AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs abandonnés
MessageSujet: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Dim 22 Jan - 17:07
Tel Melusine dans son bain


grande icone grande icone
Une soirée comme une autre à Poudlard. Une promenade dans les couloirs, tranquillement à déambuler entre les tableaux et les statues à la recherche d'élèves qui ne seraient pas encore dans leurs dortoirs. C'est après tout l'une de mes missions en tant que préfète que de faire cela, m'assurer que tout le monde respecte le couvre feu et ne traîne pas dans les couloirs à des heures indues. Mais ce soir, allez savoir pourquoi, je m'ennuie, je me sens seule.
Il faut dire que ces derniers temps je suis rarement seule, j'essaye toujours de rester accompagné par des amis ou des camarades de maison qui peuvent me maintenir vive et joyeuse, mais là je ne peux pas. C'est mon travail personnel et nous ne pouvons pas être plusieurs préfets à tourner dans les mêmes couloirs. Ce ne serait pas productif, chacun à ses propres secteurs. Le mien était celui des étages. Je surveillais plus simplement les dortoirs Gryffondor et Serdaigle ainsi que plusieurs salles de classes. D'autres avaient le rez de chaussée ou les sous sol. Bref, c'était un partage des taches comme on dit et c'était bien ainsi.
Tourner au coin d'un couloir. Les tableaux sont toujours animés et me salue, me souhaite la bonne nuit, car eux aussi ne vont pas tarder à s'endormir dans leur cadres dorés. Parfois j'ai envie de rester face à l'un d'eux et parler tout simplement. Les fantômes me font le même effet. Une source intarissable de connaissance et d'histoire, mais je dois me hâter car l'heure tourne et même les préfets ne peuvent être dans les couloirs après une certaine heure.
Je croise une jeune fille, elle semble perdu et viens vers moi. Le dortoir des Serdaigle, ça me fait sourire, mais je la conduis tranquillement jusqu'à celui ci, lui conseillant de prendre un plan du château, il y en a plusieurs qui aident à se repérer et peuvent même servir de GPS. Encore une chose que les sorciers ont pris aux non mages. Quoique...qui sais ?
La demoiselle reconduite à son dortoir et la fatigue, la tristesse et la lassitude me prenant, je décide de m'accorder un instant durant lequel je pourrais souffler, me délasser sans avoir à craindre ou à penser aux autres.
Tant pis pour ma ronde comme on dit. Alors je pars vers la salle de bain des préfets, qui à ma grande joie est vide. Personne n'a eu la même idée que moi, c'est bien heureux. Je fais donc couler un bain dans l'immense baignoire que j'agrémente de fleurs de rose, de bougies et toutes ces choses magnifique qui font qu'un bain est un bain. Je salue la sirène magnifique du vitrail puis après avoir attaché mes cheveux en une sorte de chignon haut, je me dénude, entrant doucement dans l'eau chaude, profitant des sels de bain formant comme des milliers de bulles de champagnes caressant et massant mon corps caché par la mousse. Je me délasse tout simplement, je respire, je tente de me vider la tête et finalement je pose ma tête contre un coin de la baignoire et m’assoupit quelque peu.

feat. Sarah & Albus
made by guerlain for bazzart
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Mar 24 Jan - 19:34


Oh merde !
With Sarah Rosenbach
Albus Severus Potter le préfet. Cela sonne bien non ? Je suis trop fier ? Ouais je sais. Mais dis, si toi, tu étais le fils d’un homme que tout le monde des sorciers respecte ou presque, que ton nom venait de deux grands sorciers pour qui ton père lui-même a énormément de respect, que tu es un fourchelang, don rare, je tiens à préciser, et qu’en plus de tout ça, je suis un surdouée en potion. Tout m’allait dans ma vie. Sauf une chose, de plus c’est une chose que je ne peux renier. Mon frère. James Sirius Potter. Enfin, mon frère pour ceux qui veulent se faciliter la vie, je ne le considère plus comme, le voir toute la journée avec Amanda, MA première petite amie, celle que j’ai osé aimer, ça me donne envie de vomir.

Jeune préfet irresponsable que je suis, je fais ma ronde, comme tous les préfets pendant un certain temps. J’avais très peu de chance de croiser Sarah, on était pas du tout dans le même secteur, remarquez, elle est préfète de la maison rivale de la mienne donc bon, ça paraissait logique. A la fin de mon tour, je n’avais que d’une chose, prendre une douche pour aller me coucher. Je pars donc vers les cachots, je m’y aventure et m’arrête devant un mur afin de prononcer le mot de passe de la maison Serpentard.

Je monte jusqu’à mon dortoir, je me dirige vers ma chambre et enfin, je regarde que tout le monde dort, sauf qu’il manquait deux personnes à l’appelle. Les deux salles de bains sont prises, génial… Je redescends et me dirige vers la salle de bain des préfets. Ils ne pouvaient pas se doucher plus tôt non ? Je marmonnais dans ma barbe inexistante en traversant Poudlard. Elle est bien cette école, mais il n’y a toujours pas assez de salle de bain pour le nombre d’élève dans l’enceinte de l’établissement. Je monte toujours en marmonnant, je ne capte pas que la salle de bain est allumée en dessous la porte, trop occupé à râler.

Je pousse la porte sans prendre attention que Sarah y était, et sans prendre attention que c’était déjà allumé. Eh oui, j’étais très fatigué, ça arrive à tout le monde hein. Je sursaute en entendant un cri, je me retourne et voit Sarah dans son bain, nue sous la mousse, sinon on dirait que le destin n’a pas assez d’humour, alors que je tenais mon haut pour l’enlever, je lâche mon haut et déglutis.

« Oh putain ! »

Euh, ça ce n’était pas prévu. Je me force à baisser les yeux et à me tourner dos à elle. Pourquoi je restais la pièce je suis complètement con ? Je m’efforce de ne pas regarder dans le miroir, ouais c’est pas cool. C’était super gênant.

« Ça ne t’arrive jamais de fermer la salle de bain à clé ?! N’importe qui pourrait entrer et… »

Je m’arrête là avant de dire des choses qui pourrait m’énerver d’avantage, cette situation me gênait et m’agaçait. La soirée allait être longue.


Code by Joy

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Lun 30 Jan - 17:36
Tel Melusine dans son bain


   grande icone  grande icone
 
La relaxation. Le bien être dans cette pièce, dans cette baignoire immense, de l'eau chaude qui détend mes muscles endoloris, des bulles légère qui me donne ce côté de douceur, des odeurs délicates de fleurs qui remplissent mes narines et me donne cette impression que je me baigne dans une source chaude au milieu des champs de lavande. Je pourrais rester des heures ici, à profiter simplement, à me vider l'esprit. J'aurais presque l'impression d'entendre bientôt ma mère, me dire de sortir de l'eau, que ma peau va être celle d'un vieux pruneaux. Je l'imagine me brosser doucement les cheveux en chantonnant. Les cents coups de brosse délicats, la chanson de cette princesse disney qui me fait sourire avec ses cheveux qui brille. De bon souvenirs. Et pourtant une larme qui coule au coin de mes yeux. Je l'essuie rapidement. Il ne faut pas pleurer sur ces beaux souvenirs. Il faut sourire.  Alors je tente. Je tente de sourire. Et soudain une voix qui me fait ouvrir les yeux. Albus. Je le remarque à peine que je pousse un cris. Un cris de peur et de surprise, serrant mes bras sur ma poitrine pour la cacher malgré la mousse qui doit déjà bien aider. Je le vois rougir, se retourner, mais sa gêne n'est rien comparé à la mienne. Rien comparé à cette idée que pour la première fois de ma vie, un garçon m'a vu nue et que ce n'est que parce que j'étais tellement fatiguée que j'en ai oublié de fermer la porte de cette salle de bain.

Bien sur il se détourne, me cris dessus, fermer la porte et je perd pieds quelques instants. Qu'est ce qui se passe ? Qu'est ce que c'est ? Je me ne comprend pas bien et il me faut un petit instant pour comprendre, capter, réagir.

« Je...je pensais l'avoir fait ! »

Je ne sais bien sur plus ou me mettre et je me trouve à chercher partout autour de moi quelque chose pour me cacher, mais mes vêtements sont loin, la serviette tout autant je n'ai rien pour cacher ma nudité et je ne sais pas quoi faire hormis...paniquer...

« Tu...tu peux sortir ?! Ou...me lancer une serviette ? Ou...J'en sais rien, mais me laisse pas nue comme ça merde ! »

Oui je m’énerve un peu, je deviens vulgaire, mais c'est un garçon. C'est pas lui qui devrais jouer la prude, c'est moi. Ce que je fais d'ailleurs, mais je prend un peu les dessus, tout de même, faut bien qu'il m'aide à me protéger quand même. Et puis...il fous quoi là ? Bon, c'est une bonne question en soit, mais la réponse est simple. Il veux prendre un bain. Sauf que là, je suis dans la place et il ne peux pas le faire donc comment ça se passe ? Comment on fait ? Il va me lancer cette putain de serviette ou pas ? Et pourquoi j'ai pas ma baguette pour l'attirer à moi ? Ah, oui, je prend un bain donc pas besoin. Normal, logique. Putain, mais il attend quoi là ?

« ALBUS ! Tu me lance une serviette ou t'attend de voir ma poitrine pour te bouger ?! »

feat. Sarah & Albus
made by guerlain for bazzart
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Mar 31 Jan - 7:37




















 ❝ Trahison, Disgrace❞
... les Potter sont nuisants depuis leur naissance ~




L’heure du couvre-feu était passée depuis bien longtemps mais je ne parvenais pas à trouver le sommeil malgré la fatigue. Je ne pensais qu’à elle et à ces moments que nous avions partagés à Londres. Elle avait réussi à s’immiscer sous ma carapace froide et à toucher mon cœur. J’avais promis que ça ne m’arriverait pas, que jamais je n’aurais en tête une fille, que jamais je ne tomberais dans leurs filets d’amour et de romantisme. Je n’étais pas un gars pour elle, je le savais. J’étais juste ce russe qui souhaitait terminer ses études à Poudlard pour le plaisir de sa mère et rentrer directement au bercail. Mais c’était avant de tomber sous le charme de Sarah. Sa fragilité et son authenticité m’avaient touché, ses malheurs m’avaient rendu compatissant, je me suis attaché à elle alors que je m’étais juré de ne pas me faire d’amis, ni de tomber amoureux. Mais Poudlard était bien différent de Dumstrang, je me suis fait quelques connaissances, que j’apprécie et que je considère comme mes amis. C’est étrange ce sentiment. J’avais oublié à quel point les autres étaient importants pour moi, même si je pense que je ne développerais pas de liens amicaux aussi forts que ceux que j’avais avec mes amis moldus. J’avais planifié toute mon année à Poudlard mais rien ne se passait comme prévu. Mais était-ce mal ? Je n’en savais trop rien.

Je savais que j’avais mes chances avec Sarah, elle m’envoyait de nombreux signes mais je n’ai jamais sauté le pas. Je ne pouvais pas me permettre de lui faire du mal, elle ne me connaissait pas. Pourtant à chaque fois que je la croisais j’avais envie de la prendre dans mes bras, de sécher ses larmes et de l’écouter. J’adorais sa voix, mais je ne pouvais pas être ce gars. Je ne suis pas capable d’aimer comme les autres mais ai-je vraiment essayé une fois dans ma vie ? La vraie raison c’est que j’ai trop peur de m’attacher aux gens, les perdre est une déception et crée une cicatrice qui se ne referme jamais. Et je ne voulais pas faire de mal à Sarah, et si elle voulait de moi, même si je meurs d’envie d’embrasser ses lèvres rouges, je lui dirais non. J’suis pas un mec pour elle, elle mérite un gars bien mieux que moi.

Dans les couloirs je prends garde à regarder si il n’y a pas un professeur dans les parages, j’ai pas envie d’avoir une heure de retenue. Je me perds dans les couloirs, je n’ai pas vraiment de but à part celui de me fatiguer. Soudain, j’entends quelqu’un crier. Je m’arrête net. Je suis sûr de ne pas avoir rêvé. Je suis au cinquième étage, d’où pouvait venir ce cri ? Je passe devant la salle de bain des préfets et je risque une entrée, lorsque j’entends des voix. Tant pis, j’entre. C’est ouvert, je me faufile dans la salle d’eau et ferme derrière moi. J’aperçois Albus, puis Sarah, nue dans l’eau.

Albus & Sarah.

Sarah & Albus.

Impossible. Je dois rêver. Je serre les poings. Je me sens si con d’avoir été dupé de la sorte. J’pourrais lui défoncer sa gueule au fils Potter et ne plus jamais adresser la parole à Sarah. Comment ai-je pu être aussi stupide ? Cela se passait sous mes yeux depuis des mois, j’aurais dû le comprendre ! De simples amis m’avait-elle dit, des mensonges ! Elle s’était jouée de moi et je détestais ça. J’avais envie de lui exploser la gueule sur le carrelage à se sale Serpentard de merde. Et elle ? Non, elle n’était pas innocente dans cette histoire. Je la pensais différente des autres, je lui avais fait confiance, je m’étais livré à elle et j’avais entendu ses peines. Sale pute. J’inspire profondément et m’avance en applaudissant :

« Trrrès beaau tablo, vrrraiment. »

Elle avait joué de ses charmes sur moi, dansant proche de mon corps lorsque nous dansions dans la salle sur demande, elle avait pénétré mon âme avec son regard de braise. Son innocence n’était qu’un putain de mensonge. Je n’en comprenais ni le but, ni le sens. Pourquoi m’avait-elle fait comprendre que je lui plaisais ? Pourquoi ? On ne joue pas avec les sentiments des gens, jamais je ne me serais permis de faire ça.

« Oh parddon, Je dérrrange ? »

Froid, dur. Je redevenais l’Aksel qui était à Dumstrang. Ma façade, ma protection. Je fusille du regard Albus, je n’octroie même pas un regard à Sarah. Elle me dégoûte. La haine est tellement présente dans mon esprit que j’ai presque envie de la noyer. Avec Albus, quelle romantique mort. Je détache mon regard d’Albus et pose mon regard haineux sur la rousse.

« Toa me dégouutes »

Il fallait que je parte, que j’aille vider mes sales idées sur autre chose, partir loin de cette salle de bain qui n’est autre que le terrain de jeu sexuels de ces deux amants que je déteste au plus haut point. Je devais partir, sinon j’allais entrer dans une colère que je ne connais pas, qui ne me ressemble pas.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Mar 31 Jan - 9:23

Eh oh, c'est un quiproquo !

Bonjour le quiproquo...
Sarah, Aksel, Albus.

Une situation très embarrassante. Pourquoi cette fichue porte n'était-elle pas fermée à clé, par Merlin. Je fermais les yeux fortement, luttant contre ma curiosité. Qui n'était pas curieux de voir une femme qu'on connait, nue, hein ? Mais là, je ne pouvais pas me le permettre, je me l'interdisais avant qu'elle le fasse, finalement. Je lui tournais le dos quand elle répond à ma question, que j'avais dis sur un ton d'énervement sans le vouloir.

« Je...je pensais l'avoir fait ! »

« Oui bah… Bah tu penses mal ! »

Je lui criais dessus mais quelques part c’était involontaire. J’aimais Sarah comme j’aimais Lily. Il n’y avait que trois Griffondors dans cette école qui étaient aptes à attirer mon attention. Lily, Rose et Sarah. Je ne suis pas un grand sentimental, et je ne suis pas du genre non plus à lancer des roses ou quoi aux gens, mais je dois dire que si il y a bien quelqu’un dans cette école qui n’est pas de ma famille direct et qui pourtant l’est tout autant, c’est bien Sarah, je ne parle pas de Scorpius bien sur, lui c’est encore plus différent je ne saurai l’expliquer. Toujours est-il que je me tenais là, dans cette fichue salle de bain, avec la frustration de ne pas pouvoir me laver et avec Sarah nue, je lui tournais le dos, et j’étais bien trop occupé à la respecter en luttant contre mes yeux curieux qu’à réfléchir pour lui donner une serviette.

« Tu...tu peux sortir ?! Ou...me lancer une serviette ? Ou...J'en sais rien, mais me laisse pas nue comme ça merde ! »

« Euh… »

Et en plus je me faisais engueuler. Rah. Je regarde rapidement autour de moi, évitant la baignoire du mieux que je pouvais. Elles sont où ces fichues serviettes ?! Je m’accroupis devant l’évier et ouvre le placard en dessous. Merde, vide. Je tourne le visage à ma droite et ouvre l’armoire. Ah voilà. Elles sont là.

« ALBUS ! Tu me lance une serviette ou t'attend de voir ma poitrine pour te bouger ?! »

« Deux secondes ! Par Merlin, tu crois que j’ai combien de bras ?! »

J’attrape une serviette quand j’entends une voix avec un accent à vous faire mal aux oreilles. Je l’aurai reconnu entre dix milles d’ailleurs. Aksel. Me foutre dans la merde va devenir une passion chez moi, putain… Je ne pouvais pas, comme tout le monde attendre qu’une des salles de bain chez Serpentard se libère, non…

« Trrrès beaau tablo, vrrraiment. »

Je sursaute et tourne la tête vers Aksel me prenant la porte de l’armoire qui se refermait sur moi. Putain, mais soirée de merde. Je le regarde un peu... enfin beaucoup gêné, et sinon, il pouvait y avoir toute l’école qui se ramène dans cette fichue salle de bain, nous ne dirons rien. Je marche sur le coté, en évitant de regarder Sarah lui tendant une serviette, je fais un pas sur le coté inverse duquel je marchais il y a quelques secondes, je fixais Aksel afin d’éviter de lancer un regard à la rousse. On ne  pas dire que je ne la respectais pas, putain… En tout cas, le regard d’Aksel ne me plait pas forcément.

« Oh parddon, Je dérrrange ? »

Attendez, temps mort, stop, alt, Il va nous faire une crise de jalousie, ou .. ? Bon d’accord, ça peut porter à confusion, mais… Je fronce les sourcils, toujours en le fixant, j’avoue de pas savoir si je dois ouvrir ma gueule ou la laisser fermer pour l’instant.  Je suis toujours clair avec moi-même, et jamais ô grand jamais, il ne se passera quoique ce soit avec Sarah. Evidemment, l’autre, faut qu’il ramène son cul de russe, ici, lors d’un malentendu. J’adore la coïncidence. Il se tourne vers Sarah alors que je ne dis toujours rien. Pour une fois, je ferme ma gueule voulant pas tellement aggraver mon cas.

« Toa me dégouutes »

Okay, là tant pis, si je dois me faire casser la gueule tant pis. J’avance d’un pas, avant qu’il parte, levant ma main à hauteur d’épaule, comme pour essayer de le calmer. C’est bizarre c’est instinct qu’il y a en moi, je fonçais sans réfléchir pour le coup, on a qu’à dire que c’est mon instinct de grand frère que j’ai développé avec Lily, qui s’active pour Sarah… Je prends un air moins sérieux, du moins j’essaie, l’histoire de détendre l’atmosphère.

« Eh oh ! Tu te calmes. Elle n’a rien fait. »

Je lance un regard plein de reproche en coin à Sarah, elle était sortie de l’eau et avait la serviette autour d’elle, pas trop tôt… J’hésite à en rajouter.

« C’est un quiproquos. »

Je ne savais même pas s’il savait ce que signifiait quiproquos mais j’avoue avoir eu envie de le préciser. Je me sentais gêner, jamais je m’étais senti aussi gêner, c’est peut être ça aussi qui fait que mon comportement est bizarre d’un coup. Je  savais que si j’avais trouvé Amanda, par exemple, dans cette salle de bain, ça n’aurait pas été pareil, j’aurai fait exprès de la faire enrager, de lui manquer de respect, ou je ne sais quoi d’autre, mais là c’était super différent, et un abruti venait enfoncer le malentendu en prime.



_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Jeu 2 Fév - 7:42
Tel Melusine dans son bain


   grande icone  grande icone
 
C'est quoi de tout ça ? D'ou peut venir toute cette dramaturgie qui viens à me tomber dessus en quelques minutes ou plutot secondes à peine ?! On ne peut pas prendre de bain en paix ?! Bon je l'avoue, j'ai té tres bête de ne pas fermer la porte à clé, j'aurai du vérifier, meme si je pensais l'avoir fermé qu'elle l'était bel et bien. Mais ce qui me perturbe le plus, c'est le temps que met Albus à m'envoyer quelque chose pour me couvrir. Qu'il ne soit pas simplement sorti de la pièce pour me laisser sortir de l'immense baignoire creusé à même le sol pour me couvrir, mais non, il est là, comme un idiot à m'engueuler car je n'ai pas fermé la porte, à se la jouer grand prude gêné alors que je suis clairement la plus gênée des deux dans ces pièce.

Je m'énerve donc un peu, je veux une serviette, ma baguette, quelque chose, mais rien ne viens. Pourquoi ? Parce qu'il cherche... IL CHERCHE ?! Mais il a pas vu la serviette prêt de mes vêtements ? Il pense que je ne prépare pas les choses ou quoi ? Je le regarde un instant complètement idiote, me demandant si il est bête ou si c'est la gêne qui atteint ses neurones et son cerveau. Je m'apprete donc à lui hurler qu'il y en a une à coté de lui quand une autre voix se fait entendre avec un accent roulant, chantant, absolument magnifique qui n'est autre que celui d'Aksel. Mon dieu, il ne manquait plus que lui...je tente de me cacher un peu plus alors que la serviette arrive enfin et que je m'enroule dedans à même l'eau, tant pis si elle est trempée, je dois cacher ma nudité quoiqu'il arrive mais les mots d'Aksel me blesse. Profondément, durement. Je le dégoute...il est jaloux ? J'ai l'impression d'entendre de la jalousie dans sa voix, mais je ne comprend pas en quoi il serai jaloux, je suis prise sur le fait à me baigner, je suis gênée au possible, il doit bien voir que ce n'est pas voulu non ?

Mais non, il est idiot, c'est un garçon apres tout, je m'attendais à quoi ? Mais ce coté dégout...non, ça me frappe de plein fouet, c'est de la méchanceté simplement et ça fait monter les larmes à mes yeux...Des larmes qui commencent à couler un peu alors que je sors de l'eau et qu'Albus tente de lui expliquer que c'est un quiproquo, mais qu'importe, le mal est fait, la tristesse m'enserre le cœur tout autant que la colère, la déception, la gêne et j'explose, j'explose dans une colère rare chez moi m'avançant vers les deux garçons, les joues sillonaient de larme, mais le regard colérique, le visage rouge et la main qui tiens fermement la serviette qui me cache.

« VOUS ALLEZ VOUS TAIRE TOUS LES DEUX ! »

J'hurle un grand coup, soufflant, leur jetant un regard pour le moins explicite passant de l'un à l'autre. A commencer par Albus

« Toi ! Plutôt que de jouer les benêt idiot qui fait le gêné tu pouvais SORTIR DE CETTE PUTAIN DE SALLE DE BAIN ! Tu te rend compte de la gêne ? Tu te rend compte de la honte ? Aucun garçon ne m'avais jamais vu aussi peu vêtue ! »

Je me tourne ensuite vers Aksel, lui lançant le même regard.

« Quant à toi...Si je te dégoute autant tu peux dégager ! Mais je vois pas ce qu'il y a de dégoutant à oublier de ferme une porte parce qu'on à eu une journée difficile ! Parce que j'avais besoin d'un bain pour me détendre alors que c'est l'anniversaire de ma mère et que j'ai été surprise tel mélusine dans son bain ! »

Sur ce j'attrape ma baguette et d'un petit sortilège bien senti les envoie valser dans le couloir, avant de fermer la porte à clé, me séchant rapidement avant de me rhabiller en quelques minutes à peine avant de sortir furibonde !

« Merci d'avoir rendu cette journée pourrie encore plus pourrie ! Et vous vous dites des mecs...apprenez la galenterie merde ! »

Et voilà que je m'éloigne un peu comme une diva colérique me remettant à pleurer, me demandant si ils comprendraient ou non. Si ils me rattraperaient ou non.

feat. Sarah & Albus
made by guerlain for bazzart
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Dim 5 Fév - 17:12




















 ❝ Trahison, Disgrace❞
... les Potter sont nuisants depuis leur naissance ~




J’avais l’impression de dégringoler de cinq étages : chute libre. Elle et Albus… J’avais eu une confiance aveugle en leur amitié, j’suis qu’un imbécile. Je savais que l’amour rendais aveugle, mère me l’avait toujours dit, mais je pensais qu’elle exagérait. Comment pouvait-on être si omnibulé par une personne ? Et le pire dans tout ça, c’est quand vous devez vivre avec l’idée que vous ne serez jamais réunis, jamais. Mais cette jalousie naissante ne me ressemblais pas, je ne devrais pas réagir ainsi. C’était plus fort que moi, et puis c’était Albus. C’était pire que tout. Un autre garçon avec elle m’aurait sans doute paru moins déplacé.

« Eh oh ! Tu te calmes. Elle n’a rien fait. »


Ok, j’avoue, j’y suis sans doute allé un peu fort avec la belle Sarah, mais j’ai la haine. Je me sens trahi, profondément trahi. Je ne peux pas m’empêcher de lancer un regard noir à Albus, monsieur venait-il au secours de sa dulcinée ? Je sens ma colère monter, trop vite sans doute. Je lui réponds de la fermer du tact au tact. Il n’a rien à me dire. Rien. Pour qui se prenait-il ? S’il croyait qu’il pouvait se permettre de me parler de la sorte, il se fourrait bien le doigt dans l’œil. J’avais tellement envie de le jeter à l’eau mais Sarah était toujours pas loin.

« C’est un quiproquos. »

Dans un élan de rage, je le prends par le col et le plaque contre un mur. De quoi avait-il osé me traiter ? Je l’empoigne violement, lui pinçant sans doute la peau au passage. J’ai envie de l’exploser sur place. Toute cette violence ne me ressemblait pas. Promettez-moi de ne jamais tomber amoureux. Cela vous rend complètement barjo. Je serre les dents et enfonce mon regard glacial dans les yeux d’Albus :

« De quuoua toa m’a traité ?! »

Je le lève un peu du sol, je pense même que ses pieds ne touchent plus par terre. Je ne sais pas d’où vient cette force, c’est assez inattendu. L’adrénaline mêlée à la haine sans doute. JE ne regarde même plus Sarah, je transperce Albus du regard. Soudain, je me reconnecte à la réalité quand Sarah se met à gueuler de nous arrêter. Mes poings serrent toujours les vêtements d’Albus mais mon regard, étonné, se pose sur Sarah : elle n’avait pas l’air contente du tout. Me serais-je trompé ? Elle se met à hurler sur Albus, je ne comprends rien de ce qu’elle raconte. Pourtant je comprends dans son intonation qu’elle lui reproche quelque chose. N’était-il pas invité dans la salle de bains ? Et puis, c’est mon tour, je me fais incendier, je me concentre pour comprendre ce qu’elle me dit, mais elle parle trop vite, je ne perçois que des bribes de phrases.

Fermer une porte. Journée difficile. Anniversaire de sa mère. Mélusine.

Qui était  Mélusine ? Je ne comprends rien. J’ouvre la bouche afin de pouvoir répliquer mais je suis brusquement envoyé hors de la pièce avec Albus (qui m’a glissé des doigts du coup) à l’aide d’un sortilège lancé par Sarah. Merci mais j’aurais pu trouver la sortie tout seul. Mon corps ricoche contre le mur en pierre du couloir, la violence de ce sort était impressionnante. Mon corps retombe mollement sur le sol, j’étouffe un gémissement de douleur. Je me sens un peu sonné mais je parviens à m’assoir et m’appuie contre le mur. Je tente de remettre mes idées en place tout en ignorant Albus. Sarah sort de la salle de bain avant que je puisse tenter de comprendre tout ce qu’il se passe. Tout se passe beaucoup trop vite.

« Merci d'avoir rendu cette journée pourrie encore plus pourrie ! Et vous vous dites des mecs...apprenez la galenterie merde ! »


Je n’ai toujours rien compris à ce qu’elle vient de dire. Je comprends juste qu’elle est fâchée. Très fâchée. Et puis soudain, ça me reviens. Elle m’en avait parlé le jour de notre sortie à Londres. Les pièces du Puzzles se mettent à s’imbriquer : c’est l’anniversaire de feu sa mère aujourd’hui. Putain, je suis con. Putain, je suis clairement con. Je la regarde partir, sans savoir quoi faire. Si vous saviez comme je m’en veux. Qu’est-ce que je peux être stupide. Elle avait besoin de quelqu’un.

« Toa, tu bouges pas de là, glupyy » dis-je à Albus sans le regarder.

Je m’élance à la poursuite de Sarah, j’ai tellement envie de me faire pardonner. Putain, je vous jure, j’ai envie de me jeter par la fenêtre. Je la rattrape rapidement, j’attrape sa main et la force à s’arrêter. Des larmes abondantes roulent sur son visage. Elle reste néanmoins jolie. Une boule se forme dans mon estomac, mon cœur se serre. J’ai réussi à faire de la peine à la plus gentille fille parfaite du monde. En fait, le crétin c’était pas Albus mais bien moi.

« Sarrrah, Pardoune-moa. Moa avoiirr pas compris. Moa penser que toa et Albous … » Je n’arrive pas à terminer ma phrase, cette idée m’arrache la gorge. Les imaginer ensemble me dégoûte. « Toa pas dégouter moa, toa plus belle fille du monde, pardoun. Pardoun ! » Je ne sais pas pourquoi j’ai dit ça, c’est sorti tout seul. Je suis tellement ravagé par le mal que je lui et fait et mon incompétence que je ne sais plus ce que je dois dire ou pas.  Je la serre contre moi, très fort. Je ne me contrôle plus, j’ai tellement envie de revenir en arrière, je veux effacer cette tristesse sur son visage, effacer mon imbécilité et mes mots durs envers elle. Je l’éloigne de moi et essuie ses larmes.

« Moa être idiot, pas penser à ce jour important pour toa. Désoulé, proufondément désoulé. »Ses yeux brillent à cause des perles qui naissent au fond de ses yeux.  Je sais pas quoi faire pour me faire pardonner, je ne sais pas ! Je suis perdu. Perdu !

Et puis, je pose mes lèvres sur les siennes et je l’embrasse.

Tout m’échappe, je ne maîtrise plus rien. Je m’étais juré tellement de choses, tout s’écroule. J’ai craqué, je suis faible, je ne me contrôle plus. Je ne sais plus qui je suis.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Lun 6 Fév - 21:41

Tu vas le regretter.

Quel con !
Sarah, Aksel, Albus.

Eh voilà, à vouloir faire le gars bien, je me retrouve encore contre un mur, les pieds au dessus du sol. Je grimace à cause de mes bleus dans mon dos que James m’a provoqué. Il me pince au passage, de quoi grimacer d’avantage. Finalement, Aksel, « l’Autre », « l’Autre », Aksel, pas tellement de différence, à part la maison je dirai. Tous les deux étaient aussi stupide. Je ne l’avais pas insulté, s’il ne comprend pas notre langue, ce n’est pas ma faute, putain ! Et… euh… attend, Aksel est en train de me défoncer, et tout ce qu’elle trouve à faire c’est de m’engueuler ?! Je rêve là ?! Je ne l’écoute pas vraiment d’ailleurs, bien trop occupé à essayer de repousser Aksel. C’est qu’il avait de la force cet imbécile.

Rapidement, nous volons tous les deux hors de la salle de bain. Aksel m’avait lâché et ma tête cogne fort contre le mur du couloir. Je reste sonné pendant quelques minutes. J’avais la tête qui tournait, mon dos qui me faisait mal. Ce n’était pas mon jour. Bien que cette journée ait plutôt bien commencé, je dois avouer que se faire coller au mur et frapper par son imbécile de frère et que ça recommence par cet imbécile de Russe… Il avait voulu m’aider à me venger de mon frère, il ferait mieux de devenir pote avec lui, ils s’entendraient très bien, avec leur débilité profonde.

Sarah finit par sortir de la salle de bain. Ma tête me faisait mal, et le fait qu’elle continue de m’engueuler, ne m’aide pas. La puissance de son sort, avait surement reflété sa colère et sa gêne, mais y étais-je pour quelques choses ? J’étais fatigué, j’avais mal partout, je voulais juste me détendre et me calmer de ma journée épouvantable. Sarah n’est pas la seule à avoir des sales journées. Je grimace quand Aksel m’ordonne de rester ou je suis. M’ordonne. Il m’ordonne. Vous ne voyez pas un problème ? Depuis quand, un misérable Serdaigle, ordonne quelques choses à un Serpentard ? Je tente de me relever, en me secouant la tête. Je reprenais mes esprits. Je tenais en équilibre sur mes deux pieds, c’était déjà pas mal.

J’étais énervé. J’avais passé une sale journée, je me faisais engueuler. Et frapper, pour la deuxième fois de la journée. J’arrive dans le dos du Serdaigle. Tu vas voir si tu vas m’ordonner quelques choses. Il était en train d’embrasser Sarah, mais alors là, je m’en foutais. En fait, premièrement, elle était déjà en colère contre moi. Alors, au point où j’en étais... Deuxièmement, je ne voyais pas bien ce qu’il faisait, ma tête assommée s’était imaginé qu’il allait s’en prendre à elle comme il venait de s’en prendre à moi. Je le chope par son pull bleu et marron et le tire en arrière le lançant au sol. Sortant ma baguette rapidement. Je la pointais vers lui, la dernière fois que je me tenais face à une personne de cette manière, c’était il y a bientôt un an, j’allais utiliser l’avada kedavra sur James juste au moment ou mon père est arrivé. J’en aurais été capable, là, maintenant. Mais c’était peut être une solution extrême. Je me contente de dire autre chose. Un sort que j’aimais particulièrement utilisé quand on me faisait chier, il était extremement plus sage.

« Levicorpus !  »

Je souriais sadiquement alors qu’il était suspendu dans les airs par la cheville gauche j’abaisse ma baguette, le regardant en souriant toujours. La roue tourne mon petit. J’hésitais à le libérer de ce sort. Je connaissais le sort qui annuler Levicorpus. Je suppose que Sarah aussi, mais je me contente de garder ma baguette à la main et de le regarder ainsi, je fis craquer mon cou, avant de me tourner vers Sarah.

« Ca va ? Il ne t’a rien fait ? »


_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Mer 8 Fév - 16:29
Tel Melusine dans son bain


   grande icone  grande icone
 
J'en ai assez des garçons. C'est con, c'est stupide, ça pense tout savoir alors que ça ne comprend rien. Et on dit que c'est les femmes le sexe faible ? Non mais tu te fous de ma gueule oui ?! Bon j'avoue me sentir un peu mal pour Albus, j'avais envie de lui demander si ça allait, car j'y suis aller un peu fort sur mon sort pour les mettre hors de la salle de bain, mais la colère m'en a empéché, la douleur et la tristesse, la frustration et bien sur les mots d'Aksel qui m'avaient blessé plus qu'ils n'auraient dû.
Alors je suis là, comme une diva à m'enfuir après avoir gueulé ce que je pouvais, me retenant d'user de mon pouvoir de prefete pour leur retirer des points à chacun pour leur connerie congénitale. J'ai envie de retourner à mon dortoir, de me mettre sous la couette pour pleurer et attendre que cette journée sans fin...trouve une finalité. Mais voilà, les garçons n'ont pas la même idée de la chose.
J'entends les pas au rythme rapide derrière moi, je sens la chaleur d'une main saisissant la mienne, me forçant à me retourner, dévoilant mon visage couvert de larmes, mes yeux rougis. Je suis en piteux état et je détourne le regard, je ne veux pas qu'il me vois ainsi, qu'il vois une pauvre fille au visage défait. Mais voilà, c'est mon honneur qui a été bafoué. Ma droiture qui a été mise en doute, et en plus de tout cela ma mère n'est pas là pour parler garçons avec moi...
Mais le ton a changé, le regard d'Aksel également et il me demande pardon. Pardon de ne pas avoir compris, d'être un imbécile, un putain de russe qui comprend rien sur rien et me fait des scènes de pseudo jalousie ou je comprend rien. Pourquoi cette jalousie ? Pourquoi ces mots si dur ? Et pourquoi ce changement total ? On passe du froid au chaud. Du dégoût à la beauté. Il me sacrerais presque miss monde. Mais pourquoi ces mots ? Pourquoi ces compliments ? Qu'est ce qu'il se passe, il essaye de me tester ? De se faire pardonner sans trouver les bon mots car il ne les connaît pas ?

J'ai envie de lui dire que ce n'est pas si grave, que j'ai surtout les nerfs à fleur de peau, mais ses bras m'enlace déjà, me serre contre son torse me laissant m'enivrer de son odeur, de sa chaleur et je reste contre lui, je profite de ce moment de réconfort, de calme. Ça me fait du bien, ça m'aide et quand il m'éloigne doucement de lui pour sécher mes larmes de ses doigts, j'ai envie de lui faire un petit sourire. De m'excuser auprès de lui et d'Albus, mais voilà, il se passe un truc incroyable. Un truc que je n'aurai jamais pensé vivre ainsi, car il releve mon visage et sans que je ne comprenne ses lèvres se posent sur les miennes, mon premier baiser, mon tout premier baiser. Et je ne sais pas si je veux le repousser ou profiter, car plus ses lèvres restent contre les miennes, chaude, douce, délicieuses, plus je sens ces milliers de chrysalide craquer au creux de ventre pour laisser une armée de papillons voleté, une sensation étrange, nouvelle, inédite pour moi.

J'aurai envie de prolonger la chose, mais voilà. Aksel m'est arraché par un Albus en rage qui lui lance un sort le pendant par le pied au dessus du sol. Et voilà que je reste comme une idiote, les joues rouges, le regard brillant, les lèvres encore légèrement entrouvertes. Je reste vraiment idiote à observer successivement Albus et Aksel, à vouloir dire quelque chose, sauf que voilà, dans cette position le haut d'Aksel glisse dévoilant son ventre et une partie de son poitrail, la peau magnifique, les muscles fins et je rougis de pus belle, observant encore comme la dernière des idiote pendant quelques secondes avant de savoir bouger, parler et regarder Albus avec plus de sérieux.

« Albus...laisse le, il...il a rien fait de mal...je... »

Je l'observe un peu posant une main sur son épaule, cherchant à le rassurer.

«Repose le. Je suis désolée j'ai un peu pété les plombs mais...je suis désolée... »

Finalement j'observe Aksel, gênée, essayant de me concentrer sur ses yeux plutot que son torse à demi dévoilé

« Avant de...prendre le tout premier baiser d'une jeune fille...ce serait bien de demander... »

Je souri un instant malgré tout, tres furtivement avant de reprendre mon air idiot.

« Mais...j'ai pas compris...pourquoi tu...as fait ça ? »

feat. Sarah & Albus
made by guerlain for bazzart
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Ven 21 Avr - 12:46




















 ❝ Trahison, Disgrace❞
... les Potter sont nuisants depuis leur naissance ~




Le goût de ses lèvres est délicieux. Je m’enivre de son odeur, je résiste à l’envie de glisser ma main dans ses cheveux. Je repense à toutes ces personnes à qui j’ai un jour volé un baiser et aucun n’avait un tel goût, un tel pouvoir d’attraction. Je veux être penché sur ses lèvres éternellement, faire de cette fille la mienne, pour un long moment encore. Notre instant d’abandon m’est arraché avec violence par Albus qui me propulse dans les airs. Pendu par les pieds, j’ai l’air d’un con. Mon t-shirt, glisse et me cache la vue. Je gigote comme un sot pour essayer de le maintenir en place. J’entends Sarah qui se justifie auprès de cet idiot de Serpentard. Comment pouvait-il être son ami ? J’ai envie de lui dévisser la tête, de lui faire manger le sol. Ce type arrive à m’énerver et à m’offrir des pensées d’une rare violence que je ne connaissais pas. Il me fait penser à ces types de Dumstrang, ceux qui me martyrisaient sans cesse, me prenaient pour un imbécile et me dictaient ma conduite. Albus fait ressurgir en moi des souvenirs douloureux, je pourrais le tuer pour ça. Je tente de ravaler ma colère mais elle est plus forte que ma raison. Depuis quand perdais-je le contrôle de mes émotions ? Sans doute dès l’instant où Sarah est entrée dans ma vie. Je devais me contrôler. Je dois me contrôler. Je ne peux pas me laisser dicter par mes sentiments, ma raison doit me guider, comme elle l’a toujours fait.

« Albous va pas me descendrrre, Bien trrrop peur avoiirr reprrrésailles. »

Je ricane. Même de ce point de vue il est détestable, elle par contre, est toujours aussi belle. Je glisse ma main dans ma poche, suppliant le ciel de ne pas encore avoir perdu ma baguette comme d’habitude. Elle est à sa place, soulagement. J’enserre mes doigts sur le morceau de bois tel un aigle qui pose ses serres sur sa proie. Je suis prêt à dégainer lorsque Sarah me déstabilise avec son interrogation surprise. Pourquoi j’ai fait ça ? Je ne le sais pas moi-même. Lui révéler qu’elle me plait serait contre ma nature. Je me suis juré que jamais je ne m’attacherais  à qui que ce soit dans ce château. La belle avait contrecarré mes plans. Elle m’annonce aussi que c’était son premier baiser, je souris, fier. Bon d’accord, peut-être que le moment n’était pas très bien choisi mais la folie de l’instant reste un des plus beaux moments, elle s’en rendra compte plus tard. Guidé par mes émotions, j’avais fait confiance à mon cœur plutôt qu’à ma raison et nous nous retrouvions tous les deux chamboulés avec ça. Et Albus aussi, mais lui on s’en moque. Ce qui compte, c’est elle et moi, moi et elle. J’ai envie que ce misérable gnou disparaisse de ma vue, de notre vue. Je pourrais lui expliquer mes raisons, lui faire confiance, laisser mon cœur guider mes mots mais avec lui dans les parages, hors de question.

« Pourrr dirrr parrrdon à toa. »

C’était une vraie raison mais pas la seule. Elle devrait se contenter juste de cette révélation pour l’instant. Je commence à avoir mal à la tête dans cette position, je sens le sang s’agglutiner dans ma tête. Il fallait que j’agisse pour me sortir de ce pétrin puisqu’Albus n’allait sans doute pas me faire descendre. Il a trop de fierté le petit. Ressentait-il de la jalousie ? Cette pensée me fait sourire. Je me mords la joue intérieure et prépare mon attaque :

« Expéliarmus ! » lançais-je en direction d’Albus. Le Serpentard n’ayant plus le contrôle de ma position, je tombe lourdement par terre. Je tente de me réceptionner mais mon poignet craque sous mon poids, je hurle de douleur. Le craquement désagréable que j’ai entendu me pousse à croire qu’il s’est cassé. Je me relève et avale la douleur. La haine dans mon regard tente de pulvériser Albus sur place, mais c’est impossible. S’il ne bougeait pas, j’allais le réduire en miettes.

« Tu devrrais partir. »

Dis-je en serrant les poings et les dents. Sarah n’est plus dans mon champs de vision, il ne reste qu’Abus et moi dans l’arène. Ma tête tourne un peu, mais cela ne m’empêchera pas de lui refaire le portrait si il s’entête à rester.




© Code de Phoenix O'Connell pour Never-Utopia
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Sam 29 Avr - 17:25
   
Ca va se boxer !
PROVOCATION !
Je lève les yeux au ciel. Sarah croyait encore au prince charmant. C’était d’un ennuie. Mais bon, après tout, Sarah signifie princesse en hébreux, alors peut-être qu’un prince l’attend quelques part. Mais ce n’est certainement cet abruti. Il a tout du crétin ambulant sérieusement… Alors que Sarah me demande de le reposer, je m’octroi un droit de réflexion. Il me semble que c’est justifié. Cependant, après qu’il ait répondu de manière niaisement à la question de la rousse, il me désarme. Je suis du regard ma baguette avant de regarder la masse musculaire qui était du coup tomber sur le sol. Dîtes-moi, les serdaigles ne sont pas sensés être un minimum intelligent ? Non, mais je ne sais pas, j’allais finir par le lâcher quand même, je n’allais pas l’emmener dans ma chambre, je ne suis pas con. Mais, lui, il a préféré chuter et réveiller tout Poudlard.

« Ferme ta gueule, tu vas réveiller tout le monde, imbécile ! »

Il s’est fait mal ? Mais je n’en ai littéralement rien à foutre. Je vous assure, ce crétin à que ce qu’il mérite. D’ailleurs, je ne peux m’empêcher de lâcher un léger rire comprenant que son poignet est cassé. Je fais deux ou trois pas en arrière pour récupérer ma baguette et me redresse, jetant un regard à Sarah. La menace du russe me fait sourire. Mais pas un sourire d’amusement, c’est le genre de sourire que je ne sais pas faire, mais plutôt sadique.

« En fait, non. Pour le coup, c’est toi qui devrais partir dans ta maison de rat de bibliothèque. Tu n’es ni préfet, ni prof, par conséquent, tu n’as rien à faire dans les couloirs, Nordgaar. Passe à l’infirmerie quand même avant. »

Je fourre mes mains dans mes poches et lance un regard à la salle de bain préfet, n’empêche j’ai toujours pas pris ma douche avec leur connerie là. Je sors mon portable rapidement pour voir l’heure, et hoche la tête. Pas que je faisais l’arrogant, mais j’aimais me sentir au dessus des abrutis. Abrutis avec un grand A, concernant Aksel en prime. Il me sort par les yeux ce type, vraiment.

« D’ailleurs, si tu pensais que j’allais obéir à un serdaigle, tu t’es fourré le doigt dans le cul, mec. »

J’hausse les épaules, bon pour le coup, je cherchais la merde, je le savais, mais est-ce qu’il oserait me frapper devant Sarah ? Est-ce qu’il oserait me frapper à cette heure ci alors qu’il devrait être dans sa salle commune, au risque de faire perdre des points à Serdaigle ? Est-ce qu’il oserait me jeter un quelconque sort toujours devant Sarah ? J’y comptais bien, pour tout vous dire, je n’avais pas peur de lui, certainement pas.

codage par rhum antique de Never-Utopia

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus] Lun 1 Mai - 17:42
Tel Melusine dans son bain


   grande icone  grande icone
 
Je ne comprends plus rien. C'est quoi de ce combat de coqs entre ces deux garçons ? Deux amis à moi. Certes, la situation était quelque peu perturbante, effrayante, stressante, mais je ne peux au final m'en prendre qu'à moi-même. La stupide fille qui n'a pas fermé la porte de la salle de bains des préfets et qui se retrouve maintenant au centre de l'attention et de ce combat... Pour quoi ? Savoir qui à la plus grosse bite ? Qui a le plus d'influence sur moi ? J'oscille encore et encore entre la colère, la stupéfaction et bien sûr, la fragilité. Je n'ai pas compris le baiser d'Aksel, je n'ai pas compris pourquoi le tout premier baiser de ma vie à du être offert à ce garçon alors que je voulais le garder pour un moment spéciale, pour un garçon spéciale, non que je ne veuille l'offrir à Aksel, mais je pensais l'offrir à celui que j'épouserais. Oui, je suis dans l'idée d'une princesse, une princesse éternelle qui rêve de licornes et de papillons bleus, d'amour rencontré à l'école qui se poursuivra jusqu'à la tombe, avec en plus de cela des tonnes de bébé sorcier... Oui, c'est amusant de se penser une mère sorcière maintenant, alors qu'il y a peu, je me voyais simplement comme une mère banale. Mais les espoirs et les rêves ne cessent d'évoluer n'est-ce pas ? Pourtant voilà situation actuelle, Aksel est suspendu, la tête en bas par un sortilège d'Albus qui semble fanfaronner. J'ai beau lui demander gentiment de le relâcher, je connais assez le caractère d'Albus pour savoir qu'il ne le fera pas s'il n'en a pas envie et comment je vais faire pour qu'Aksel retourne sur ses pieds ? Trop de problèmes et ces deux paons qui se lancent des piques encore et encore. J'ai envie de crier, de les gifler, d'imposer mon caractère, mais voilà, je n'ai pas le temps. Pas le temps de dire quoi que ce soit, car Aksel lance un expelliarmus et se retrouve au sol avec un craquement des plus affreux qui me fait me raidir d'un coup, d'un seul. Bien sûr Albus semble amusé, comme si ce bruit était une revanche, mais pour moi, c'était juste affreux. J'avais encore des idées de moldus, avec les plâtres et autres, pourtant un simple sort et l'os serait ressoudé. Je laisse donc Aksel se relever doucement avant de me précipiter vers lui, lui attraper le bras avec douceur observant le poignet cassé avec intérêt.

"Il allait te laisser partir, tu n'aurais pas du... Tu es blessé à cause de moi..."

Et voilà, instant féminin, sentiments, bêtise et je me met à pleurnicher légèrement, renifler quelque peu et je jette un regard à Albus, un regard désabusé, plein d'incompréhension et de tristesse.

"Pourquoi vous avez besoin de vous battre comme ça ?! Vous êtes tous les deux mes amis et je suis assez grande pour me défendre seul, sans avoir besoin que vous jouiez les princes, l'un et l'autre !"

Voilà, coup de colère, léger, mais qu'importe. Je dois amener Aksel à l'infirmerie et il me suivra, qu'il le veuille ou non...

"Albus... T'en as assez fait pour ce soir, va te doucher... Et toi, grand nigaud de Russe, tu me suis jusqu'à l'infirmerie où je te lance un sort qui t'obligera à me suivre ! Compris ?!"

feat. Sarah & Albus
made by guerlain for bazzart
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus]
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
J'ai la peau douce dans mon bain de mousse [pv Albus]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Qu'est-ce qu'on est bien dans son bain... [Zacharie/Rey] Défi [Salle de Bain des Préfets]
» Un bain de soleil [Libre] {Hentaï} [Terminé ]
» Un bain chaud, très chaud [ PV: Yuki Caheshi - Hentaï ]
» Deux nains, deux humains, une hobbit et une change-peau sont dans un bateau ...
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs abandonnés-
Sauter vers: