AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: PAPERASSE ET CIE :: Présentations :: Fiches validées
Aller à la page : 1, 2  Suivant
MessageSujet: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Sam 4 Fév - 21:09


I. LE PERSONNAGE.


• NOM : Vaughan.
• PRÉNOM : Gabriel.
• INVENTÉ OU SCÉNARIO: Inventé.
• ÂGE : 25 ans.
• SANG: Sang-mêlé.
• CLASSE & MÉTIER : Dans le monde des sorciers, il occupe une part du poste de bibliothécaire de Poudlard. Chez les moldus, on peut retrouver son nom contre les reliures de livres disponibles dans un bon nombre de bibliothèques et librairies.
• STATUT MARITAL : Célibataire.
• SITUATION FINANCIÈRE : Assez bonne pour se payer un appartement au cœur de Londres. Pas trop mauvaise, en somme.
• ORIENTATION SEXUELLE : Oh. Il ne sait pas trop. Ce n'est pas vraiment important, non ?
• AVATAR : Iwan Rheon.


II. LES DESCRIPTIONS.


MORALE


" SPEAK UP, BUTTERCUP. "

Difficile de se cerner lorsque l'on est trop prompt à marmonner ce que les gens qui nous entourent veulent entendre. Gabriel est du genre à éviter les confrontation, à détourner le regard, des mots à demi-prononcés pendus au bord des lèvres, si cela lui permet d'éviter d'instiguer un débat ou de se prendre la tête.

Caleb, lui, préfère le décrire comme quelqu'un de trop gentil, ou plutôt comme quelqu'un qui pallie son anxiété sociale par une mollesse comportementale qui ne lui sied que trop mal. Gabriel n'arrive jamais à réellement contredire son ami et se contente d'hausser les épaules, occupant ses lèvres avec une cigarette plutôt qu'avec des paroles.

Au final, les gens feront ce qu'ils veulent et ce n'est pas quelque chose qu'il entrevoit comme susceptible de l'affecter. Quoique cela est une réalité portée à changer, considérant le poste - vieux de quelque mois - qu'il occupe à Poudlard. L'autorité n'est pas quelque chose qu'il aborde avec confort, mais . . . il suppose que de se heurter à des étudiants est plus facile que de se heurter à son père.

" Mate, really. Speak the fuck up. "

" YOU FILTER THROUGH SILENCE. "

L'introspection des uns est un art que Gabriel considère maitriser, quelque chose de lent, de silencieux, de sirupeux. C'est l'étincelle qui anime ses doigts lorsqu'il se penche sur ses manuscrits, la lueur qui trace les courbes de son existence. Il apprécie passer des heures dans la douce étreinte réflective de ses propres mœurs, chevauchant des paysages et des idées abstraites qui l'évadent au quotidien. De l'introspection naît l'imaginaire qui cimente le rêve.

Anya, elle, aime bien se saisir de ses mains lorsqu'elle le surprend dans ces instants d'inertie tranquille, aime bien le tirer à sa suite, pour l'entrainer dans le monde réel. Parfois, l'hameçon ne prend pas et il se recroqueville sur lui-même, alors que des stroboscopes viennent écarteler sa vision et lézarder son cerveau. D'autres fois, l'expérience qu'elle lui offre se fait extrasensorielle, si pleine de tout qu'il vomit son envie de vivre sur tout ce qu'il touche.

" I DON'T ENJOY BIGOTRY.  "

Gabriel craint beaucoup moins d'enfreindre les règles qu'il craint de devoir expliquer ses actions à des êtres pensant. Il craint beaucoup moins la notion d'infiltration que la notion de confrontation, et lorsque ses valeurs - le droit d'exister en paix indépendamment de ses appartenances culturelles et sociales, le respect de la vie privée des uns - se voient heurtées, à davantage tendance à imposer son point de vue dans l'ombre que de manière directe. Après tout, il n'a pas peur de grand chose d'autre que des gens. Ces gens aux personnalité brodées de fallacie et d'hypocrisie, il les contemple sans rien dire, choisissant de laisser ses actions s'exprimer plus bruyamment que leurs paroles.

Jesse, lui, la première fois qu'il le voit passer la rambarde de la propriété privée d'un client qui s'est montré disgracieux à l'endroit du mode de vie de Caleb, sent son cœur s'affoler sous le poids de l'anxiété. Gabriel brille dans la noirceur, l'assurance de sa démarche tout aussi désarçonnante qu'insoupçonnée. Il crève les pneus d'une automobile d'un revers de bâton - quoi ? - et teint le verre translucide de fenêtres de noir.

Jesse tremble. Gabriel expire.

" We'll get caught. "

" We won't. And we don't need to talk about this ever again. "


" AYE, AYE, WE ARE THE CHILDREN OF THE NIGHT ! "

 


FAITS DIVERS



Patronus : Un ragdoll, félin touffu de lumière vêtu.
Baguette : Bois de houx, ventricules de dragon, 13'', flexibilité souple.
Animal : Une chouette chevêche, aussi appelée chevêche d'Athéna, qu'il a affectueusement nommée 'Wilde'.

PNJs PERTINENTS
Caleb :
 Jeune homme anglo-arabe en partenariat romantique avec  Anya et Jesse. Moldu. Il s'agit de l'ami d'enfance de Gabriel et de son 'tuteur de vie' autoproclamé. Il est propriétaire d'un restaurant.
Jesse : Jeune homme anglais en partenariat romantique avec Anya et Jesse. Moldu. Il travaille comme enseignant dans une école.
Anya : Jeune femme anglo-russe en partenariat romantique avec Caleb et Jesse. Moldue. Elle travaille comme mécanicienne.
Sarah Nnamani : Femme anglaise trentenaire. Moldue. Elle travaille dans le milieu littéraire et est l'éditrice chargée de la plupart des manuscrits produits par Gabriel. Ils entretiennent une relation courtoise.

Matthew : Jeune homme anglais ayant étudié avec Gabriel à Poudlard. Sorcier, donc. Il travaille actuellement au ministère de la magie et tient Gabriel au fait des actualités du monde magique.
Basil Vaughan : Homme anglais quinquagénaire. Sorcier. Père de Gabriel. C'est un ancien employé du ministère qui s'est fait mettre à pied dû à des circonstances qu'il préfère ne pas aborder.
Ashlyn Ackerley :Femme anglaise quinquagénaire. Moldue. Mère de Gabriel. Elle fait partie des forces policières de Londres.

Ouvrages de Gabriel :
Spoiler:
 

-


III. L'HISTOIRE.



Au début, il n'y a que lui. Il se tient sur deux petites jambes vacillantes, une drôle de lettre à la main, glissant ses phalanges sur un sceau de cire rouge qui ne lui dit trop rien. Il pleut, une bruine légère qui vient humidifier ses paumes et alourdir le papier. Ses prunelles tracent l'écriture cursive qui annonce son nom avec une curiosité vague sur laquelle il ne sait pas trop comment mettre des mots. C'est la première fois qu'une lettre lui est adressée.

Il n'ose pas l'ouvrir. Il préfère la fixer, longuement, en se concentrant sur la forme des lettres qui lui paraissent onduler sous ses yeux et sur la manière dont son pull blanc vient adhérer à sa peau en une pellicule transparente.

Le domaine familial est souvent départagé, fracturé entre calomnies et cris, lorsque ce genre de missive étrangement cachetée se voit déposée près de leur entrée. Cette fois, c'est un imposant volatile qui le toise patiemment, perché sur l'un des piquets de la clôture séparant leur demeure de celle des voisins. La bête est magnifique, si magnifique que le cœur de Gabriel se serre, se tord dans une secousse qui lui fait crisper les doigts. La magie est l'une de ces choses qu'il a appris à aimer dans le secret, lorsqu'elle embaume de couleurs les feuilles blanches sur lesquelles il glisse le bout de ses doigts et qu'elle illumine les draps sous lesquels il se cache pour lire.

La magie est belle, mais maman ne l'aime pas beaucoup.

Il fixe l'entrée du garage de ses parents avec une vague appréhension avant de s'éloigner.

-

Éventuellement, l'inévitable se produit et ses parents finissent par voir la lettre. Son père sourit, sa mère pince les lèvres. Il n'y a toutefois pas de cris, pas de cette montée d'adrénaline virulente qui accompagne les plats éclatés et les claquements sourds qui font tourner les portes sur leurs gonds.

Contre toutes attentes, sa mère, dans un soupir qui s'effrite entre ses prunelles, lui concède cette part de lui-même.

Il découvre le chemin de Traverse avec une fascination férue qui le poursuit jusque contre le plumage d'une bête en tout point similaire à celle qui lui a apporté sa lettre. Ses yeux immenses avalent son reflet et il l'aime immédiatement de cet amour ingénu qui se déploie dans les entrailles de la jeunesse.

Son père, radieux, ensoleillé malgré la pluie, lui en fait cadeau et, comme la première fois, son cœur se serre douloureusement dans sa poitrine.

-

Poudlard diffère de tout ce qu'il est parvenu à s'imaginer. La magie, omniprésente contre ses synapses, lui semble soudainement très lourde. Serdaigle est une maison pesante d'implications et ses compères qui portent leurs sigles bronze avec fierté s'écartent de lui dans une foulée de rires qui viennent s'évaporer contre les 'je ne sais pas' qu'il sert à toutes les questions qu'on lui pose.

Il pense à Caleb, enfant moldu laissé de l'autre côté de la plateforme. Il pense à Caleb et la folie hirsute de ses cheveux noirs. Caleb s'impressionne de ses connaissances, le questionne avec une passion qui vient mordre jusqu'à ses os. Caleb lui manque et, sans lui, Gabriel ne sait trop comment déloger les sons hors de sa gorge.

Il se découvre, toutefois, une affinité pour la transfiguration et Matthew, son voisin de table, se stupéfait toujours devant ses créations.

That makes it worthwhile.

-

Il écrit sa première nouvelle, un chiffon grossier intitulé 'Mole Dining', entre l'été séparant sa deuxième et sa troisième année. Caleb somnole contre ses cuisses, alors qu'il se découvre maître des mots que sa voix ne sait s'approprier. Il passe l'été à la perfectionner, chaque terme sélectionné agissant comme un clou solidifiant la surface de son récit. Wilde, sa belle, sa chouette, roucoule depuis son perchoir.

Les yeux de Caleb se plissent dans une appréciation sincère lorsque Gabriel rassemble le courage de lui montrer le produit final, des heures de travail reliées par un coup de brocheuse dans le coin supérieur gauche. Ses nerfs se tordent et ses poumons sifflent, mais Caleb s'exclame comme Caleb s'exclame toujours . . . et le monde continue de tourner.

Il la montre à Matthew, une fois de retour à Poudlard et là où le serdaigle ne possédera jamais l'enthousiasme de Caleb, ses yeux scintillent comme des étoiles et ses dents s'écartent pour laisser sa langue broder mille et une question. Gabriel s'irradie.

Et il continue d'écrire.

-

Lorsqu'il rentre chez lui, à la fin de l'année, découvrant les pans de mur du nouvel appartement de sa mère pour la première fois, il se cambre contre une réalité dans laquelle la magie n'a pas assez sa place. Sa baguette trouve le fond de son placard et il troque les couleurs de sa maison - bleu, bronze, plumes -  contre un débardeur gris avant de courir rejoindre Caleb.

Ses sandales claquent contre le sol bouillant d'un été qui s'achève trop vite.

Le retour à Poudlard se présente toutefois comme l'opportunité de se saisir d'un brin de familiarité, d'attraper un peu de quiétude dans le brouhaha du divorce. Il se réfugie dans la bibliothèque, plongeant son nez dans des rouleaux de parchemins pour ne pas trop avoir à songer à quoique ce soit d'autre que l'instant présent. Il ne sait pas très bien ce qui s'est passé, comprend simplement que sa mère a postulé pour la garde et que son paternel n'avait pas les moyen de s'opposer à sa demande.

Il inspire. L'encre goutant depuis l'extrémité de sa plume vient brouiller la structure fine de sa calligraphie.

-

Les doigts de Matthew trouvent les siens dans le noir et Gabriel s'interroge sur la dualité des mondes dans lesquels il vit - magie et mécanique jusque dans le firmament d'une âme biochimique - . Lorsque l'autre étudiant l'embrasse, dans un mouvement cliquetant d'incertitude, fébrile et fragile comme les ailes d'un papillon, il ne ressent pas la gêne qui l'englouti habituellement.

Il inspire un souffle qui n'est pas le sien et ses phalanges pianotent contre des draps froissés par la nervosité. Lorsque Matthew lui demande que cela signifie, ce qu'ils sont, ce qu'ils seront, Gabriel se renfrogne contre le relief de vieilles habitudes et marmonne qu'il ne sait pas.

Il ne sait jamais vraiment.

À Noël, la vision de son père endormi avec une bouteille de firewhisky coincée sous le bras lui fait plisser les lèvres et il espère, vaguement, empoignant délicatement le contenant de verre entre ses doigts, que le désappointement de Matthew ne s'est pas fait aussi brûlant que celui qu'il ressent à cet instant là.

Rien ne va jusqu'à l'été, mais une fois loin de son père, loin de l'école, les doigts de Caleb fichés dans ses cheveux, Gabriel a le sentiment de se porter mieux.

-

Matthew, malgré cette nouvelle tête, A -Alan, Adam, Avan ?- pendue à son bras et les non-dits qui le font parfois trébucher sur les fondations de leur amitié, continue de lire Gabriel avec assiduité. Ses yeux pétillent, ses doigts frétillent et tous ces mots qu'il consomme viennent colmater les fuites de leur relation. Ils flottent - trio mal-agencé, momentané au point où Gabriel n'arrivera jamais à se rappeler du nom de A - au travers de leur sixième année, s'échinant à dresser les contours de l'éventuel futur qui les attend après Poudlard.

Matthew imagine le ministère, pragmatique et docile dans sa réception de la société. Son copain, plus frivole, assoiffé d'épopées, parle de dragons.

Gabriel, encore et toujours, ne sait pas. Et il susurre ses incertitudes contre la liasse grandissante de son premier manuscrit. Et lorsque, à peine une semaine avant la fin de l'année, Matthew s'installe à côté de lui, seul, l'air décontenancé, Gabriel ne le questionne pas.  

-

C'est Caleb qui promène son manuscrit au travers des maisons d'édition qu'il arrive à dénicher sur le net et c'est Caleb qui gère l'anxiété que le premier coup de téléphone engendre. Le jour où sa rencontre avec Sarah Nnamani est prévue, c'est Caleb qui serre sa cravate et lui susurre des encouragements. Sa mère lui glisse un thermos de café entre les doigts. Ensembles, ils le poussent vers la porte, le contraignant à se heurter beaucoup rapidement qu'il ne le pensait au futur qui a passé une part de l'année à le tenailler.

Tout se fait soudainement si concret.

Mme Nnamani est une femme sévère et diligente, et si l'air implacable qu'elle affiche l'intimide au premier abord, la précision qui découle de chacune de ses phrases sert de ciment à ses rêves. Ils parlent, longuement, revisite les recoins d'une histoire que Gabriel a longtemps portée en lui - Jeremiah et Klár, rejetons de son imaginaire -  et leur entretien s'achève sur un sourire et la promesse d'une collaboration future.

Il est, à partir de ce moment, officiellement écrivain, un auteur supplémentaire dans la parade des esprits. Caleb le serre et sa mère dégoupille une bouteille à laquelle Gabriel touche à peine pour éviter de penser à son père.

-

Les robes volent au-dessus de leurs têtes et il lui semble que le Choixpeau crisse une chanson millénaire. Son cœur se débat frénétiquement et les doigts de Matthew serrent les siens sous la table. Serdaigle ne gagne peut-être pas, mais Gabriel ne ressent que trop peu la rudesse d'une compétition dont il ne s'est jamais préoccupé. Leur maison perd, alors qu'eux gagnent leur liberté.

Matthew écrase son front contre le sien, en bordure de la gare, une fois leurs affaires entassées dans le train qui les ramènera chez eux. Il marmonne des remerciements et balbutie une adresse à laquelle il souhaiterait le voir écrire. Gabriel le fixe, son assentiment à demi prononcé se voyant avalé par les grondements ferroviaires.

Les semaines défilent, l'écriture devient un tunnel balisé par la justesse des commentaires de Mme Nnamani et Gabriel a tôt fait de pousser Poudlard dans un coin reculé de son crâne. La magie est une évidence qui se manifeste au travers des roucoulements de Wilde et dans les lumos qui marmonne lorsque ses jambes refusent de le porter jusqu'à l'interrupteur électrique.

Il passe ses écrits à Matthew sans jamais personnaliser ses lettres.

-


C'est au restaurant, héritage familial qui sied à Caleb comme un gant, qu'il fait la rencontre de Anya et de Jesse. Elle est blonde là où il est roux, laiteuse comme de la porcelaine là où ses tâches de rousseurs ressemblent à de la poussière d'étoile et Gabriel comprend immédiatement pourquoi Caleb lui a donné rendez-vous là. Un lieu familier pour une rencontre avec des étrangers, des figures d'importance que son ami de toujours souhaitait lui souligner.

Il se présente, d'une voix blanchie par l'émotion et espère, dans un frisson qui secoue ses paumes, faire bonne impression. Caleb se tient droit, vigile nerveux de leur échange, et Gabriel sait - dans un contraste à tous ces 'je ne sais pas' - qu'il ne peut pas décevoir celui qui a garder son monde en mouvement plus d'une fois.

Anya lui sourit et l'interroge et, trop naturellement, la conversation déboule sur le curriculum littéraire présentés aux adolescents. Gabriel patauge, Anya questionne et Jesse s'affaire à leur expliquer le fonctionnement de l'école dans laquelle il enseigne sous le regard bienveillant de Caleb.

It is a beginning that tastes like certainty.

-

" Do you . . . mind this kind of  . . . activities ? "

L'éclairage tamise sa peau, la découpe en une poignée d'arabesques ambrées. Gabriel la fixe, détaille les perles noires de ses yeux qui scintillent au-dessus de lui, s'éprend de sa gorge et de la manière dont son souffle  tressaille sur une hésitation qui galbe doucereusement sa poitrine.

Il sourit.

" Not at all. "

Elle expire, fébrile, ses doigts se crochetant contre son torse et il réceptionne ses hanches, appréciant le contact d'une épiderme étirée sur la protubérance d'un os, frôlant la lanière d'un harnais d'un ongle. Son sang tambourine contre ses phalanges et ses yeux musardent, quittant un faciès au profit d'une observation plus curieuse. Plastique - silicone - dressé de manière mécanique entre ses jambes.

Il imagine la sensation, la brûlure de l'étirement, alors qu'elle presse ses mains ensembles dans un frottement méthodique qui se veut apte à tiédir leur lubrifiant. Ses paumes coulent contre l'échafaud phallique. Le liquide - à base d'eau - confère au plastique une apparence similaire à celle de ses yeux, quelque chose de provocateur, d'égaré dans une incertitude lubrique.

Il frisonne. Il frisonne et elle l'embrasse.

Au bout d'un moment, il expire.

-

C'est en déposant la dernière boîte qu'il laisse ses épaule s'affaisser, contemplant d'un œil fatigué l'étendue de leurs possessions, à Caleb et lui.  Le soleil se terre à l'horizon, peinturlurant les murs d'orangé et Gabriel peine à se dire que leur nouvelle demeure est à peine habitable.

Sa mère se glisse derrière lui pour l'attraper dans une étreinte et lui marmonne des encouragements contre l'épaule.  Gabriel est tenté de lui murmurer, en retour, dans une apposition d'honnêteté qu'il se garde souvent de porter au jour, que ce changement soudain à tendance à l'affoler et qu'il . . . qu'il ne sait pas comment l'aborder. Il se ravise, toutefois, en entendant des pas se rapprocher, et se contente d'attraper la main de sa génitrice dans la sienne avant de porter son regard sur Caleb et Anya.

Caleb agite des gobelets vides.

" I say that we camp in the living room with good ale and worry about unpacking in the morning. What about it ? Anya already found the glasses ! "

Sa mère aboie un rire qui le rassure.

-

Le problème, parce qu'il y en toujours un, et qu'une difficulté à romancer un chapitre dans un roman en construction n'en est visiblement pas un, prend la forme dégradée de son paternel. Poivre et sel, éparse, bourru, autour d'un dîner de bœuf que Gabriel a passé des heures à chercher comment éviter, l'homme le toise sévèrement.

C'est toujours la même histoire, une histoire à laquelle Gabriel a trop fait allusion dans ses nouvelles, une histoire dont la base est cimentée par son détachement du monde magique, de l'héritage que son père désire lui offrir. Habituellement, il l'apaise d'un revers de mots, lui parle de Matthew et du ministère. Cette fois, son père ne mord pas à l'hameçon et lui parle d'intégrité, d'importance, d'amour et de famille. Il appuie sur la corde sensible d'une déception que Gabriel a cherché à ignorer.

Gabriel inspire et ouvre la porte à un marché. Sa santé pour sa vie. Matthew glisse des mots ça et là et Gabriel trouve un groupe de support contre l'alcoolisme auquel inscrire son père. Il reçoit aussi, entre deux temps, une lettre en provenance de Poudlard.

Pour la première fois depuis longtemps, son âme se tord douloureusement.

-

Les yeux rivés sur son manuscrit, Gabriel évite les regards désapprobateurs des portraits qui l'entourent, pianotant sur son clavier, peu désireux de s'interposer dans un acte aussi bénin qu'une conversation. Ce n'est lorsque l'un des fantôme appréciatif de la bibliothèque et de son silence l'interpelle que Gabriel intervient auprès des jeunes perturbateurs qui s'éprennent d'une cacophonie qui ne convient pas au lieu. Les regards qu'on lui lance lui donnent envie de tourner les talons pour regagner la quiétude de sa vie à Londres, mais il s'enveloppe d'une autorité qui lui donne la nausée et persiste dans ses avertissements.

Il songe à proposer l'installation d'une aire de travaux d'équipe où les élèves pourraient discuter et de faire la promotion d'une aire de silence total qui serait entretenue par un charme auprès de la direction. Il songe, mais se ravise.

Pas besoin de s'impliquer plus que nécessaire ici.





IV. DERRIÈRE L'ECRAN.

TON PSEUDO ? Clumsy.
QUEL ÂGE ? 23 ans.
COMMENT TU ES VENUE ICI ? J'ai été intriguée par un duo de coïncidences fortuites.
TES IMPRESSIONS ?Je ne sais pas encore. Ça me parait toujours étrange d'avoir des impressions avant même que le jeu soit entamé. ( Ahhh. C'est la partie où je dois écrire des trucs comme 'c'est trop magnifique, vous m'avez l'air sympa et aimez-moi, right ? Right. OH WELL. ) PLEASE ADOPT ME.


FICHE PAR FALLEN SWALLOW

avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Professeur

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t797-gabriel-the-world-is-a-stage-but-the-play-is-badly-cast#8474 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t386p15-gabriel-quota
Âge : 25 ans
Messages : 8
Points : 0
Patronus : Ragdoll
Emploi : Auteur & Bibliothécaire à temps partiel
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Sam 4 Fév - 22:04
welcome here
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Sam 4 Fév - 22:14
Bienvenue ! Wink

Bonne chance pour ta fiche et si tu as des questions n'hésites pas. Very Happy

_________________
 
 
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Admin Thom

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 242
Points : -20
Emploi : En quoi ça vous concerne ?
Année : Huitième
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Sam 4 Fév - 22:54
Bienvveeeenuuue! J'ai entendu parler de toi en bien sur la CB! Heureuse que tu aies choisi notre forum!

Richard Madden + Iwan il va nous falloir un lien avec mon Harry Potter Very Happy j'avais aussi pensé à Mattias étant donné qu'il est poète ^^

_________________
★Telle fondatrice, tels membres★
TOO CRAZY FOR U (FONDA) - AND CRAZY IN LOVE WITH U (KAIT) - Refuser d’aimer par peur de souffrir, c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.∆ northern lights et graph' par Laziel
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Capitaine de natation

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t28-kaitlyn-attention
Âge : 19 ans
Situation amoureuse : ehh, en couple je suppose?
Messages : 967
Points : 0
Patronus : Colibri
Emploi : Médiatrice, pigeon voyageur
Année : 7e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Dim 5 Fév - 4:18
BIENVENUUUUUUE ! J 'ai également entendu parlé de toi dans la CB Cool bienvenuuuuuuuuuue² pour la peine Cool

Bon courage pour ta fiche Smile

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Dim 5 Fév - 9:00
Hey there.

(Moi aussi, j'ai entendu parler de toi.)


_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Dim 5 Fév - 9:03
Bienvenue par ici ^^

j'espere que tu te plaira parmi nous mister :p par contre...tu t'approche pas de Sarah! j'ai vu ce que tu faisais aux petites rousses innocentes dans GoT! Alors pas touche! xD
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Dim 5 Fév - 10:51
DU COUP
La magnifique chevelure de Scorpius et moi-même te souhaitons la bienvenue parmi nous et espérons que tu t'amuseras bien sur ce forum

_________________
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Les serpents mordent ;)

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t306-un-nom-qui-n-inspire-guere-confiance?highlight=un+nom+qui+n+inspire http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t198-le-scorpion-piqu
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : En couple
Messages : 168
Points : -20
Patronus : Chien
Année : 6e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Mar 7 Fév - 16:09
Bienvenue sur le forum et courage pour ta fiche =)
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Mar 14 Fév - 16:16
Salut toi !
Bienvenue parmi-nous ! Par contre j'ai pas encore entendu parler de toi sur la CB mais ça ne saurais tarder je pense mouhahaha.

Bon courage pour la suite de ta fiche et n'hésite pas si tu as des questions !

Ptitsbisous
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Mar 14 Fév - 18:30
Han tu as mis un gif de Misfits ** Tout le monde oublie le Iwan de Misfits alors que c'est mon rôle préféré parmi les siens ahem.
A part ça, je n'ai pas encore tout lu, mais tu m'as l'air d'avoir une superbe plume et ça donne très envie d'en lire davantage. De plus, j'aime bien l'univers que tu lui as confectionné dans les détails (les ouvrages).

Mais avec tout ça, j'oublie le principal :
Bienvenue à toi parmi nous, lapin (enfin si tu n'aimes pas les lapins, il y a poussin, chaton, renard/foxy, canard, louloutre, etc...). J'espère que tu te plairas sur le forum en tous les cas.
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Mer 15 Mar - 18:48
Il va nous falloir un lien en tant qu'artistes mon cher

_________________
My head is abattlefield. Do you wanna join me?
avatar
Don't get lost in the streets of London

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t262-mattias-my-head-
Messages : 47
Points : 0
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Dim 19 Mar - 13:42
Coucou! J'ai remarqué que ta fiche semble bien avancée! N'hésites pas à contacter le staff en cas de soucis!
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Admin

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com
Messages : 215
Points : 66
Patronus : Sur la table du directeur
Emploi : Torturer les pensées des nouveaux élèves
Année : Maussade
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Ven 14 Avr - 20:28
Bienvenue sur le forum =D

gif de misfits j'approuve XD elle est tellement cool cette série **

bon courage pour ta fiche ♥
avatar
Professeur

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t595-l-homme-sur-la-lune-a-du-se-dire-qu-il-etait-aller-trop-loin-pour-faire-pipi http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t583-luna-londubat-pa
Âge : 40
Situation amoureuse : Mariée
Messages : 62
Points : 0
Patronus : Lièvre
Emploi : Professeur de soin aux créatures magiques
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. " Sam 15 Avr - 5:29
Bienvenue!

Mon dieu Iwan *_* Tu vas me faire terriblement craquer avec ce vava! (Oui tu le sauras par la suite, mais je suis totalement fan de ce mec et des psychopathes en général) Mais j'adore ta fiche aussi mystérieuses soit elle.

Bonne chance!

_________________

   
Pourquoi attendre, alors qu'on peut agir? V.W.

   
Crédit - [url=dream.forumgratuit.eu]Joy[/url]
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Assistante de vol

Voir le profil de l'utilisateur
Âge : 22
Situation amoureuse : Compliqué
Messages : 138
Points : 0
Patronus : Louve alpha
Emploi : Assistante et remplacante en vol
Année : /
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. "
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. "
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Gabriel - " Quotation is a serviceable substitute for wit. "
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: PAPERASSE ET CIE :: Présentations :: Fiches validées-
Sauter vers: