AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

Ich will... mit Ktelar Hürmann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: Rps en attente!
MessageSujet: Ich will... mit Ktelar Hürmann Mar 24 Jan - 8:40
     

Ktelar Hürmann x Aliénor Black

Ich Will
L'
aube se levait tout juste sur l'Angleterre, en ce samedi matin. Une belle matinée s'annonçait, que la plupart des élèves de Poudlard ne verraient pourtant pas, bien pelotonnés au fond de leurs lits. Même les équipes de Quidditch n'avaient pas prévu de s'entraîner avant neuf heures du matin, prenant leur temps. Aliénor n'était pas du genre à faire la grasse matinée, sauf événements exceptionnels. La mort serait bien assez longue comme nuit! Autant profiter des journées proposées par la vie, qu'elles soient ensoleillées ou pluvieuses. Ainsi, la jeune femme s'était levée vers six heures du matin, avait fait une petite toilette pour bien se réveiller et avait revêtu un jogging tout ce qu'il y a de plus moldu. Après être passée chaparder dans les cuisines - et au grand bonheur des elfes d'avoir de la visite si tôt dans la journée - un jus de citrouille et un pancake fourré au sirop d'érable (on arrête pas le progrès) la jeune femme partit à grand pas vers le complexe sportif. Elle mangea en route, marchant d'un pas tranquille. Aliénor arriva donc à destination à sept heures tapantes. Désert, forcément. Cela l'arrangeait bien à vrai dire. Au moins, elle serait tranquille. Elle renvoya magiquement le verre de jus de citrouille aux cuisines, le faisant comme disparaître.

La brunette commença par s'échauffer : étirements, petites foulées et divers mouvements destinés à préparer le corps à l'effort. Aujourd'hui, ce serait un ensemble d'entraînements. Du cardio avec de la course fractionnée, mais également de la musculation, notamment au niveau des cuisses et des abdominaux. Aliénor ne voulait pas devenir une "muscle woman", bien loin de là même, ce n'était pas son idée de l'esthétique. Non, elle voulait juste entretenir son physique - de ce fait assez avantageux - et rester en bonne santé. Elle s'accordait ainsi généralement trois séances de sport par semaines, voire quatre, d'une à deux heures chacune. Bien assez pour se maintenir en bonne forme sans se voir gonfler comme un boeuf gonflé aux stéroïdes. Alors qu'elle allait se mettre à véritablement s'entraîner, mademoiselle Black sembla réaliser quelque chose. Elle tira de son jogging, où elle avait cousu une poche de fortune, sa baguette magique, et énonça:

- Accio radio.

Un instant plus tard, une grosse radio comme on en voyait dans les années 90 arriva auprès d'elle. Rien ne valait le vintage dans certains cas. Elle alla l'allumer après avoir remis sa baguette en poche, elle avait inséré la veille un CD de playlist personnalisée. Linkin Park, Nickelback, Metallica, Nightwish, Evanescence, ... Des goûts plutôt rock, voire même métal. En tout cas, dans un sens, ça bougeait bien, on ne peut le nier, bien que ça ne ressemble pas à des musiques de zumba. Sur ce, la jeune femme se mit sérieusement à son sport. Les minutes passèrent, elle finit par retirer sa veste, ne restant qu'en débardeur et soutien-gorge de sport en-dessous.

GleekOut!
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Mar 24 Jan - 9:23

    Ich will dass ihr mir vertraut
    Ich will dass ihr mir glaubt
    Ich will eure Blicke spüren
    Jeden Herzschlag kontrollieren.
    Heh !



    Les cheveux rejetés vers l’arrière, accrochés entre eux, Ktelar contemple en silence le parc enfumé d’une journée trop grise. Il fait froid, trop humide, et les ongles rongés, il effleure du bout des doigts un sanglier de pierre, dont les défenses s’ouvrent sur un cri muet projeté vers la forêt interdite. Il a plu, cette nuit, et l’humidité engorge la terre et la pierre, soulevant des effluves d’une nature submergée. Ktelar vient frotter sa mâchoire, et la seconde d’après, vient essuyer, d’un revers du poignet, la trace de terre contre ses maxillaires.

    Il a couru, et échauffé, son organisme est présentement une masse de noeuds excités. Les nerfs tressautant sous l’étirement de sa peau, il marche en silence, traversant le parc, sa respiration maintenue en un souffle irrégulier. Il voudrait voler, un peu, mais craint qu’on puisse l’apercevoir de là, et préfère s’assurer d’une obscurité plus importante pour évoluer dans son terrain de jeu aérien. Un frisson court sur ses dermes, et les paupières plissées, il se met à courir.

    Ses foulées deviennent puissantes, furieuses, et rapidement haineuses. Libération, lapidation, il voudrait hurler. Les pensées en tourbillon, le cortège de ses rages mentales se déchiquetant, lacérant son impudente lucidité, c’est dans cet effort bref, intense et explosif, qu’il positionne toute sa rage de vaincre, toute son énergie à détruire. Il doit trouver comment atteindre ses objectifs, il doit déformer la fatalité d’une imposition qui ne lui plait pas. Il déteste ça, il déteste ça, il déteste ça. Sa bouche se déchire en un feulement sauvage, ses genoux le lâchent, et il se prend les pieds dans une racine vicieuse. En s’écroulant, la face contre terre, il reste quelques secondes, à se calmer, le nez enfoncé dans les graviers. Il a besoin de respirer.

    Doucement, un sourire vient se glisser, le plus naturellement du monde, sur sa face. Ktelar est résigné, mais Ktelar n’est jamais désoeuvré.  

    « Er. »

    Se redressant, craquant ses hanches, il vient frapper ses cuisses, et s’essuie la face, en soupirant. Il n’est vraiment pas assez en forme, en ce moment, et s’impose, mentalement, de retrouver une lucidité d’esprit plus à même de faire de lui cet individu souriant et calme. Il ne peut pas réellement se permettre d’étaler trop passionnément ses humeurs, et avec une joie renouvellée, son appréciation ressourcée, il se met à marcher, quasiment guilleret, vers les terrains de Quidditch. Il n’est pas motivé par quoique ce soit, mais peut-être qu’aller s’asseoir dans les tribunes, à réfléchir seul, avant qu’on n’envahisse les lieux, lui fera du bien.

    Il faut pourtant, au bout de quelques temps, qu’il réalise que son espoir de solitude se voit dissipé. C’est une fille, seule et en musique, qui a été la première à établir du terrain de Quidditch son lieu de performance. Méfiant, Ktelar s’approche doucement, et va se glisser, sans un mot, sur les tribunes les plus basses. De toutes évidences, elle n’est là que pour faire ce qu’il voulait faire à la base ; du sport, tout simplement. Il a un minuscule sourire. Mais rapidement, il détourne les yeux pour se concentrer sur l’espèce de gigantesque radio. Il a des bases, très rapidement, sur la culture moldue, mais s’il a conscience de la nature de l’objet, il ignore totalement la nature de ces sons. Intrigué, l’allemand se concentre sur les sons, et au bout de quelques instants, c’est avec un sourire appréciatif qu’il finit par considérer qu’il apprécie cette musicalité.

    « Hey. »

    Elle ne l’a pas vu, il se signale, sans vraiment bouger des tribunes, avec un sourire.

    « C’est quoi, comme musique ? C’est moldu ? »

    C’est ce qui lui paraît le plus logique, considérant qu’il n’a aucune culture du rock moldu. Toutefois, pour avoir traîné quelques fois dans le Londre-non-mag, il a l’impression d’avoir déjà entendu ces tonalités exacerbées.

    « J’aime bien. C’était quoi, le morceau d’avant ? »

    Il croise son regard, et son sourire s’accentue. Il ne la connaît pas, et il doit absolument remédier à cela.

    « Ktelar. Et toi ? »


_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Mar 24 Jan - 10:23
     

Ktelar Hürmann x Aliénor Black

Ich Will
C
apoiera. Un mot qui pourrait sembler un peu barbare, dit comme ça, mais qui reflète en réalité un art presque martial, en tout cas une technique de combat qui, lorsqu'elle n'est pas utilisée sérieusement, ressemble à une sorte de danse très rythmée. Mais qui ne fait pas oublier la puissance des coups portés, entre les pieds jetés en l'air, et la sournoiserie, avec les tacles et autres coups venant de parties du corps que l'on ne soupçonne pas toujours: coudes, genoux... La jeune femme exerçait ce sport depuis quelques années maintenant, et commençait à vraiment bien se perfectionner. Cela lui faisait un bon complément à l'auto-défense, qu'elle connaissait en revanche depuis longtemps et qui utilisait plus des postures de contre-attaque et de protection, et où les mains étaient plus sollicitées. Et c'est ce combat virtuel qui était l'objet de l'entraînement d'Aliénor, quand elle entendit soudainement quelqu'un la saluer.

Elle en fut surprise d'ailleurs. Quelle discrétion. Habituellement, même quand elle est occupée et qu'il y a du bruit autour d'elle, la jeune femme ressent les nouvelles présences autour d'elle, dans un certain périmètre. Question d'instinct de survie, sans doute. Arrêtant ses exercices, légèrement essouflée - en même temps, voilà plus de vingts minutes qu'elle se donnait à fond - elle baissa un peu le son de sa musique. Elle sourit à l'encontre du brun qui lui fait face. Il est un peu loin, assis dans les tribunes, alors Aliénor hausse un peu la voix pour qu'il l'entende correctement.

- Bonjour ! Bien matinal, jeune homme.

Elle grimaça un instant. Elle avait oublié qu'on ne pouvait transplaner dans l'enceinte de Poudlard, et avait voulu s'y essayer pour s'approcher du brun, mais s'était heurtée mentalement à une espèce de mur d'énergie. Arf. Eh bien tant pis, elle resterait là. De toute façon, elle n'avait pas fini sa séance, et la reprendrait bien tôt ou tard, donc autant rester sur le terrain. Elle fait signe à l'élève - car il n'a certainement pas l'âge pour être plus, bien qu'il ait un air assez mature à vrai dire - de la rejoindre, s'il le veut.

- La dernière, c'était "Ich will", un groupe allemand connu internationalement chez les moldu. Ils sont assez trash, et adorent la pyrotechnie entre autres.

Tout en parlant, la jeune femme remonte une jambe jusqu'à ce que le talon touche ses fesses, histoire de ne pas trop se refroidir. Elle fait de même pour la suivante, et observe le jeune homme qui vient de se présenter à elle. Ktelar. Pas très british comme nom, cela va de soi. Allemand?   D'ailleurs, ce prénom lui dit quelque chose, comme allant forcément de paire avec un autre... Mais elle ne sut pas à ce moment précis faire la liaison. Quelle coïncidence en tout cas avec la chanson qu'il a entendu. Forcément, il a du en comprendre les paroles assez facilement, ce qui aidait forcément à l'appréciation. Elle nota pour sa part, avec intérêt, la tenue de sport que portait le brun. Ainsi, elle n'était pas la seule à faire attention à son corps. Voilà qui est rassurant; parfois, elle avait l'impression que les sorciers n'en avaient rien à fiche du sport, hors Quidditch.

- Aliénor Black, assistante de M. Keagan, le professeur de DFCM. Je suis arrivée il y a quelques jours.


GleekOut!
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Mar 24 Jan - 14:57
    Elle est une combattante dont les mouvements grisent Ktelar. Il voudrait savoir faire comme elle. Les souvenirs des combats que lui imposaient son grand-père remontent dans son esprit, comme une petit fuite d’eau qui viendrait exploser dans la plomberie de ses méninges. Elle sourit, en se retournant vers lui, avant d’arborer brièvement une expression grimaçante. Ktelar hausse un sourcil. S’est-elle fait mal ? Elle sourit la seconde d’après, et la pensée disparaît de l’esprit de l’allemand. Elle est mignonne, et son sourire est une barrière déjà franchie entre le langage anglais et le parler germanique. Ktelar quitte les tribunes, alors qu’elle se met à parler.

    - La dernière, c'était "Ich will", un groupe allemand connu internationalement chez les moldu. Ils sont assez trash, et adorent la pyrotechnie entre autres.

    En s’approchant lentement de la radio, le brun évalue des yeux les lignes trop épaisses de l’objet bruyant. Il a reconnu l’allemand, mais ne connaît pas le moins du monde le groupe. Un sourire, cependant, s’est étalé sur ses lèvres, et il vient caresser, du coin de sa semelle, le bout de la radio. L’objet moldu lui plaît bien, mais la taille trop imposante représente un handicap, assurément. Pourquoi n’a t-on jamais envisagé rendre cela plus petit ? Il s’accroupit, et vient poser la main sur le thorax plastifiée de la gigantesque radio. Du coin de l’oeil, il peut apercevoir la fille dont les étirements ne sont pas achevés. Elle se présente.

    - Aliénor Black, assistante de M. Keagan, le professeur de DFCM. Je suis arrivée il y a quelques jours.


    Il hoche la tête, enregistrant l’information. Black est un nom distingué, et il est certain qu’on lui a demandé de faire attention aux héritiers. Cette fille, par conséquent, se doit d’avoir son arbre généalogique étudiée, et une attention particulière. Sans savoir s’il est réellement satisfait d’être tombé sur une potentielle cible à surveiller, Ktelar se redresse lentement. Quelle est la portée de son pouvoir ? Dans quelle mesure pourrait-elle se défendre, s’il l’agressait, pour tester ? Que donnerait ses commanditaires pour l’avoir ?

    « Comment faisais-tu ? »

    Le mouvement était fulgurant, et les prunelles de Ktelar ne l’avaient saisi qu’un instant. Dans une mimesis, pourtant, il vient se placer à côté d’elle, son attitude transformée en celle d’un novice passionné. Rejetant les épaules en arrière, il élève la main, les doigts tendus, et dans une rotation des hanches, la seconde libérée, vient frapper le vide, ses phalanges claquant. Un sourire apparaît sur ses lèvres, et en rabaissant les paumes, son mouvement factice achevé, il tourne sa face vers la fille.

    « Tu peux m’apprendre ? »

    L’espoir est insensé, il ne sait pas vraiment pourquoi il choisit de prendre cette initiative. Mais dans tous les cas, si la fille peut lui apporter quoique ce soit, alors il ne va certainement pas la dédaigner. Et puis, elle est une combattante, possiblement intéressante, il peut bien essayer de tenter des coups qui sortent de son pattern habituel. En dehors du maniement des armes blanches, il n’est pas persuadé qu’il pourrait se défendre ou attaquer de lui-même. Autant chercher à profiter des possibilités. Il lui sourit, et avec une surprise bittersweet qui lui remonte dans le sang, comme une caresse griffée, il réalise qu’un jour, peut-être, il devra la trahir. Alors, ses yeux se courbent, sur un sourire, et il choisit de ne pas y penser.

_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Mar 24 Jan - 15:52
     

Ktelar Hürmann x Aliénor Black

Ich Will
H
um, pas mauvais le petit jeune. Aliénor eut un regard tout à fait intéressé lorsqu'elle le vit imiter le dernier mouvement qu'elle avait effectué dans son entraînement. C'était certes approximatif, et le coup virtuellement porté s'en trouvait moins puissant qu'il n'aurait du l'être, mais pour une première, juste après une observation, c'était vraiment pas mal. Le brun était prometteur, si son envie était de se lancer dans les sports de combat. Encore faut-il qu'il ait la bonne mentalité, qui est de respecter son adversaire, et qui est un principe assez commun à tous les arts martiaux, du moins à la connaissance d'Aliénor. En tout cas, Ktelar partit dans le sens adapté aux pensées de la jeune femme, car il lui demanda de lui montrer.

- Pas de soucis. Commençons.

La jeune femme remonta un peu le niveau sonore de la radio, mais pas trop tout de même, afin que chacun puisse parler sans hausser le ton, et que professeur et étudiant puissent se comprendre sans problèmes. Aliénor lui remontra donc le mouvement, et le laissa le faire à son tour de nouveau. Elle corrigea à l'oral ses erreurs, et vint se placer derrière lui pour stabiliser sa posture de base, tout en lui disant les appuis les plus importants, ceux dont il ne pouvait se passer s'il ne voulait pas risquer de tomber bêtement. Puis l'assistante le laissa refaire le mouvement complet par lui-même, et elle lui adressa son approbation par un petit signe de tête et un sourire appréciateur. Ils continuèrent comme cela. Aliénor montra également quelques positions de défense et des gardes utiles pour parer les coups ou les bloquer. Ils se portèrent par la suite les coups appris, en prenant garde à s'arrêter avant d'arriver à frapper l'autre. Ce pendant presque une heure, sans en savoir beaucoup plus l'un sur l'autre à vrai dire. La seule chose qu'Aliénor apprit pendant ce temps vu que Ketlar était élève de Serpentard, septième année. En même temps, ce n'est pas un de ces courageux mais brouillons Gryffondors qui aurait pu s'approcher aussi facilement d'Aliénor, sans se faire voir. Au bout d'un moment, avec une mine avide de jeu et de défi, la jeune femme proposa quelque chose de déjà plus corsé:

- On va passer aux choses sérieuses, si vous voulez, pour conclure cet entraînement. Duel amical. Tous les coups sont permis.

En tout cas, la séance de sport durait plus longtemps que prévu, il était déjà huit heures quarante-cinq du matin. Ce n'était pas pour déplaire à Aliénor, cependant, la première équipe de Quidditch ne devrait plus tarder. Heureusement qu'elle était venue de base dans le gymnase, comme ça, pas besoin de bouger ailleurs. La jeune femme sortit sa baguette et lança un Assurdiato pour isoler phoniquement la pièce, histoire qu'ils soient tranquilles vis-à-vis des bruits extérieurs. Puis elle la rangea dans sa poche, et sortit un élastique d'une des poches de son jogging, pour attacher ses cheveux bruns qui tombaient sous ses épaules autrement, et qui pourraient potentiellement la gêner. Elle retira même son débardeur, pour ne rester qu'en brassière de sport, commençant à avoir vraiment chaud à vrai dire. La jeune femme déclara, un peu mesquine sans être méchante, mais sûre de son avantage, les yeux pétillants:

- A vous l'honneur. Je vous laisse une longueur d'avance.

Et sur ces bonnes paroles, Aliénor se mit en garde, poings refermés et levés quasiment au niveau de son visage, ferme sur ses pieds.

GleekOut!
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Mer 1 Fév - 19:12
    Sur la pointe des pieds, en équilibre au dessus d’une contemplation appréciative de la fille, il se joue des mondanités et apprécie la présence imprévue de cette compagne de sport.

    Elle est, de toutes évidences, plus âgée qu’il ne l’est, mais, puisqu’il a dépassé les formules de politesse, il se considère tout à même de lui parler comme à une fille de son âge. Elle n’est, après tout, rien de plus qu’un être humain, comme lui. Une boite de carton, avec des entrailles dedans. Ktelar sourit, tandis qu’elle vient modifier ses positions. Il apprend, elle rectifie, et en quelques secondes, elle a su instaurer dans son esprit une zone sécure par rapport à laquelle il la place. Elle n’est pas méchante, et même plutôt jolie. Les prunelles sombres du garçon suivent les mouvements des mains d’Aliénor, et si les contacts roidissent ses muscles, il ne se sent pas affolé, et certainement pas mis en danger par la femme.

    Elle est douce, et il y a une étrange rétrospective avec le reflet qu’il se faisait de sa mère lorsqu’elle était à Poudlard. Un sourire sur les lèvres, en obéissant aux modifications qu’elle lui demande d’effectuer, il réctifie ses positions et répète ses mouvements. Le temps s’écoule, lentement, suffisamment pour qu’il en vienne à apprécier ces instants de quiétude qu’il n’attendait pas, et alors qu’une heure est passé, il se retrouve, hébété, mais galvanisé, avec un sourire d’enfant ravi, à réaliser qu’il a repris les arts martiaux. Son corps est secoué par un frisson violent, appréciatif, et tandis qu’elle le conseille à voix haute, il plisse les yeux, sans modifier l’arc de sa bouche. Dans son ventre, il y a cette chaleur furieuse de la haine et du combat qui se réveille, et qu’il n’avait jamais envisager ré-embrasser jusque là. C’est une arme qu’il dispose désormais. Il vient de réaliser, pour la première fois depuis la mort de son grand-père, que son corps n’est pas forcément soumis aux agressions extérieures. Il peut très bien attaquer à son tour. Son souffle évolue en une fréquence plus rapide, et ses lèvres glissent en un angle soudain plus pointu, mais il est foncièrement heureux. Il peut aussi faire mal aux autres.
    Et cela, c’est une bonne nouvelle.

    Ktelar veut dépasser le trauma de la douleur. Être une proie n’est plus une option. Il y a maintenant la possibilité d’utiliser à son propre égard des armes qu’a voulu lui imposer son grand-père. Les événements se bousculant, il a conscience qu’on lui demande de pouvoir se placer stratégiquement sur l’échiquier politique. Et en cela, il ne peut que trop appréhender, avec appréciation, les aptitudes que cela lui offre. Il n’est que tout sourire, ses prunelles rivées sur la femme.

    Quand Aliénor ouvre la bouche, pour lui proposer un combat, toutefois, Ktelar perd alors sa superbe. Raidissant son corps, récupérant une posture malaisée, il abaisse les yeux. Il n’est pas persuadé d’être en mesure de pouvoir se battre. Ou plutôt, il n’est pas persuadé d’être en mesure de pouvoir gagner. Relevant la machoire, pensif, il contemple passivement autour de lui, en évaluant les lieux. S’il doit se montrer sincère, l’idée l’intéresse singulièrement. Il veut estimer ce qu’il vaut, ce qu’il peut faire. Même après une heure d’entraînement. Au moins pour pouvoir fixer son niveau de base.

    « Heh. »

    Il a souri, laissant s’exhiber l’éclat d’un amusement, et alors qu’elle lui propose, le plus galamment du monde, de faire le premier geste, il vient, dans un entrechat, la contourner. Elle est mignonne, plus petite que lui, et de toutes évidences, beaucoup moins lourde. Dans un mouvement fulgurant, il vient enfoncer son pied dans la pliure de la rotule, à l’arrière du genou, pour la faire tomber en avant, et en lui sautant dessus, dans un mouvement très peu réglementaire, lui saisi les cheveux pour lui enfoncer la face dans le sol.

_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Jeu 2 Fév - 10:30
     

Ktelar Hürmann x Aliénor Black

Ich Will
J
oueuse, voilà un mot correct pour définir Aliénor. C'est parce qu'elle était curieuse et qu'elle n'avait pas froid aux yeux qu'elle avait proposé ce combat amical à Ktelar. Et puis, elle voulait le tester, entrevoir ses capacités. Car il semblait tout à fait doué pour les arts martiaux, il n'était pas empoté comme certains pouvaient l'être. De toute façon, sa carrure plutôt fine et élancée conviendrait bien plus à des sports où l'on joue avec le poids du corps des adversaires et leur force qu'avec sa propre puissance physique. Alors, s'il se montrait convaincant, la jeune femme ne serait pas contre lui prodiguer d'autres leçons... Ce serait même un plaisir pour elle d'avoir un partenaire d'entraînement en fait!

Elle plissa les yeux alors qu'il se lançait. Une attaque frontale? Non, il n'était pas idiot, il n'allait quand même pas tenter cela. Cependant, la jeune femme ne fut pas assez rapide pour deviner ses intentions. Ainsi, même si elle le vit la contourner, elle n'eut pas le temps de se retourner assez bien pour parer. Soudain, une douleur, comme une pointe à l'arrière du genou. Aouch! Bien pensé. La jeune femme serra les dents, mais n'eut pas le temps de contre-attaquer, quand elle se sentit dans un premier temps tirée par l'arrière. EH ! On ne touche pas les cheveux d'une femme, et on ne les tire pas! C'est ce qu'auraient dit les spectateurs, s'il y en avait eu. Mais comme l'assistante l'avait précisé, tous les coups sont permis...

Reprenant finalement ses esprits, elle ne laissa pas à Ktelar le plaisir de l'envoyer tête la première dans le sable, d'une car ce ne serait pas agréable, de deux parce qu'il fallait bien qu'elle réagisse tout de même, et de trois parce que cela signerait certainement sa défaite. La tête envoyée dans le sable, qui envahirait ses yeux, elle serait incapable de poursuivre le combat. Hors de question que cela arrive! Aussi, alors qu'il commençait à faire pression pour la faire tomber en avant, elle attrapa de ses deux mains le poignet qui lui maintenait la tête. Pourvu qu'il lâche, sinon elle allait se faire mal avec ce qui allait suivre, mais tant pis, elle prendrait le risque. Décidée, Aliénor inspira à plein poumons, et rugit en envoyant valdinguer Ktelar un peu plus loin, juste en l'ayant attrapé ainsi par le poignet. Coup rapide, entre l'instant où il lui avait attrapé les cheveux et l'instant où elle l'avait fait valser, il avait dû se passer deux secondes tout au plus. Et c'est grâce à la rapidité des mouvements qu'Aliénor avait pu envoyer le jeune homme, plus grand et donc probablement plus lourd qu'elle, voir ailleurs si elle était. Ce genre de coups demandait de la pratique, il y arriverait sûrement avec le temps.

Mais avant que le maître dépasse l'élève, il fallait déjà que le maître démontre sa supériorité. Sinon, quel intérêt pour le plus jeune de suivre des cours particuliers? Aliénor, dans un sourire prédateur, se redressa, alors que Ktelar commençait à se redresser difficilement. Dans un coup de vent où elle puisa ses dernières énergies de cette matinée sportive, la brunette arriva dans son dos, et l'allemand put sentir quelque chose de dur dans son dos. Une baguette magique. Sorbier, crin de sombral.

- Levicorpus.

Et un instant plus tard, le brun pendait dans les airs par les chevilles, sa tête vers le sol arrivant plus ou moins à la même hauteur que celle d'Aliénor. Désormais, il ne pouvait plus rien faire, pas tant que la jeune femme ne l'aurait libéré du sort. Combat terminé. Oups, il n'avait pas l'air content, ahah. Bah, il en vivra d'autres. Avec un petit sourire satisfait, elle déclara:

- Vous saurez désormais qu'il faut faire attention à ce que je dis. Si je dis "tous" les coups sont permis... Elle ne termina pas sa phrase, qui n'avait pas besoin de plus de précisions pour être comprise. Aliénor passa un instant à un visage plus sérieux, presque grave. Cela pourra vous sauver la vie, en combat. Pensez toujours à tous les moyens en votre possession. Puis, son air se radoucit, et elle se décida finalement à libérer en douceur le jeune homme, le faisant retomber délicatement sur le sable. Liberacorpus. Elle s'assit auprès de lui, reprenant son souffle, et déclara: En tout cas, pour une première, vous vous êtes très bien débrouillé! Je serai enchantée de vous entraîner plus souvent, si ça vous dit.
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann Jeu 9 Fév - 16:37

« Doch manchmal träum' ich nur von Dir »

ft. Ali
lalala


Intempérie violente, c’est un coup de vent inattendu qui vient le propulser vers le haut. Ktelar s’envole, en raidissant ses muscles, en crispant ses mâchoires, en ouvrant les yeux. Et comme l’enfant stupéfait qu’il est parfaitement à cet instant, il est envoyé, poupée valdinguant, frapper le sol. Sa mâchoire heurte brutalement le plancher des vaches, dans un atterrissage sur le flanc, et le corps endolori, il n’a pas le temps de se relever pour apprécier le recouvrement de son équilibre qu’un nouveau sortilège le projette vers le haut, sans hésitations.

Comme attrapé par un gigantesque grappin, soulevé vers un ciel au mécanisme absent, invisible, ses poumons se vident largement, broyés sous la stupéfaction du phénomène, et il faut quelques secondes à Ktelar avant que son rythme cardiaque ne reparte.  Les lèvres entrouvertes, sur un sourire étourdi, il réalise au bout de quelques secondes que la grue immatérielle qui l’a soulevé a fait en sorte qu’il se retrouve, face contre face, frappé par les yeux trop délicats de mademoiselle. La Fraülein vient disposer à hauteur de son regard un sourire trop ravi pour qu’il n’en reconnaisse pas l’absolue défaite que cela lui informe. Il a perdu, et avec un petit glapissement amusé, se promet de ne plus jamais attaquer les jeunes femmes de dos. Uniquement celles qui sont plus faibles que lui. Son sourire devient tordu.

- Vous saurez désormais qu'il faut faire attention à ce que je dis. Si je dis "tous" les coups sont permis... 

Il hoche la tête, la leçon comprise depuis au moins cinq ans. Il a dans la chair les marques de cet apprentissage.

 Cela pourra vous sauver la vie, en combat. Pensez toujours à tous les moyens en votre possession. 

Il lui sourit poliment, son corps toujours soumis à la flottabilité étrange de cette situation renversée. Tous les coups permis, dans un duel à Poudlard, s’avère une partie restreinte. Les souvenirs ne sont pas vieux, à peine écornés, mais présentent déjà les stimagtes de ce qui ne se renseignent pas aux autres. Des interdits, cachés sous une jolie face. Il a appris des sorts qui ne se prononcent pas entre ces murs, et qu’il n’est pas sûr qu’elle veuille entendre et encore moins subir. Les commissures relevées en des angles doux, il cache sous sa langue les trois syllabes impardonnables. Elle ne veut certainement pas savoir ce qui lui est arrivé entre ses huit et treize ans. Elle ne veut certainement pas savoir qu’il y a eu, durant certaines séances éducatives, des programmes destinés à lui graver dans la tête les manières de gagner un duel, envers et contre tout. Il réfute, et elle a tort, très sainement, très heureusement. Certains coups ne sont pas permis.
Pas encore.

Elle le libère, avec une douceur infinie, et il s’assied, imité par la jeune femme. Aliénor Black, le nom ne lui est pas inconnu. Ses yeux fouillent le profil ravageur de l’individu, avant qu’elle n’ouvre de nouveau la bouche. Il frissonne, et elle s’exprime.

En tout cas, pour une première, vous vous êtes très bien débrouillé! Je serai enchantée de vous entraîner plus souvent, si ça vous dit.

Exultant une appréciation trahie par son sourire, lequel est devenu immensément plus sincère, plus heureux, Ktelar hoche la tête.

« J’espère bien, Black. Tu es ma nouvelle prof de self-defense. »

La plaisanterie, intérieurement, le fait rire. Défense contre les forces du mal. Self-defense. Son identité se voit questionnée. Il en soupirerait. Mais ce serait perdre la face. Ktelar agite ses mains, dans une éloquence toute indiquée.

« Et puis, je suis pressé de voir ces rumeurs qui vont se lancer entre nous. Tu réalises ? La jeune assistante traîner avec un étudiant mâle ? Tu ne te feras pas virer, au moins ? Je compte bien t’exploiter au maximum, afin de pouvoir devenir plus fort. »

La voix est délicate, à des centaines d’années-lumière de ses propos trop crus, et les yeux courbés sur une expression tendre, il dévisage les traits de la jeune femme. S’il avait eu une sœur, puisqu’elle n’a pas l’âge de sa mère, il aurait aimé qu’elle lui ressemble. Pendant une seconde, libre et légère, sous l’emprise d’une pensée innocente, il vient saisir une mèche de la jeune femme, et la froisse entre ses phalanges. Contact effleuré, son ongle contre la joue de l’autre, il se concentre, les yeux plissés, sur les reflets ambrés de la chevelure, avant de rabaisser la main. Un frôlement, à peine contrôlé, qui fait baisser les yeux de Ktelar, sur sa propre main. Une sorte de surprise, à l’égard de lui-même. Il corrige, en une fréquence basse.  

« Je veux devenir plus fort que moi-même. »




_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Ich will... mit Ktelar Hürmann
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Ich will... mit Ktelar Hürmann
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: Rps en attente!-
Sauter vers: