AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

[FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives rps :: Rps transférés
MessageSujet: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Dim 15 Jan - 19:49


[FlashBack] Une trahison familiale...
With Harry J. Potter
C’est les vacances et je suis chez mes parents avec mon frère et ma sœur. Enfin, là c’était particulier, car ma sœur était chez tante Hermione et oncle Ron, maman travaillait et papa aussi. En gros, j’étais seul à la maison avec James et Amanda. Amanda c’est ma petite amie, je suis complètement fou d’elle, ça fait 6 mois qu’on est ensemble et j’avoue que je suis le plus heureux avec elle. Elle a été ma première fois sexuellement parlant. Je l’aime tellement que je mets Scorpius de coté, je m’en rends compte, je sais que quand on se dispute c’est lui qui a raison, mais je l’aime, c’est comme ça.

Hier soir, j’avais demandé à Papa de l’argent pour que j’aille acheter le petit déjeuner à la boulangerie la plus proche, j’étais content parce qu’il avait accepté. Mon père, c’est le meilleur, c’est mon héro, et je ne sais pas ce qui pourrait changer ma vision que j’ai de lui, probablement rien.  Je le respectais pour ce qu’il a accompli, et surtout, je l’aime, j’aime mon père et contrairement à d’autre je n’ai pas peur de le dire. Ce matin, je me lève tôt j’espérais que quand je reviendrai, Amanda dormirait encore, c’était une surprise.

Je m’habille en vitesse, me coiffe en vitesse, je prends également soin de refermer ma porte de chambre derrière moi et je sors de la maison. J’avais 15 minutes de marche. Ca va, mais le problème c’était l’attente à la boulangerie, j’ai attendu 10 minutes. Le trajet plus l’attente, je me suis absenté 40 minutes, seulement 40 minutes, retenez, c’est 40 minutes d’absence qui peut détruire votre bonheur. En effet, car, quand je rentre, je m’empresse d’aller dans la cuisine je fais un chocolat chaud à ma petite femme et m’en fait aussi. J’avais prévu un petit déjeuner au lit en amoureux. Mon dieu que je l’aime. Je monte les escaliers avec le tout sur un plateau, je faisais attention dans les escaliers  à ne pas le faire tomber. Une fois arrivée en haut, je remarque que ma porte de chambre est entre ouverte. J’hausse un sourcil, elle est réveillée ? Bon, tant pis, je la réveillerai pas aussi tendrement que je l’avais prévu.

J’avance et je pousse la porte de ma chambre allumant la lumière avec mon coude. C’était une lumière qui n’éclairait pas beaucoup sur les débuts. Mais ce qu’elle me montre tout de même m’en fait lacher mon plateau. Les chocolats chauds s’étale sur les sols avec les bols qui se sont explosés contre le carrelage. Les croissants et les pains au chocolat (ou chocolatine, on froisse personne) était au milieu de ce bordel. Je ne comprenais pas au début, mon frère semblait surpris mais pas Amanda, à croire qu’elle m’avait entendu revenir. Je le voyais là, dans mon lit, Amanda dans ses bras, et le pire c’est qu’il s’embrassait et qu’ils sont nus. Nus…. Elle me trompe avec mon propre frère et lui, il me trahit

Je regarde sur mon meuble, je perds le contrôle de moi-même, j’étais bouleversé, complètement choqué. J’attrape  ma baguette  posait sur le meuble et la tend sur mon frère, je sentais que la colère montait en moi. Je menace mon frère avec ma baguette, je voulais le tuer, parfaitement, je voulais tuer mon propre frère.

« Je vais te tuer. Ecartes-toi d’elle ! »

Pour moi, c’était logique, c’était lui qui était venu dans ma chambre et qui l’avait chauffé, c’était évident qu’elle pensait que c’était moi. Je regarde mon frère se levait se foutre contre le mur, je lui ordonne de pas bouger, putain, qu’est ce qui me retiens de prononcer ces deux mots, surement le plaisir que je me surprenais d’avoir, voyant que c’est moi qui lui faisait peur maintenant. Puis, quand j’allais le faire, c’est la voix d’Amanda qui m’interpelle.

« Al ! Al écoute moi ! »

Je la regarde se mettre devant moi, mon frère était nu, elle aussi et elle voulait que je l’écoute. Je ne voulais pas la blesser, et je pense ne pas voir le choix mais je lui demande tout de même de se pousse, chose qu’elle refuse, je monte ma main pour que ma baguette reste sur mon frère.  Et je l’écoute. J’espérais qu’elle me dise qu’elle l’avait confondu avec moi dans l’obscurité, j’aurai pu avaler n’importe qu’elle excuse.

" Je dois te dire la vérité. Je me suis servi de toi... Ce n'est pas toi que j'aime, mais James. Tu m'as bien aidé en tout cas, et je t...."

Je ne la laisse pas finir. Je ne sais pas pourquoi je fais ça, la colère et la douleur devait être trop grande. J’attrape sa gorge et la serre. Mon frère me criait de la lâcher et je lui criais de la fermer ou je le tuais, j’étais différent je n’étais pas comme d’habitude. Je sentais qu’Amanda allait perdre conscience. Mais je ne relâche pas pour autant. Je regardais mon frère aîné avec un regard noir, après elle ça serait son tour. Mais d’un coup, un cri puissant surgit du couloir. Je tourne la tête. Papa. Merde, il ne fallait pas qu’il me voit comme ça. Trop tard. Je lâche Amanda qui suffoquait et range ma baguette dans mon pantalon. Je pars en courant poussant mon père. Je ne pris rien d’autre que mon portable et ma baguette avec moi. Je courrais hors de la maison, je ne voulais plus rentrer. Mon père devait me haïr maintenant, j’aurai pu tuer mon frère… Mon frère, c’est moi qui le haïssais. Après trente minutes à courir loin de la maison, je m’assois sur un banc dans une rue de Londres. J’appelle Scorpius, c’était mon reflexe, je lui raconte tout, et surtout le fait qu’il avait raison, et que j’étais désolé, Amanda était bel et bien une salope.

J’étais assis, là tranquillement, je réfléchissais à où je pouvais aller. Je fuguais, ça aussi c’était grave, mais je ne pouvais pas rentrer chez moi, plus maintenant. Et c’est là qu’une voiture qui m’est familière se gare devant moi. Papa et Draco Malfoy. Génial, il avait en plus amené le père de mon meilleur ami, je me lève, je voulais partir en courant, mais je ne pouvais pas, j’étais bloqué, j’avais peur de ce qu’il allait me dire, le pire serait qu’il me haïsse. J’ai toujours été proche de papa, c’est toujours vers lui que j’allais quand quelques choses n’allait. James était plus indépendant et Lily s’était plus avec maman. J’ai un feeling avec papa que les autres non pas, enfin, j’avais un feeling, ça semblait plus vrai…

Code by Joy

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Mar 17 Jan - 16:10

Une trahison familiale
Perso & Perso
 
J’avais eu un drôle de matin. Arrivé au ministère, Murdock m’avait apostrophé hier en me signifiant qu’ils avaient réussi à localiser un sorcier que nous pourchassions depuis quelques mois déjà. Il m’avait fait un long exposé sur les raisons que nous devrions le retrouver aujourd’hui même, et c’est pourquoi nous avions passer la nuit à parcourir les rues de Londres, sachant qu’il n’y était que pour un échange d’objets magiques particulièrement puissants. Clark, un policier, nous avait demandé notre aide dans l’enquête compte tenu de notre expérience sur le terrain. Le ministère ne voulait pas que ces objets parviennent aux mauvaises personnes, et c’est pourquoi nous nous devions d’intervenir dans la nuit. J’avais donc appelé Ginny, qui avait gromelé son mécontentement avant de raccrocher la ligne, marabout. La nuit avait été particulièrement longue, et le matin encore plus. Vers 9h00 du matin, nous l’avions encerclé. Nous étions parvenu à le coincer dans une petite ruelle de Londres, parfaite pour une intervention magique, loin des yeux moldus. Or, celui-ci, sachant qu’il était encerclé, sortit une capsule de sa poche et la croqua. Le geste nous avait surpris, et je me dirigeais vers lui en hurlant tandis qu’il s’écroulait au sol. Il avait pris une capsule d’acide. Je me retournai vers Murdock, la mâchoire serrée.

- Nous avons perdus la seule façon de remonter à leur leader. On fait quoi maintenant?

Il s’était passé rapidement la main sur le visage, tentant de garder un certain calme malgré la situation.

- Je vais en parler à Clark demain, okay? Pour l’instant, va te reposer.

Murdock s’approche rapidement, dépose une main sur le corps inerte et transplane avec celui-ci. Je reste pantois quelques instants, profondémment irrité par la situation. Mon collègue a raison, je dois me reposer. Je transplane donc à mon tour dans ma maison, comptant dormir une partie de la journée. À peine ai-je poser les pieds dans la maison qu’un bruit étrange provenant de la chambre d’Albus attise mon attention. Sans réfléchir, je m’y dirige avec la ferme intention de les avertir de faire moins de bruit afin que je puisse me reposer à mon tour. Mes enfants pouvaient comprendre que mon métier était parfois exigeant, et c’est pourquoi j’ai confiance qu’ils m’écouteront. Enfin, c’est peut-être la confiance que j’ai en trop... Car lorsque j’entre dans la chambre de mon fils, je vois celui-ci tenir sa copinr à la gorge. Une rapide analyse de la chambre me permet de comprendre la situation : le café au sol, James et la copine d’Albus nus. James a profité de l’absence d’Albus pour aller voir la fille (c’est quoi son nom, déjà?). Avant même que je puisse intervenir, Albus sent ma présence. Il se retourne, puis décampe en courant comme un voleur. Je le laisse me dépasser, regardant James avec un regard foudroyant.

- Toi, tu ne bouges pas. On va devoir discuter à mon retour.

Je me retourne vers la fille.
- Et je compte qu’à mon retour, tu sois partie de ma maison.

Sur ce, je quitte la maison au pas de course afin de ratrapper mon fils. Je le vois prendre un tournant vers la rue de gauche. En marmonant des insultes que seul moi puisse comprendre, je puise dans mes ressources afin de courir plus vite. Je ne parviens pas à le ratrapper, et il m’échappe après quelques détours. Énervé, je sors mon céllulaire afin de composer le numéro que je connais, malheureusement, par coeur. Si Albus veut fuguer, j’ai une petite idée de l’endroit qu’il choisira. Après un certain moment à attendre qu’on me réponde, j’entends la voix de Drago au bout du fils. Il semble surpris par mon appel, ce que je ne peux lui reprocher. Bien que nos enfants soient meilleurs amis, nous tentons de nous parlons le moins possible. Je lui explique brièvement la situation, et il accepte de m’aider. Après avoir demander à Scorpius de l’appeler au cas qu’Albus se présenterait à la maison, il me demande de transplaner pour qu’on puisse utiliser son véhicule. Je le fais sans hésiter, et nous quittons un peu après à la recherche de mon fils. Après une vingtaine de minutes, nous parvenons à le trouver, assis bien tranquillement alors je me ronge le sang de soucis. Je saute de mon siège, sortant du véhicule sans refermer la porter. En une fraction de seconde, j’ai l’impression que mon sang s’est évaporé. Je tremble, la gorge brûlante. Je tente de contrôler ma voix, mais malgré les lèvres pincées, la colère percent à travers.

- Comment as-tu OSER t'emporter comme ça?



By Phantasmagoria


_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
avatar
Membre du Ministère

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t192-harry-james-pott
Âge : 42 ans
Situation amoureuse : Divorcé et le coeur brisé par un homme
Messages : 64
Points : 0
Patronus : Cerf
Emploi : Chef de la brigade des aurors
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Mer 18 Jan - 8:56


[FlashBack] Une trahison familiale...
With Harry J. Potter
J’étais sonné. On peut croire que parce que je suis un Serpentard, j’ai un cœur de pierre, mais pas du tout, j’ai été élevé dans l’amour, et malgré mes ambitions de devenir un très grand sorcier par tout les moyens, je reste une personne physique avec des sentiments. Dans ma famille j’aime tout le monde, enfin j’aimais tout le monde. Comment je peux continuer d’aimer mon frère après ce qu’il venait de me faire. J’étais sonné, mais surtout dans l’incompréhension. On avait été élevé dans le respect des uns et des autres et pourtant il m’avait trahi comme jamais on n’aurait pu me trahir.

Et parlons d’Amanda cette garce. J’avais tellement de mal à y croire. Assis sur ce banc, je visualisais encore son magnifique sourire qui me donnait une raison de vivre, sa façon adorable de rire à mes conneries en cours, sa façon de me regarder quand on faisait l’amour, sa façon qu’elle avait de me tenir la main quand je m’énervais à Poudlard, sa façon de m’enlacer, de me toucher, de me caresser… tout ça n’était que du vent. C’était surtout sa façon de me manipuler, de se servir de moi. Les poings serrés je n’arrivais pas à me calmer, en fait, j’étais gravement touché dans mon égo. Je ne pouvais me dire qu’une sale garce s’était servie de moi de cette manière, que Scorpius avait raison à son sujet qu’il n’était pas simplement jaloux et qu’elle n’était pas une fille pour moi.

Je me sentais mal, très mal, j’avais mis ma musique dans mes oreilles, je me demandais si j’avais fait quelques choses de mal pour qu’elle me fasse ça, ou pour qu’il me fasse ça. J’avais beau tourné le sujet dans tous les sens je ne trouvais. C’est quand je relève les yeux que je vis donc cette voiture familière. Elle se gare devant moi. Papa et Draco Malfoy. Génial, il avait en plus amené le père de mon meilleur ami, je me lève, je voulais partir en courant, mais je ne pouvais pas, j’étais bloqué, j’avais peur de ce qu’il allait me dire, le pire serait qu’il me haïsse. J’ai toujours été proche de papa, c’est toujours vers lui que j’allais quand quelques choses n’allait. James était plus indépendant et Lily s’était plus avec maman. J’ai un feeling avec papa que les autres non pas, enfin, j’avais un feeling, ça semblait plus vrai. Sa question me fit froid dans le dos, il avait pris un ton que je n’avais encore jamais entendu. Je déglutis. Comme j’avais osé ? Je me décale sur le coté, et recule d’un pas. Pourquoi je reculais ? Je ne savais pas mais en tout cas je trouve le courage et la force de lui répondre, quoique j’aurai plutôt du fermer ma gueule.

« Et eux, alors ?! »

Ouais, dans mon ton à moi aussi, il y avait de la colère mais aussi de la frustration et du dégoût. Je ne sais pas comment j’ai fais pour sortir ces trois mots là, mais pour moi, ils méritaient ce qu’il s’est passé, ils méritaient même pire mais je m’abstenais de le dire à mon père, je ne cherchais pas vraiment à aggraver mon cas. Je déglutis nouveau, j’angoissais et j’avais la gorge qui s’asséchais.

« Ils m’ont trahis ! »

Ma voix était bloquer, alors je me gratte la gorge et répète ma phrase plus clairement. Je n’étais pas sur que ça sauve ma peau. Vu son regard, il ne comptait pas me lâcher, je regarde rapidement Draco, et je me demandais pourquoi il l’avait fait venir en toute réalité.


Code by Joy

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Ven 20 Jan - 12:39

Une trahison familiale
Perso & Perso
 
En réalité, je me suis toujours contrôler avec mes enfants et Ginny. Mon tempérament chaud et compulsif n’apparait que lorsque nous pourchassons un individu depuis trop longtemps, et pourtant même là je suis en mesure de me calmer. Mais ce soir, je ne pense à rien de cela. Je ne pense pas aux conséquences d’une telle attitude, ni même au bien de mon fils. Je suis noir de colère, et tout ce que j’ai envie de faire est de lui envoyer un stupéfix et de l’enfermer dans une cellule pour la nuit pour tentative de meurtre. Cruel? Non, je ne le suis pas. Je suis réaliste. Je ne vais aucunement tolérer ce genre de comportement venant de lui, ni James. À mon retour, je devrai avoir une discussion très sérieuse avec celui-ci. Je ne mets pas la faute d’un côté ou de l’autre, les deux sont responsables. Or, Albus a tenté de commettre un acte que je ne peux laisser passer. Une trahison est moins grave, dans un sens, qu’un meurtre. Mon fils ne deviendra pas un meurtrier, mais pour cela je dois être un peu plus autoritaire avec lui. J’aurais aimé ne pas me rendre à ce point, mais il ne m’en laisse pas le choix. Et puis, je n’ai aucunement le goût de contrôler mes paroles ou mes gestes ce soir. Juger que mes méthodes sont excessives, allez-y. Jugez-moi.

Je m’approche de mon fils, le cœur un peu serré. Je n’ai aucune envie de faire ce que je vais faire, mais c’est une nécessité? Pourquoi? Parce qu’avec les années, j’ai compris que la peur peut faire réagir plus que la colère, plus que tout. Je sors ma baguette, que je pointe dans le visage de mon fils. L’expression sur mon visage est neutre et fermé, comme je le suis lorsque j’interroge un mage noir. Présentement, je vois mon fils comme un criminel, et non comme un Potter. Et cela, ça me déçoit beaucoup de lui.

- Sais-tu à quel point ce serait facile de te lancer un sort, présentement? Pour ce que t’as fait, tu mérites quelques nuits en prison. Pour tentative de meurtre. Et tu sais la seule raison qui m’en empêche? Ce n’est pas parce que t’es mon fils. C’est parce que je me contrôle. Le contrôle, c’est la différence entre un meurtrier et un sorcier honnête.

Je recule ma baguette, empoignant mon fils à la gorge comme il l’a fait avec Amanda. Je serre légèrement, assez pour qu’il puisse respirer mais que sa gorge brûle sous l’effet de ma main. Je ne retire aucun plaisir à faire cela, mais c’est d’une égale justice pour ce qu’il a fait.

- Est-ce que TA trahison envers ta famille est une raison pour mettre fin à tes jours?

En guise de réponse, je lâche mon emprise sur sa gorge et me recule. Je peux sentir la présence proche de Malfoy, lui lance un léger coup d’œil pour lui signifier que je gère la situation. Il semble inquiet, ce qui est rare dans son cas. Son inquiétude sonne une alarme dans ma tête, et je me retourne vers Albus en tentant d’être légèrement moins sévère.

- Ton frère t’a trahi, elle t’a trahi. Je le comprends. Mais tu dois faire face à cette situation avec maturité... Et ce n’est pas une raison de vouloir leur faire du mal. Sais-tu combien de gens j’ai voulu assassiner dans ma vie? Sais-tu combien de gens j’ai réellement tuer? Tu dois apprendre à te contrôler, car il est hors de question que je te laisse devenir un mage noir…


By Phantasmagoria


_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
avatar
Membre du Ministère

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t192-harry-james-pott
Âge : 42 ans
Situation amoureuse : Divorcé et le coeur brisé par un homme
Messages : 64
Points : 0
Patronus : Cerf
Emploi : Chef de la brigade des aurors
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Ven 20 Jan - 13:30


[FlashBack] Une trahison familiale...
With Harry J. Potter
Ce qu’allait faire mon père, j’étais loin de me douter qu’il l’aurait fait. Pour moi, mon père est un héro et ça s’arrête là. Il a tué, j’en suis conscient, à vrai, dire pour protéger sa vie on doit parfois faire des choses horribles, et j’étais conscient qu’il en avait fait, mais j’étais loin, vraiment très loin de me douter qu’il en serait capable sur son propre fils, sa chair et son sang. Je déglutis voyant sa baguette pointer sur moi. J’écarquille les yeux, ok, là il commençait à me faire peur. Je l’écoutais d’une oreille, mais j’avoue que je n’étais pas serein. La vérité, c’est que je n’avais jamais vu mon père comme ça, et là, ça m’inquiétait.

« - Sais-tu à quel point ce serait facile de te lancer un sort, présentement? Pour ce que t’as fait, tu mérites quelques nuits en prison. Pour tentative de meurtre. Et tu sais la seule raison qui m’en empêche? Ce n’est pas parce que t’es mon fils. C’est parce que je me contrôle. Le contrôle, c’est la différence entre un meurtrier et un sorcier honnête. »

Je le regardais, je me sentais un peu plus serein quand il baisse sa baguette, mais j’avoue que si lui, il est déçu que j’ai failli tuer la pire des garces que ce monde porte, moi, je vois ma fierté d’être son fils diminuer. J’étais tellement choqué quand il m’attrape par la gorge comme je l’ai fait à Amanda, que je ne réalise pas tellement sur le coup. Je le regardais alors que sa main se serrait légèrement, je grimace.

« - Est-ce que TA trahison envers ta famille est une raison pour mettre fin à tes jours? »

Sa question me fit froid dans le dos. J’ai trahis ma famille ? Ca voudrait dire que je ne valais pas mieux que James. Je ne répondais pas, je voulais qu’il me lâche. Plus ça allait, plus son coté héroïque que je voyais en lui disparaissait. Mon père était fou, finalement. Je voyais son vrai visage, et j’avoue que cela me faisait peur. Il finit par me lâcher et je ne répondais toujours rien. Je ne me remettais pas en question pour autant, Amanda n’avait aucune raison de respirer à l’heure qu’il était. Je regarde mon père, le regard perdu.  Je passe ma main sur ma gorge.

« - Ton frère t’a trahi, elle t’a trahi. Je le comprends. Mais tu dois faire face à cette situation avec maturité... Et ce n’est pas une raison de vouloir leur faire du mal. Sais-tu combien de gens j’ai voulu assassiner dans ma vie? Sais-tu combien de gens j’ai réellement tué? Tu dois apprendre à te contrôler, car il est hors de question que je te laisse devenir un mage noir… »

A ses premiers mots, j’ai une larme qui m’échappe je la fais disparaitre rapidement avec le dos de ma main. Je baisse le visage ne voulant pas vraiment lui répondre. Le silence est d’or dans ces cas là. Ce n’est pas une raison de vouloir leur faire du mal… Dans quel monde, il vit ? Bordel, voilà qu’une deuxième et une troisième larme m’échappaient, en réalité, elles en s’arrêtaient plus de couler, je pleurais rarement. Et s’il avait raison finalement ?  Si je n’étais pas fait pour être comme Severus Rogue mais plutôt comme Tom Jedusor ? Je mets mes mains dans mes poches. Je ne relève pas le visage, en fait, je commençais tout juste à me remettre en question. Après tout, la magie noire est quelque chose que je trouve fascinant, mais je me cachais bien de l’avouer à mon père.

Je contractais la mâchoire, je détestais pleurer, on dirait un Griffondor qui s’est coincé le doigt dans une porte… Mais la douleur intérieur que j’avais été bien trop grande. D’autant plus que je venais de comprendre que mon père était capable de me tuer. Comment ne pas avoir peur de son propre père suite à ça ? D’ailleurs à cette pensée, je me surpris à faire un pas en arrière, ouais, j’étais bien parti pour mettre des distances avec mon père. Je ne savais plus quoi faire, je ne voulais pas être un Serpentard à terre et pourtant, moralement je l’étais, je me sentais vide de sentiment, plus le temps passait plus mon monde s’écroulait. Et si, on réfléchit bien, c’est ma faute. Pourquoi je devais tomber amoureux ? En voilà une idée stupide. Tout se mélanger dans ma tête, j’avais ce coté qui me disait que j’avais bien fait d’agir et de montrer à mon frère de quoi j’étais capable. Au moins, je pourrai m’amuser à leur faire peur, comme il s’amusait à me faire peur quand j’étais petit. Mais, l’autre coté me crier que mon père avait raison, je n’aurai pas du agir comme ça, que j’étais un… monstre ?

Je fini par relever le visage, je regardais mon père les yeux trempait de larmes et noyait de douleurs, j'en avais d'ailleurs oublié la présence de Draco et je prononce simplement ces mots que je prononce vraiment très rarement.

« -Excuse-moi, Papa… »


Code by Joy

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Jeu 16 Mar - 12:27

Une trahison familiale
Perso & Perso
 

Mes mots sortent de ma bouche comme un venin paralysant les membres de mon fils. J’ai l’impression d’une rage accumulée depuis bien longtemps semble motiver mes paroles et mes gestes, autant qu’une peur inconsciente de voir mon fils devenir un mage noir. Quel beau sophisme de dire que mon fils, après avoir lâcher sa colère contre son frère, allait devenir un mage noir sanguinaire. J’éxagère, et je le sais. Pourtant, je ne peux m’empêcher de créer une ambiance de crainte autour d’Albus, un peu comme une pénitence pour son comportement. J’ai conscience qu’il ne me verra plus de la même manière, mais en quelque sorte j’en ai marre de parraitre toujours parfait et iconique. Si mon propre fils est incapable de supporter mon réel caractère, qui serait en mesure de me gérer? Personne, pas même moi-même. Alors je me laisse aller à ma colère, et ce n’est qu’une fois que je pose mes yeux sur le regard inquiet de Drago que je réalise à quel point j’ai pousser trop loin. Les yeux humides de mon fils me refroidissent, et je me sens imédiatement pitoyable d’avoir oser menacer Albus de cette manière. Lorsqu’il s’excuse, je contracte ma machoire alors que mes yeux deviennent humides à mon tour. J’ai envie de le prendre dans mes bras, et c’est ce que je fais après une certaine hésitation. Je prends mon fils dans mes bras, le serrant fortement en soupirant. Avoir ainsi blessé mon fils a ramener mes pieds sur terre, ou plutôt 6 pieds sous terre.

- Hey, ça va. Mais ne refait plus cela… Plus tu te laisses aller à ta colère, et plus tu descendras une pente qui va te changer d’une manière que je…que je ne veux pas te voir descendre... Je sais que tu as un bon fond Albus, mais tu as aussi un de mes pires défauts… La guerre aurait pu être bien différente qui je m’étais laissé aller à mes impulsions… Mais… Tu…

J’hésite. J’hésite toujours à parler de mon passé. Ayant toujours fait en sorte de me détacher de cette partie de mon histoire, je n’ai jamais vraiment aborder ce sujet avec mes enfants. Tandis que je tiens mon fils contre moi, je regarde Drago durant un bref instant. De son regard, il me demande s’il peut quitter. Je lui fais un léger signe de tête afin de le remercier, et il embarque dans sa voiture avant de quitter. Je laisse la voiture disparaitre de ma vue avant de lâcher Albus. Je me recule, l’observant avec une tranquille nostalgie. Il est grand temps que mon fils sache la vérité sur son père. Enfin, une partie de la vérité.

- Viens…

Je me dirige vers une balancoire dans le parc. Je m’y assois, faisant signe à mon fils de venir s’asseoir sur la balançoire à mes côtés. Je me balance tranquillement, me rappelant quelques moments de mon passé particulièrement désagréables.

- Quand j’étais jeune, je m’isolais souvent dans le parc de mon village pour penser… Ce n’était pas toujours facile de vivre chez ma tante…

Je soupire, ignorant le regard de mon fils.

- Que connais-tu réellement de mon passé Albus?


By Phantasmagoria


_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
avatar
Membre du Ministère

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t192-harry-james-pott
Âge : 42 ans
Situation amoureuse : Divorcé et le coeur brisé par un homme
Messages : 64
Points : 0
Patronus : Cerf
Emploi : Chef de la brigade des aurors
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Mer 12 Avr - 9:55
     

Père & Fils

Une trahison familiale
C
omment pouvais-je voir mon père comme avant après ça ? Il avait été mon idole, la vision globale de ce que je voulais être plus tard, et voilà qu’il me montre tout le contraire de ce que je voulais être. Je ne voulais pas être cet homme menaçant son fils, non… mais ne l’avais-je pas mérité ? Je haïssais mon frère, mais est-ce que cela justifié de vouloir le tuer ? Je ne savais plus quoi faire ou dire, à part lui présenter mes excuse. Pas que je regrette entièrement ce que j’ai fais, non. Mais, parce qu’il avait raison, James m’avait trahis, mais j’avais trahis ma famille en pointant ma baguette sur lui. Finalement, je suis ce que j’ai toujours voulu être, comme mon père ? Du moins, ce qu’il me montre actuellement. Je détestais pleurer, mais après tout, le seul de ma famille qui avait toujours pu me voir dans cet état, c’était lui. Puisqu’il a toujours été le seul a qui je me confiait finalement. Je n’étais pas un gamin pleureur, non, loin de là, mais comme tout enfant, il arrive de faire de terrible cauchemar, et qui était là ? Mon père.

Aujourd’hui, il est mon cauchemar. Je le fixais, les larmes coulant sur mes joues. Je n’avais rien d’autre à dire, j’étais terrifié et chamboulé parce que je venais de voir, de me rendre compte et alors qu’il jette un regard à Draco, je me rends compte que lui aussi était apeuré. Rapidement, les yeux de mon père deviennent humide, et malgré ce qu’il vient de se passer, je n’arrivais pas à lui en vouloir, non, en fait, je m’en voulais à moi, tout est de ma faute. J’étais comme paralysé, je ne savais pas si on allait rentrer, ou si allait renchérir, ou s’il allait me laisser là tout seul. C’est alors qu’il me surprend en prenant dans ses bras, mes bras s’en roule dans son dos alors que j’enfouis mon visage dans son épaule. J’avais quinze ans, et je venais de connaitre la pire trahison de ma vie, je venais de me rendre compte que mon père n’était pas vraiment ce que je pensais, tout était chamboulé. J’écoutais les mots de mon père. Mots qui semblaient sortir difficilement de sa bouche. Je ne bougeais pas vraiment de la où j’étais, je cherchais un certain réconfort. Ses mots me prouvaient que finalement, il ne m’en voulait pas tant que ça, enfin, c’est ce que j’espérais. J’entendais la voiture de Malfoy s’éloignait alors que mon père se recule, je me redresse essayant de paraitre impassible parce qu’il vient de se passer mais mes yeux rouges me trompaient probablement.

Je suis mon père, il avait l’air de ne pas vouloir, renchérir, ni de me laisser seul, ni de rentrer tout de suite. J’étais perplexe, et le suit vers cette balançoire. Je m’assois sur la balançoire à coté de lui après qu’il m’ait fait signe de m’y assoir. Je le regarde me demandant ce qu’il voulait me dire. J’aimais tellement mon père, je me rends compte aujourd’hui que je pourrai lui pardonner n’importe quoi. Chez sa tante ? Enfin, je savais qu’il avait vécu chez la sœur de grand-mère Lily, et j’avais entendu parler de son cousin et de son oncle, c’était des gens exécrables qui détestaient les sorciers. J’avais entendu des histoires sur ça, j’avais d’ailleurs entendu dire que mon père avait eu des soucis avec le ministère de la magie après avoir sauver la vie à son débile de cousin. La question de mon père, me fait hausser les sourcils, j’avais une vision un peu Idyllique de son parcours.

« Ben, que tu n’as pas vraiment connu mes grands-parents.  Que tu es le « garçon-qui-a-survécu ». Du moins c’est comme ça que les gens t’appelaient. Qu’Albus dumbledore, je crois, t’a confié à ton oncle et ta tante qui méprisaient les sorciers, et donc, toute ton enfance ils t’ont méprisé. Oncle Ron m’a dit qu’ils ne voulaient que tu ailles à Poudlard et que pour tes premières années, ils t’enfermaient. Euh…  Je sais que tu as eu le cran de contrer les règles du ministère de la magie pour sauver la vie ton cousin. Que tu as commencé à avoir des problèmes avec le ministère un peu avant ça quand tu as affirmé que Voldemort était encore vivant. Je n’ai jamais vraiment compris pourquoi ils ne t’ont pas cru d’ailleurs. Tante Hermione m’a dit que tu as été l’espoir de tout le monde et que c’est grâce à toi que vous avez gagné la guerre… »

Je marque une pause. Et j’enchaine.

« Et puis… bah… tu as tué Voldemort après une longue lutte… T’es un héro quoi… »

Je fronce les sourcils regardant mon père avant de poser une question à mon tour.

« Pourquoi ? Ce n’est pas ça ? »

Quand on est le fils d’un héro, et qu’on est passionné par son père, il est normal de poser des questions autour de sois, et j’avais toujours posé des questions à tout le monde, Tante Hermione, Oncle Ron, les profs, tout le monde.

GleekOut!

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Sam 22 Avr - 1:15

Une trahison familiale
Perso & Perso
 


Je ne pourrais dire ce qui me prend, à l’instant, de vouloir tout lui dévoiler. Non pas que l’histoire est un mensonge, mais elle l’est à mes yeux. Lorsque des évènnements tragiques arrivent, nous avons tendance à vouloir amplifier et embilir les faits, simplement pour placer un baume sur notre conscience. Mais je n’en avais jamais été capable. En partie parce que je ne m’étais jamais vu comme un héro. Et pourtant, je savais que la majorité des sorciers me voyaient ainsi, comme le sauveur qui avait permi d’arrêter le plus grand mage noir de notre temps. Et il y a mon fils. Depuis qu’il est jeune, il a toujours été fasciné par mon passé. Et honteux, je me détournais en laissant Ginny répondre à ses questions. Peut-être est-il temps qu’il connaisse mon point de vue. D’un côté, j’ai un terrible sentiment qui me hante : et s’il me reniait une fois qu’il saurait? Et s’il… Ce serait terrible. Ginny est un cauchemar dans ma vie, un poids terrible mais… Elle m’a permis de connaitre l’amour. Un amour différent, celui d’un père envers ses enfants. De toute mon existence, je n’avais jamais vécu de sentiments aussi puissant que cela. Mais lorsqu’un l’un de mes fils tendait de… Lorsque l’un de mes fils se laissait emporter par sa colère au point de vouloir mettre fin à la vie de son frère… Au lieu de l’amour, une plaie énorme s’est ouverte dans mon cœur, laissant place à une colère aveugle contre l’ironie du sort. J’avais combattu mes démons intérieurs pendant des années. Contre Dudley, contre Drago. Mais Albus n’avait pas ce retient que j’ai dû apprendre malgré moi. Et en quelque sorte, j’en ai honte. J’aurais aimé qu’il ne soit pas… exactement comme moi. J’aimerais qu’il n’ait pas à se battre avec ses démons intérieurs et qu’il se morfondre moins. Et d’un autre côté, je le comprenais.  Je l’avais toujours compris. Car à son âge, je pensais de la même manière. Sauf qu’Albus est un Serpentard. L’influence qu’il a à l’école est différente de la mienne. Je n’ai pas succomber à mes désirs profonds, pour la simple et bonne raison que j’ai été entouré dès mon arrivée à Poudlard d’amis extraordinaires et… innoncents. Comment aurais-je pu devenir un mage noir alors que mon meilleur ami est aussi gauche que Goofy, que ma meilleure amie est un dictionnaire sur pattes et que je devais constamment jouer au père avec Neville et Luna qui perdaient sans cesse leurs objets. Impossible. Mais Albus… Albus a ce que je n’ai pas eu. Il a des amis qui pourraient, à mesure, agir sur son inconscient et faire ressortir ses démons. J’en ai la certitude, et je me sens impuissant face à cela. Alors peut-être qu’en lui exposant la dure vérité derrière cette façade héroique… Ouais, peut-être qu’il comprendra légèrement pourquoi j’ai toujours été plus sévère avec lui qu’avec James. James est le portrait identique de mon père. Je ne m’en fait pas pour lui. Arrogant, oui. Mais il n’a pas le potentiel de devenir un mage noir. Albus, si. Je laisse mon fils parler, autant irrité que profondément blessé par ses paroles. Ce n’est pas ce qu’il dit qui m’irrite, mais plutôt le fait que j’allais éclater les idées parfaites de mon fils sur mon passé. Et même si je crois sur le moment que ce soit la meilleure chose à faire dans une telle circonstance, je n’ose même pas imaginer ce que cela aura comme effet sur notre relation à long terme. Au pire, je serrai encore plus isolé que je le suis déjà. Et je me plongerai dans une autre pile de dossiers pour oublier cette profonde solitude maladive.

- Oui Al… Mais non.

Je continue de me balancer, lançant un regard evasif vers les étoiles. Je tente de coordonner les évênnements dans ma tête.

- Tu sais, on a tous nos défauts. Moi aussi. Lorsque j’étais jeune, j’étais vaniteux. Tête en l’air, trop confiant… Et pourtant, je ne me suis jamais vu comme un héro. Même à ce jour, je me considère chanceux. Mais un héro? Non… J’ai eu de la chance, beaucoup de chance. C’est tout…. Je… Je ne discrédites pas ce que j’ai accomplis, mais je veux que tu comprennes que… rien n’est parfait, même ton père. Oui, j’ai tué Voldemort. Mais je n’ai presque pas participé à la bataille finale. Pour moi, les héros sont ceux qui ont perdu la vie ce jour-là et non…

Je prends une pause. Quand est-ce que je lui avais parlé de la bataille? Quand est-ce que j’avais dit à qui que ce soit ce qui s’était produit dans la forêt interdite? En dehors de mes amis les plus proches, personne ne savait ce que j’avais réellement fait. Ce que je… Mais je ne peux pas lui dire à quel point il a tord. Je glisse une main dans ma poche, ouvre légèrement le petit sac en cuir et d’un doigt je caresse le dos de la pierre de résurection, puis sur le paumeau de la baguette de Sureau avant de terminer en effleurant la cape d’invisibilité. Oui, j’avais de lourds secrets. Et personne n’était prêt à les entendre. J’ai dit avoir égarer la pierre. Mais la réalité est que je n’en ai pas eu la force. Un sombre instinct m’a empêcher de m’en séparer. Oui, j’ai lancé la baguette de Sureau en bas du pont de Poudlard. Mais le lendemain, elle se trouvait sur mon oreiller. Non, la baguette de Sureau ne peut être détruite. Croyez-moi, j’en tenté plusieurs fois. J’avais donc caché les trois reliques dans un sac sans fond, que je gardais constamment à portée de main. Je n’ai jamais eu la force de le dire à Hermione, même si je sais que je suis dans le tord.

- De qui parlons-nous lorsqu’on parle de la bataille? Le grand public parle seulement d’Harry Potter. OHHHH, Harry Potter l’élu qui nous a sauvé! Mais savais-tu que Neville a tué Nagini de sang froid grâce à l’épée de Gryffondor? Et savais-tu qu’il a gardé la tête droite, fier, lorsque Voldemort est apparu dans la cour? Qu’il l’a envoyé promener d’une façon très éllégante? Non, bien entendu que tu ne le sais pas. Parce que Neville, son histoire n’a jamais été racontée. En dehors de ceux qui étaient présents dans la cour, personne ne sait que Neville est un véritable héro. Sais-tu ou j’étais lorsque Neville a confronté Voldemort de ses paroles? J’étais derrière Voldemort, dans les bras de Hagrid, comateux…

J’avais dit cela d’un trait, comme une vieille blessure qui n’avait jamais guérit. Comment pouvais-je me compter en héro alors que je…

- La presse n’a jamais parlé des horcruxes. Je crois qu’ils en avaient peur, peur de ne pas comprendre tout à fait ce que cela signifiait. Mais tu vois, la seule raison que j’ai survécu lorsque j’étais un bébé, c’est parce que le ricochet du sort de ma mère a fait en sorte qu’une partie de Voldemort s’est accroché à mon âme… Détruisant son corps par le fait même. Pourquoi? Parce qu’il avait séparer son corps dans plusieurs objets avant de confronter mes parents. C’est… quelque chose d’horrible à faire. Mais ca lui permettait de gagner une certaine…immortalité tant que ses objets existeraient. Mais moi, j’étais l’horcruxe de trop…. Et toute mon enfance, et toute mon adolescence… j’avais ce poids sur ma poitrine, sur ma conscience. J’avais ses désirs malsains, j’avais une colère bouillonante… Et je n’avais jamais compris pourquoi. Jusqu’à ce que Dumbledoor m’apprenne que la raison pour laquelle je pouvais parler aux serpents et que j’avais des visions de Voldemort… Eh bien, c’était uniquement parce qu’une partie de moi faisait partie de lui. Et pour tuer Voldemort… Je devais mourir.

Je prends une grande inspiration. C’est étrange d’en parler d’une manière aussi distante. Mais avec les années, j’avais appris à me détacher de mes émotions concernant mon passé. Cela avait été trop nocif pour ma conscience.

- Alors le soir de la bataille, je me suis présenté dans la forêt interdite. Et je me suis rendu, sans me battre, à Voldemort. Il n’a pas hésité une seule seconde à me tuer. J’étais mort… Enfin, j’aurais dû être mort…

Sauf que j’avais la pierre de résurection dans ma poche ce soir-là. Même le sort de la mort n’aurait pu m’ôter la vie.

- Mais je ne l’étais pas. Comment? Je ne sais pas trop, mais je me souviens avoir eu une longue conversation avec Dumbledoor. Avec les années, je crois qu’il ne s’agissait que d’un songe. Mais j’aurais aimé me dire qu’il s’agissait bien de son esprit qui m’avait guidé sur le chemin de la mort. Mais bon, ce n’est pas l’important. Tout cela pour dire que, lorsque Neville a cessé de parler, j’ai sauté des bras d’Hagrid et la confrontation finale a commencé. Ce qui est arrivé par la suite, tout le monde le sait. Mais j’ai été surpris qu’ils cachent ce qui était arrivé avant. Puis, je me suis rappelé que je n’avais jamais raconté tout ça. Ça, étant ce qui s’était réellement passé dans la forêt interdite. Et puis, même si ce fait m’irrite, les journaux voulaient donner espoir aux gens. Et non leur dire que j’avais réussi à vaincre Voldemort car il a été pris de cours par la mort de Nagini en même temps que mon... effet surprise. Non, personne ne voudrait l’entendre, n’est-ce pas?

Je cesse de me balancer, réalisant que je n’ai fait que recasser mon passé sans réellement expliquer à mon fils le fondement de ma colère impulsive envers lui. Bien que je sois convaincu qu’il veuille savoir ma vision des faits, je me demande en même temps s’il ne va pas me traiter de menteur en disant que je lui dis seulement ça pour le blesser. Ce qui est totalement faux. Mais si c’est le cas, je connais un moyen efficace pour lui prouver de mes dires. Or, j’espère fortement ne pas avoir besoin d’utiliser la pensine avec mon fils. Ce genre de souvenir laisse une marque profonde dès le moment qu’on y fixe les yeux.

- Sais-tu pourquoi je te dis tout ça Al?



By Phantasmagoria


_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
avatar
Membre du Ministère

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t192-harry-james-pott
Âge : 42 ans
Situation amoureuse : Divorcé et le coeur brisé par un homme
Messages : 64
Points : 0
Patronus : Cerf
Emploi : Chef de la brigade des aurors
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Lun 1 Mai - 16:53
     

Père & Fils

Une trahison familiale
J
e fronce les sourcils. Mais non ? Je ne comprenais pas, mon père a toujours été vu comme un héro aux yeux de tout le monde. Il est celui qui a mis fin au massacre de Lord Voldemort, il a sauvé plusieurs autres vies dont il aurait mis fin s’il n’y avait eu personne sur sa route. Je ne comprenais vraiment pas, je le regarde de mes yeux émeraudes, mon regard cherchait à comprendre, il semblait agacer, encore… Je savais que j’avais fait une bêtise, mais j’avais tellement été hors de moi. Je déglutis et tend mon oreille. J’étais persuadé que ce qu’il me dirait ne changerait rien sur mon avis sur mon père, mon modèle en soit, et pourtant, j’avais tellement l’impression d’être son opposé, de tout faire mal… Mon père était un Griffondor, une chance probablement dans un sens, pas forcément pour tout le monde, regardez James, ça ne l’a pas réussi. Mais, quelques part Poudlard avait été une nouvelle maison pour mon père, c’est ce que ma mère me disait. Mon père se mit à me raconter sa vision des choses, j’étais très attentif, cette histoire m’avait toujours intéressé.

Il commence par débriefe sur les défauts. Je savais qu’on avait tous nos défauts, et pour ma part j’en étais blindé, je le savais. J’avais lu quelques part, qu’un vrai héro ne se voyait pas comme tel, et c’était le cas de mon père, ce qui me réconfortait dans ma vision de voir cette histoire, mais pour combien de temps ? J’étais loin de me douter que cette histoire avait plus détruit mon père que n’avait sauvé de personne. Je fronce les sourcils, ses mots sont de pire en pire. Comment des morts pouvaient être des héros ? Il n’avait pas été assez intelligent pour survivre… Je ne comprenais pas vraiment ce qu’il me disait. Et pourquoi me disait qu’il n’avait presque pas participé à la bataille de Poudlard ?  Mon regard se pose sur une drôle de pierre, un pommeau de baguette moche d’ailleurs et une espèce de cape, ça j’en mettrai ma main à couper que c’est la cape d’invisibilité que mon grand-père a transmis à mon père, j’avais tant de fois espéré l’avoir un jour à mon tour ! Toutefois, tout ce mélangeait dans ma tête, quel est le rapport entre cette pierre, cette baguette et la cape avec  la bataille de poudlard mais aussi avec mon excès de colère sur James ?

Je fronce les sourcils à nouveau. Neville a … tué quelques choses ? Je n’en savais rien. Pourquoi personne n’en parle ? Mon parrain serait un véritable héro, lui aussi ? Je suppose que mon père est plus adepte à m’en parler que ceux qui ne voit qu’en mon paternel ce qu’il recherche, car peut-être qu’ils mettent tout cela sur le dos de mon père pour se… réconcilier avec eux même ? Je n’en sais rien, c’est compliqué… Comateux ? Pourquoi on ne m’a jamais dit que mon père avait été blessé durant la bataille de Poudlard ? A ce moment là, j’avais l’impression qu’on m’avait menti toute ma vie, mon père avait surement fait ce qu’il devait être fait, ce que les gens attendaient de lui, tout comme pour le discours qu’il devait me donner j’imagine. D’ailleurs, quand j’y réfléchi c’est toujours ma mère qui répondait à mes questions, elle m’avait toujours menti plus ou moins à ce sujet. Pourquoi ?

Horc quoi ?  Je commençais instinctivement de taper du pied sur le sol. J’imagine que malgré moi, j’avais une colère qui naissait en moi. Le regard de mon père voulait tout dire, sa voix suivait son regard, et malheureusement, ses mots me faisaient comprendre plein de choses, des choses que je n’arrivais pas à comprendre, des choses qui rassemblaient les pièces du puzzle. Quand mon père m’explique ce que sont les horctruc chouette là, je pâlis, je crois que cette méthode me choque. Je fronce les sourcils, je comprenais le système des horcblabla mais je ne comprenais pas comment il avait pu tuer Voldemort, s’il devait mourir pour le tuer. C’est vrai, si mon père était mort, je ne serai pas là, et puis, mon père est bien là devant moi, ce qui veut dire quoi ? Qu’il n’a pas tué Voldemort non plus ? Ou qu’il est revenu à la vie ? Et c’est là que je fais tilt. Cette pierre, et si c’était la pierre de résurrection ? J’avais entendu papa en parler avec tante Hermione un jour, il disait pourtant l’avoir perdu… Enfin, peut-être que j’ai mal compris, pourquoi mon père mentirait à Hermione ?

Mon père finit par m’annoncer qu’il a d’abord été mort, tué de la baguette de Voldemort. Sans savoir pourquoi, mes larmes montent à mes yeux. Cette journée est particulièrement dure en émotions. Je venais de perdre ma copine, mon frère m’avait trahi et mon père n’est pas celui que je croyais être.  Les mots de mon père me font un retournement de cerveau. Tout se bouscule, une larme s’échappe de mes yeux mais j’avais besoin d’en comprendre d’avantage.

« Non, je ne vois pas trop le rapport entre James qui me pique ma copine sous mes yeux et la bataille de Poudlard. »

Avant que mon père reprenne, je lui coupe la parole, tant de questions se bousculaient. Je lui montre la pierre du doigt.

« Mais, euh… cette pierre, c’est la pierre de résurrection dont tu parlais avec tante Hermione l’autre fois, non ? Tu crois qu’elle a fonctionné dans la forêt interdite ? Je veux dire, la chance n’a peut-être rien avoir tu as peut-être été intelligent de l’avoir sur toi… Et puis, pourquoi on doit toujours tout faire pour la conscience des gens ? Je m’en fou de leur conscience moi… Pourquoi maman ne m’a jamais dit que tu as pu tuer Voldemort que grâce à Neville ? Elle y était non ? Pourquoi elle m’a laissé trouver un idéal en toi, alors qu’en fait tu as juste fait ça parce que les autres attendaient ça de toi… C’est pas ça être un héro pour moi… Je… hum… Je veux dire, un héro c’est quelqu’un qui agit pour les autres et pour leur survit et non parce qu’il est limite forcé à agir parce qu’on lui met la pression… »

Mes larmes coulaient, la trahison de mon père ne suffisait pas, il fallait la trahison de tout mon entourage en plus. J’avais besoin de réponses. Et je suis sur que mon père le comprenait. Comment pouvais-je accepter qu’ils aillent oser imposer un tel fardeau à un gamin de dix-sept, parce que faut le dire, à cette époque mon père avait l’âge de James… J’étais en colère, je comprenais que mon père subissait encore ce que les gens voudraient qu’il soit, qu’il vivait en fonction de ce qu’ils attendent.

« Pourquoi, ils l’ont pas tué eux-mêmes au lieu de mettre ce fardeau sur type de dix-sept ? On dirait que ça choque personne que tu ais été… forcé… »


GleekOut!

_________________

I hate you Brother.
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Préfet de Serpentard

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t742-un-potter-qui-tourne-mal-impossible-quoique#8051 http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t183-un-fourchelang-t
Âge : 16 ans
Situation amoureuse : Célibataire - Bisexuel refoulé
Messages : 426
Points : -20
Patronus : Basilic
Emploi : Elève
Année : 6e année
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter Dim 21 Mai - 3:07

Une trahison familiale
Harry & Albus
 

Dès que le mot « pierre de résurection » sort de la bouche de mon fils, je fige. Je n’avaid pad réalisé qu’en glissant ma main, je l’avais légèrement sorti de ma poche. Défilant des questions sans que j’aille le moindre moment pour placer une réponse, je le laisse déverser sa colère après que je lu aille dévoilé une partie de la vérité conçernant mon passé. Je comprends l’irritaton et la colère de mon fils. Je l’ai déjà ressenti à une époque face à l’injuste de mon sort. Pour cette raison, je prends un certain moment après le silence de mon fils pour tenter de plaçer mes idées en ordre. Je ne sais pas pour où commencer, ni comment lui expliquer. Je décide donc de classer ses multiples questions par ordre de complexité.

- Neville n’a pas été reconnu car le Ministère refuse que la vérité sur les horcruxes soit révélée. Cette peur de la puissance des horcruxes est répandue dans le monde sorcier, tu sais. Toutes les personnes qui connaissent la vérité sur l’origine de la puissance et de l’immortalité passagère de Jedusor craignaient ce mot autant qu’ils craignaient son nom. Nagini était un horcruxe. Reconnaitre Neville en tant qu’héros serait de reconnaitre la chasse aux horcruxes que nous avons dû faire avant de pouvoir vaincre Voldemort. Et cela aurait demandé de reconnaitre que j’étais moi-même un horcruxe, chose que le Ministère ne pouvait se permettre. Car après la guerre, les gens avaient besoin d’une lueur d’espoir pour regagner leur confisnce envers le Ministère de la Magie. Et je suis devenu leur mascotte contre mon gré. J’étais le survivant, l’élu. J’étais celui dont tout le monde avit de besoin. Donc non Albus, je ne suis pas un héros, mais un sorcier qui a eu la malchance de devenir un horcruxe. Et crois-moi, cela laisse une noirceur dans mon âme que même la mort du grand mage noir ne peut enlever et je devrai porter cette marque jusqu’à mon dernier souffle.

Je réfléchis rapidement à ce que je peux lui répondre face à son questionnement sur le « pourquoi moi ». Je connais la réponse, mais les mots pour l’expliquer me manquent.

- Et pourquoi moi? Pour plusieurs raisons. À l’époque, j’étais devenu une figure d’espoir. Les gens avaient besoin de croire et de dépendre de moi. Et puis, j’étais le seul sorcier assez puissant pour le vaincre. Malheureusement, je suis encore à ce jour un des sorciers les plus puissants. Et cela n’a aucun lien avec mon talent. C’est tout simplement parce que je suis le propriétaire de la baguette la plus puissante du monde magique. Et seule cette baguette aurait permis de mettre un terme à Jedusor. Alors voilà pourquoi j’étais le seul à pouvoir le confronter.

Sauf que l’histoire des reliques de la mort, mon fils ne la connait que brièvement. C’est un autre sujet très tabou. Je décide de me lever d’un bond. Maintenant que j’ai abordé ses sujets avec Al, je ne peux plus reculer. Peut-être que cela pourra faire réaliser à mon fils que la magie noire n’est pas une bonne option. Peut-être qu’au fond, j’ai envie qu’il prenne peur par la vérité et qu’il de tienne tranquile. Je tends ma main vers lui, et immobile, je le regarde.

- Viens, je vais t’aider à comprendre. Mais tu dois me faire confiance. Prends ma main Albus.
J’ai l’impression d’être aussi mystérieux que Dumbledoor mais en beaucoup moins charismatique.




By Phantasmagoria


_________________
I feel lost
Je ne suis ni héro, ni mari, ni amant. Je ne suis plus rien. Je ne sais plus qui je suis.
avatar
Membre du Ministère

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t192-harry-james-pott
Âge : 42 ans
Situation amoureuse : Divorcé et le coeur brisé par un homme
Messages : 64
Points : 0
Patronus : Cerf
Emploi : Chef de la brigade des aurors
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: [FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
[FlashBack] Une trahison familiale... With Harry J. Potter
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Harry J. Potter | «On peut trouver du bonheur même dans les endroits les plus sombres. Il suffit de se souvenir d’allumer la lumière»
» Présentation de Harry James Potter.
» Emma Harper
» Match n°3 ~ Gryffondor VS Serpentard
» Présentation Harry J. Potter [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives rps :: Rps transférés-
Sauter vers: