grande inspiration, entre les brumes de la nervosité et de ma marhi, je tente de répondre à sa question.

- Si je me sens perdue? Comment te sentirais-tu si on t’apprenait après 19 ans que ton père paternel existe encore, que j’ai une supposée famille américaine dont quelques membres étudient avec moi à Poudlard?

J’ai un rire ironique. J’ai envie qu’elle me foutre la paix et qu’elle continue d’ignorer la piètre présence.

- Sincèrement, je ne peux pas être plus perdue que présentement… Mais bon, tu devais déjà t’en douter de ça… De toute façon, entre toi et moi, tu ne veux aucun lien de parenté avec moi. Je te le garantis, ce serait nocif.  Demain, je prendrais l’avion pour repartir vers Londres. Je n’appartiendrai jamais à votre famille de riches…

Je crache mes paroles comme un venin, déversant ma colère sur la pauvre fille.

GleekOut!

_________________
★Telle fondatrice, tels membres★
TOO CRAZY FOR U (FONDA) - AND CRAZY IN LOVE WITH U (KAIT) - Refuser d’aimer par peur de souffrir, c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.∆ northern lights et graph' par Laziel
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Capitaine de natation

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t28-kaitlyn-attention
Âge : 19 ans
Situation amoureuse : ehh, en couple je suppose?
Messages : 967
Points : 0
Patronus : Colibri
Emploi : Médiatrice, pigeon voyageur
Année : 7e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réveillon new-yorkais chez les Leighton Sam 25 Mar - 20:09
Please, stay...
Kaithlyn & Roxanne
Ah ! S'il en est un dans les cieux qui ait jamais veillé sur toi, que devient-il en ce moment ? Il est assis devant un orgue ; ses ailes sont à demi ouvertes, ses mains étendues sur le clavier d'ivoire ; il commence un hymne éternel, l'hymne d'amour et d'immortel oubli.

Roxanne se rendit compte alors que Kaitlyn n’avait en aucun cas l’habitude de tout ça et elle se demanda pourquoi leur père avait fait autant. Peut-être pour l’impressionner ? Ce ne serait pas la première fois, mais peut-être aurait-il dû y réfléchir à deux fois avant de faire cela. Mais elle pensait aussi que c’était tout ça qui était un peu too much pour la blonde. Elle apprenait qu’elle avait un père dont elle ignorait l’existence mais qui avait deux enfants qui se trouvaient être des élèves de la même école que la jeune femme et d’un coup elle devait venir fêter Noël à New-York avec toute la famille de barges que constituait la famille Leighton. Roxanne serait complètement perdue et n’aurait aussi qu’une seule envie : partir loin, très loin. Donc la question que venait de poser la rousse était très, mais alors là très, idiote. Comment ne pouvait-elle pas imaginer à quel point c’était… Perturbant tout ça. Et Roxanne s’en voulait, Noël était toute une institution que ce soit pour les Blackmoor ou alors les Leighton. C’était sûrement la seule chose sur laquelle ses parents, maintenant divorcés, s’accordaient à peu près. Donc l’adolescente décida tout de même de convaincre Kaitlyn qu’elle avait autant sa place dans cette famille que n’importe qui ici. Mais elle devait d’abord avouer que sa remarque sur le champagne était assez amusante. Elle en ria même.

« Ne t’excuse jamais pour quelque chose que tu penses vraiment. Là est la devise des Leighton ! Enfin plutôt la mienne et celle de la tante de papa, Kathryn. »

Elle avait le droit de s’excuser certes mais elle ne perdrais pas mal une remarque sur une simple boisson. Elle était même assez d’accord avec son point de vue, bien qu’elle appréciait tous les alcools que son père ramenait. Elle pouvait l’écouter parler d’alcool durant des heures et des heures. Il en parlait avec tellement de passion que ça en devenait fascinant. Elle lui avait toujours demandé pourquoi il n’avait pas fait carrière dans le vin. Il disait qu’il se réservait ça pour sa retraite ou si un jour son entreprise coulait mais que pour l’instant il s’était lancé dans son travail et qu’il ne le quitterait pas pour une simple passion. Elle comprenait parfaitement et respectait le choix de son père. Roxanne était celle dans la famille qui respectait toutes es décisions de son père. Elle respectait le fait qu’il ait trompé sa mère et qu’il ait eu un enfant caché, qu’il ne supporte pas sa mère ( parce qu’il y avait de quoi ), qu’il ne veuille pas qu’elle s’approche d’hommes trop vieux pour elle ou encore qu’il avait parfois trop de travail pour s’occuper de sa fille lorsque celle-ci venait pour les vacances. Elle comprenait et respectait chacune de ses décisions. Et c’était pour ça qu’ils étaient proche et que parfois Roxanne pouvait être la seule le raisonner. Parce que malgré tout, elle respecterait ses décisions. Puis, quand Kaitlyn commença à parler d’un départ précipité Roxanne décida d’agir. Elle ne le pouvait pas. Elle avait beaucoup plus de points communs avec cette famille qu’elle ne le croyait.

Lorsqu’ils sortent, je suis frigorifiée. Mais au moins, je ne suis pas contaminée par le touché divin. Lorsque nous entrons, je me dirige vers la table à manger où je m’affaisse avec lassitude. Roxanne se dirige peu de temps après vers moi, munie de deux coupes de champagne. Elle m’en tend une, et je fronce les sourcils. J’hais le champagne. Sans dire un piètre mot, je vide la coupe en grimaçant.

« Kaitlyn, tu sais que comme ça on en a pas l’air mais toute cette famille est nocive vraiment. Mon père a épousé la seule femme qu’il n’aurait pas dû épouser parce qu’elle était nocive pour lui et la famille. Et si je puis me permettre ma grande tante est escort girl, mon grand oncle est un ancien chef de la mafia qui a rencontré ma grande tante parce qu’elle a été son escort-girl enfin prostituée plutôt pendant une année entière ! Ensuite tu as mes grands-parents qui m’ont emmené avec eux plusieurs fois petites dans un hôpital psychiatrique et une fois j’ai été enfermée par erreur avec un grand malade, je crois qu’il était pédophile même mais je ne remercierais jamais assez Dieu de m’en avoir fait sortir à temps ! Et je pourrais t’en raconter pleins d’autres mais je me rends compte que je ne suis même pas sûre que ça t’aide rester mais franchement je doute que tu sois plus nocive que la famille Blackmoor et la famille Leighton réunie. Ok c’est un grand changement ! New-York, papa, moi et mon frère et même la famille entière qui a eu dû mal à accepter le fait d’intégrer une blonde dans la famille en plus d’une rousse mais franchement si j’en suis sortie vivante alors toit aussi ! Je ressens ta colère mais je pense vraiment que tu pourrais te plaire avec nous même si on est une belle famille de barge…»

Roxanne ne dit rien à propos de la famille Blackmoor. Elle avait déjà trop parlé de la famille Blackmoor pour l’instant et Kaitlyn ne saurait rien de plus à ce propos. Mais si elle restait, ou du moins si elle le voulait bien, la rousse était sûre que ces histoires lui plairaient et que la famille aussi. Ils avaient du mal avec ceux qui n’étaient pas brun certes mais l’adolescente espérait vraiment que la jeune femme allait rester plus longtemps qu’elle ne le prévoyait. Mais Roxanne respecterait son choix. Elle ne lui en voudrait pas d’être partie.

« Mais je t’accorde que ça aurait été mieux le nouvel an à New-York que Noël, ça je ne peux pas te contredire mais ce sera pour l’année prochaine par contre ! Je te promets que ce sera la plus belle chose que tu n’auras jamais vu ! »  

Made by Neon Demon
avatar
Un oiseau rare de plus ;)

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Points : 0
Année : 6ème
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réveillon new-yorkais chez les Leighton Lun 22 Mai - 4:05
     

Kait et Roxanne

You win
J
Le regard de Roxanne me rend malade. Littéralement. J'aurais envie de détourner son regard et de l'envoyer promener. Pourquoi, me diriez-vous? Parce qu'il s'agit de ce genre de personne qui est trop naïve, et surtout, incapable de haïr. Je le vois dans son regard; dans son hésitation pour trouver des mots réconfortants face à ma situation précaire au sein de sa famille. Mais ce n'est pas la seule situation précaire dans ma vie. Et aucune d'entre elles n'est vraiment jolie. Un soupir m'échappe quand elle tente de me faire une mini morale sur la devise des Leighton.. Je n'ai aucune intention de m'associer d'une manière ou d'une autre à cette famille de têtes enflées. Je le sens. Ils me regardent tous de haut. Une chance que personne en dehors du personne de Roxanne, mon supposé père biologique qui n'ai jamais été présent dans ma vie, est le seul à connaître mon passé. Je me demande quel genre de réaction sa famille pourrait avoir en apprenant que je suis une ancienne prostituée. Me laisseraient-ils simplement entrer ?

- Tu n'as pas besoin de me dire ça. Je n'ai aucune intention de tenter d'apprendre à vous connaitre. Crois-moi, c'est mieux ainsi. Et le "fancy" ne fait partie de mon vocabulaire. Et ce ne sera jamais le cas. Nous ne pourrons jamais nous comprendre...

J'ai parlé trop vite, comme toujours. Mais je ne l'ai su que quelques heures plus tard, après le passage à l'Église qui a renforcé cette idée que je me faisais de l'écart de valeurs entre nos deux éducations. En un sens, j'avoue être déçue. Au fond de moi, j'aurais aimé pouvoir trouver certaines ressemblances. Peut-être parce que je suis un enfant unique et que je me suis longuement questionné à savoir ce que cela ferait d'avoir une petite soeur ou un petit frère. Mais maintenant que j'en ai l'occasion, je regrette d'y avoir simplement pensé. Finalement, c'est très bien la solitude. Une fois de retour à leur maison, je tends un verre au petit chien de poche qui refuse de me quitter. Nous grimaçons en même temps, ce qui me surprend. Je ne m'attendais pas a avoir une réaction similaire de sa part. Cela peut sembler anodin, mais ce simple geste a une importante remarquable sur le moment à mes yeux. Ce qu'elle me dit par la suite éveille quelques doutes en moi. Je mélange des pommes avec des oranges. Roxanne semble différente. Plus...humaine? ET ce qu'elle me dit sur sa tante, notre tante, fige mes pensées pendant quelques secondes. Il y a une ressemblance si frappante entre nos histoires que ma bouche s'ouvre sans trouver de mots pour lui répondre. Se plaire parmi eux? C'est peut-être tôt dire. Par contre, je ne peux renier le fait qu'elle a touché à des cordes très sensibles. Cela m'adoucit immédiatement. Je tente de rester tout de même impassible.

- Je crois que je comprends cet air de famille alors... Je suis aussi tarée que vous dans ce cas.


Ma voix est plus douce, et rauque. Mon esprit est plus ouvert. Et si je pouvais enfin réaliser ce rêve de mon enfance? Qu'elle parle de l'avenir ainsi me déplaît autant que cela me fascine. Roxanne est d'un optimiste rare, je peux le confirmer grâce à mon don d'empathie. Je ne l'ouvre que quelques instants, et pourtant je ne peux sentir une seule once de méchanceté en elle. C'est autant une grande qualité qu'une grande faiblesse face aux mauvaises personnes. Et voilà que je me questionne à savoir si certaines personnes ont déjà abusé de cette innocence. À quel point pouvons-nous nous comprendre? La jeune fille ayant vivement piqué ma curiosité, j'approche mes épaules vers elle et je penche ma tête sur le côté. Une de mes vieilles habitudes lorsque je m'intéresse à quelque chose.


- Okay, Roxanne. T'as gagné ma curiosité. Je vais rester. Mais avant toute chose, nous devons trouver quelque chose de plus intéressant que de l'eau pétillante au goût amer...


Je me lève, un éclair de défi dans les yeux.


- Toutes les grandes maisons ont une cave à vin. Tu crois que ta famille de barges y entrepose quelques bouteilles de spiritueux par hasard ou alors je devrai transplaner pour aller piquer une bouteille au dépanneur du coin?

GleekOut!

_________________
★Telle fondatrice, tels membres★
TOO CRAZY FOR U (FONDA) - AND CRAZY IN LOVE WITH U (KAIT) - Refuser d’aimer par peur de souffrir, c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.∆ northern lights et graph' par Laziel
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Capitaine de natation

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t28-kaitlyn-attention
Âge : 19 ans
Situation amoureuse : ehh, en couple je suppose?
Messages : 967
Points : 0
Patronus : Colibri
Emploi : Médiatrice, pigeon voyageur
Année : 7e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réveillon new-yorkais chez les Leighton Sam 24 Juin - 13:54
We have the same blood
Ft. Kaitlyn White
After the gates of prophecies A million light years away from me Straight for the eye of destiny Reaching the point of tears. ▬ WOODKID

Il était vrai que Roxanne était non seulement naïve mais aussi incapable de haïr une personne ainsi juste comme ça. Sans raisons apparentes. Elle était plutôt du genre à voir le positif partout jusqu’à ce que le positif ne soit plus apparent et mette alors place au négatif. Mais la rousse n’était pas naïve non plus. Mais la jeune fille savait ce qu’elle faisait, peu importe ce que les gens pouvait penser, peu importe ce que sa nouvelle demi soeur pouvait penser. Que ça lui plaise ou non elles avaient une partie de leur sang en commun, elles avaient leur père en commun. C’était au moins ça, mais peut-être que Kaitlyn avait des points communs avec la famille, il y avait forcément quelqu’un qui lui ressemblait, pas forcément Roxanne, mais quelqu’un d’autre dans la famille peut-être. Ohani, Aria ou même Oliver ou Donal pouvait lui ressembler. Mais sa réaction était totalement légitime, elle avait toute cette nouvelle famille à gérer en si peu de temps, comment quiconque pouvait lui en vouloir ? Comment Roxanne pouvait lui en vouloir ? Elle n’en voulait pas à son père pour ce qu’il avait fait alors elle ne pouvait pas en vouloir à la blonde en face d’elle.

« C’est logique en soit et la situation n’est pas normale du tout, je ne vais pas te le cacher mais qu’on le veuille ou non, toi comme tout ceux concernés, tu fais partie de la famille. Tu es une Leighton en partie. Que tu le veuilles ou non, tu es un membre de la famille depuis ta conception et je peux comprendre que ce ne soit pas simple mais franchement si tu savais à quel point tu es chanceuse d’utre tombée sur les Leighton plutôt que les Blackmoor. Tu n’as même pas idée. »

Roxanne était sérieuse, si Kaitlyn avait été dans la famille Blackmoor, elle en aurait bavé sérieusement, qu’elle le veuille ou non. L’adolescente savait ce que ça faisait d’utre une Blackmoor et bien entendu sida jeune femme à ses côtés savait absolument tout, elle adorerait sans doute la famille Leighton, c’était même une certitude. Roxanne avait envie de faire réagir Kaitlyn à ce propos, même si elle ne lui dirait rien de la sorte. Pour le moment, il y avait d’autres choses à se préoccuper. Bien entendu, Roxanne fut surprise faciaux dernières paroles de la blonde. Elle ne s’attendait pas à une réaction, ou du moins pas aussi immédiate et elle fut assez coupée dans son élan pour changer de conversation. Dans la famille, il y aurait plus de chance que Roxanne devienne cinglée avec l’histoire de sa famille et son “don“. Ça aussi c’était une certitude bien qu’elle ne connaisse pas tous les faits de l’histoire, elle en savait assez pour dire qu’elle finirait encore plus cinglée que le reste de sa famille. Une information dont tout le monde se doutait mis que personne ne disait à voix haute. La raison de son épouvantail mais là n’est pas la question réellement. Roxanne avait toujours été plus humaine que sorcière, ou du moins elle aurait souhaité être humaine. Elle aimait être une sorcière mais certains aspects de sa vie, que sa demi-soeur ne connaissait pas et ne connaîtrait sans doute jamais, faisait qu’elle regrettait d’être une sorcière et pas une fille normale, comme les autres. Sans problèmes qu’elle devrait cacher. Mais pour l’instant, la rouquine commença à ressentir moins de colère, elle ressentait que Kaitlyn commençait à être moins sur la défensive. Elle avait réussit à commencer à lui montrer que cette famille n’est pas aussi différente qu’elle ne le croit.

« Si Tu savais… Mais je ne sais pas ce qui t’as convaincu de ce fait mais apparemment tu te rends compte que la famille n’est pas aussi parfaite qu’elle ne le prétends, le cliché total de la famille américaine n’est-ce pas ? »

Personne ne pouvait la contredire, la famille entière ne voyait rien, elle était tripière pour ça mais la famille Leighton était le cliché même de la famille américaine. Elle avait exercé l’American Dream et faisait croire à tout le monde que cette famille était parfaite alors qu’elle était loin de l’être. Mais tout le monde était tombé dans le panneau, même Kaitlyn apparemment. Tout le monde tombe dans le panneau à chaque fois, mais Roxanne sait que ça ne sert à rien de dire le contraire alors qu’elle sait que sa famille est assez… hors du commun disons. Mais Roxanne ignorait que sa demi soeur avait le même don qu’elle, elles n’étaient pas aussi différentes l’une de l’autre bien que Roxanne déteste ce don et l’oublie assez facilement. Elle veut l’oublier. Elle se demande même pourquoi c’était tombé sur elle, mais Kaitlyn a bien faite ne pas être née Blackmoor, ce don ne lui aurait apporté que du malheur. Mais la jeune fille essayait de faire tout ce qu’elle pouvait pour que cette famille se montre bonne, car pelletait persuadée, maintenant qu’elle savait que Kaitlyn voyait au moins un point commun, et sûrement positif, dans cette famille. Roxanne avait peut-^tre tort d’agir de la sorte, de voir le bien autant que possible partout autour d’elle, cependant elle ne change pas ce point de sa personnalité parce qu’elle sait que quand sa cousine reviendra, ce sera à son tour et que non seulement elle vivra un enfer mais son entourage aussi donc autant profiter des points positifs avant qu’ils ne disparaissent. C’était sa devise.

« Mh… Il y a la face à vin de mon père enfin de la famille Leighton, ridicule je sais mais la collection n’en est que plus grande. J’imagine qu’une bouteille sur les milliers qui se trouvent dans cette cave ne fera pas de mal à personne, Donal et moi nous l’avons déjà fait donc ça ne posera pas de soucis. »

Roxanne prit par la suite la main de Kaitlyn et elle transplant jusqu'à la cave à vin de son père dans la cave qu’il avait racheté à tous les habitants de l’immeuble où se trouvait l’appartement. une immense cave à vin. Il y avait au moins 1500 bouteilles différents que ce soit du vin rouge, du vin blanc, du cidre ou encore même tout autre alcool. C’était là que tout l’alcool que la famille rapportait se trouvait cette cave appartenait à toute la famille.

« Je te présente l’héritage de toute la famille Leighton, elle t’appartient autant qu’à nous tant que c’est raisonnable ! Toute la famille rapporte une bouteille d’alcool à chaque venue ! Il y a au moins 1500 bouteilles d’alcools différents. Avant toute cette collection se trouvait dans différents endroits mais la famille a décidé de tout réunir il y a environ trois ans, un peu après le divorce. Je te laisse choisir une seule bouteille cette fois donc choisis bien ! »


Roxanne lui lança un grand sourire. Elle était fière de cette collection, elle avait toujours aimé venir dans cet endroit avec son grand frère mais leur père ne voulait plus qu’il vienne donc seule Roxanne ainsi que les autres membres de la famille pouvaient venir.
 



© Gasmask
avatar
Un oiseau rare de plus ;)

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 210
Points : 0
Année : 6ème
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Réveillon new-yorkais chez les Leighton
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Réveillon new-yorkais chez les Leighton
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» visite chez le gynéco
» Jean-Bertrand Aristide doit rentrer chez lui !
» L'on n'est jamais mieux que chez soi!
» Retour chez soi (suite de moment de détente) [PV : Calypso]
» Choix de l\'épée, notamment chez les Dúnedain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives rps :: Rps transférés-
Sauter vers: