AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

Au diable les conventions ! Duncan/Aksel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs abandonnés
MessageSujet: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Dim 15 Jan - 19:18


❝Au diable les conventions❞
Duncan & Aksel


Près d’une semaine s’était écoulée depuis ma rencontre avec le professeur Mc Leod sur le parvis du château. Je prends un étonnant plaisir à assister aux cours des professeurs de Poudlard. Ils sont tellement opposés à ceux donnés à Dumstrang et je trouve ça intéressant. Je commence à apprécier la magie et j’y porte un intérêt que je n’avais pas vraiment avant. Poudlard est vraiment étonnant. Même si je n’arrive pas à entendre et à comprendre toutes les subtilités du cours je m’applique comme je peux et je suis souvent satisfait de moi sauf quand je ne comprends pas la consigne et que je fais tout le contraire. Les profs sont indulgents, certains rient de ma maladresse mais je ne le prends pas comme un outrage.

Je me dirige d’un pas serein vers le bureau du professeur McLeod. Il m’avait proposé de venir prendre des cours quelques soirs par semaine après les cours. J’avais évidemment accepté afin de m’améliorer dans mon anglais. Mais pas que. Il m’attirait irrésistiblement, et notre flirt du premier jour scolaire m’avait fait jurer de ne pas quitter Poudlard avant d’être passé dans son lit, ou son bureau, je ne suis pas difficile. J’avais envie de faire de lui ma nouvelle proie, mon nouveau passe-temps, mon nouveau compagnon de sexe. J’aimais ce jeu entre nous même si j’avais quand même du mal à croire, au début, qu’un professeur puisse avoir un tel comportement. Mais s’il était comme moi, à se foutre des conventions … J’allais en profiter.

Je m’approche de la porte de son bureau avec quelques bouquins sous la main. J’avais bien l’intention d’améliorer mon anglais mais aussi cette envie furieuse de le draguer. Dans son bureau, nous serions seul, lui et moi. Il serait stupide de ma part de ne pas en profiter. Vraiment stupide. Je suis enfin arrivé, et je toque à la porte. Il me semble entendre qu’on m’invite à pénétrer dans son bureau. Premier pas avant d’entrer son intimité un jour j’imagine.

« Bonsoirrr Prrrofesseurrr. »

Je referme la porte derrière moi et avance d’un air faussement timide. Il est là devant moi et le voir me fait sourire. Un sourire malicieux traverse mon visage, je ne peux m’empêcher de repenser à cette fameuse soirée de la rentrée scolaire.

« J’espèèrr que toa aller aussi bien que jourr de rentrrrée » je marque une pause et m’approche un peu plus, je laisse une distance acceptable et raisonnable entre lui et moi. « Etes-vous toujourrr d’acorrr d’aider moa avec votrrre langue ? ». Et hop, c’est parti, le petit jeu commence. Toujours cette double interprétation dont je me délècte. J’avais fait quelques progrès depuis la rentrée tout de même .Je me sentais encore plus à l’aise pour parler cette merveilleuse langue qu’est l’anglais.


© Pando
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Lun 16 Jan - 18:24

Cours Particulier...quelle langue sera étudiée ?



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Une semaine que les cours avaient commençai et je trouvais cela plus qu’agréable et intéressant d'être professeur dans cette école. Bon certes nous n'avons pas beaucoup avancé, mais nous n'en sommes qu'a la première semaine et il y a beaucoup de théorie à faire avant de pouvoir passer à la pratique. D'ailleurs, j'avais sous les yeux un bon nombre de rouleaux de parchemin. Un premier devoir donné aux troisièmes années que je devais corrigé. Je m'y efforçais d'ailleurs, mais c'était parfois difficile de lire ces parchemins bourrés de fautes ou totalement nul. C'est de la métamorphose pourtant pas un truc si compliqué que ça ! La métamorphose était à mon sens la base de la magie, mais bon, je suis professeur de cette matière c'est donc normal n'est ce pas ? Alors je prend  mon courage à deux mains et corrige encore et toujours. Jusqu'à ce qu'on tape à ma porte. Je releve doucement les yeux, me demandant ce qui se passe, qui viens. Je me prend à esperer de voir arriver Aksel, mon élève de septième année et son accent russe. Je lui avait proposé des cours particulier pour l'anglais, la métamorphose et tout le reste. Mais...j'avoue que je pense aussi à le jeter sur mon bureau pour lui tailler la pipe du siècle, mais...c'est mon élève c'est mal !

J'invite donc gentiment la personne à entrée et...voila que je vois une petite tête brune aux grand yeux bleus entrer. Elle a du mal avec le devoir sur la métamorphose d'animaux en objets. Je souri, amusé. Ce n'est pas si difficile et je ne vais pas lui donner les réponses, mais...je peux l'aider. Alors elle s'installe et on étudie. Je lui montre le livre, je lui ré explique et petit à petit ça viens. Elle comprend, souri et en profite pour me parler de sa vie à Poudlard de ses amis et des poufsouffle. Je l'écoute bien sur, avec attention, jusqu'à ce qu'un nouveau coup vienne à frapper à la porte de mon bureau. Liam ? Ce serai marrant, une belle réunion de famille, mais non, voilà qu'Aksel entre dans un moment ou j'aurai préféré qu'il ne me vois. Vulnérable un sourire heureux et tendre aux lèvres, le regard brillant, la voix légère. Je reprend aussitôt un air un peu plus professeur alors qu'il dit des mots qui devraient me chauffer mais me refroidissent de peur que ma sœur comprenne au premier degrés. Je ris donc un peu à la place, c'est mieux ainsi. Puis alors que ma sœur me regarde avec curiosité, j'acquiesce un peu.

« Entre Aksel, je vais t'aider avec tes cours et ton anglais. Aileen, c'est un élève transféré de Russie d'ou les soucis de language. Aksel, voici ma jeune sœur Aileen. »

J'aurai pu mentir, dire que c'était juste une élève, mais ça l'aurai blessé. Et je préfère me dévoilé un peu plutôt que de blesser ma sœur. Plutôt mourir que de blesser ma sœur. Je n'avais pas compris, quand j'ai fait mon scandale personnel qu'en plus de faire chier mon père, je blesserais mes frères et sœurs. Du moins, Liam et Aileen, puisque les autres n'ont pas l'air d'être très intéresses par moi, ma vie ou le pourquoi de mes choix. Aileen compris que je devais jouer mon rôle de professeur et aider ce garçon. Elle comprenais toujours tout assez facilement, quoique...non elle n'a pas compris qu'il y avait un jeu du chat et de la souri entre lui est moi...c'est pas possible ! Qu'importe ! Une fois la demoiselle sorti de mon bureau apres une bise fraternelle, j'invitais Aksel à s'asseoir, enlevant par la même mes lunettes qui me donnait ce petit air sexy que j'aime tant.

« Bien Aksel, alors comment se passe ta première semaine à Poudlard ? Je suis content que tu sois venu. »

Je lui souri sincèrement, utilisant un peu ma baguette pour préparer deux chocolats chaud qui vinrent se poser face à nous le temps qu'il me réponde.

« Que veux tu réviser aujourd'hui ? Des matières qui te pose problèmes, des devoirs ? De l'Anglais ? »



Duncan
Mc Leod
Aksel
Nordgaar
© Halloween sur Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Lun 16 Jan - 23:12


❝Au diable les conventions❞
Duncan & Aksel


Je m’avance près du bureau de Mc Leod sans le quitter des yeux. C’est un vaste bureau assez chaleureux et j’ai comme l’impression que je vais passer de biens agréables moments. Le feu brûle dans la cheminée, il fait très chaud et ça, c’est sans compter la tension sexuelle qui va apparaître incessamment sous peu. Je remarque alors une élève à côté de Duncan que je ne connais pas. Il y a bien trop d’élèves pour que je les connaisse tous de toute façon.

« Entre Aksel, je vais t'aider avec tes cours et ton anglais. Aileen, c'est un élève transféré de Russie d'ou les soucis de language. Aksel, voici ma jeune sœur Aileen. »

Il semble de bonne humeur. Donc c’était sa sœur. Information intéressante que je me permets de retenir. Peut-être que cette révélation me sera intéressante pour plus tard. On ne sait jamais. Je souris a la gamine et je fais un signe de la tête et mon plus beau sourire pour m’excuser de ne pas l’avoir vue. Je détourne la téte et me dirige vers la fenêtre qui donne vue sur le parc. Je ne voulais pas les déranger, je m’occupe donc à autre chose attendant patiement de me faire prendre sur le bureau. Pardon. Attendre patiemment mon tour pour discuter et apprendre l’anglais avec ce cher professeur Mc Sexy.

« Bien Aksel, alors comment se passe ta première semaine à Poudlard ? Je suis content que tu sois venu. »

Je retourne mon attention sur le professeur, depuis quand sa sœur était-elle partie ? Aucune idée. J’étais bien trop absorbé par la beauté des constellations. Le ciel avait tellement de choses à nous apprendre. J’avais appris à interprété les signes que la nature nous envoie. Bien qu’il était clair que les étoiles ne me diraient jamais si Duncan et moi allions passer à l’acte ce soir mais leurs brillance malicieuse me disait que la soirée allait être… distrayante. Je retire mon pull, ce feu est beaucoup trop fort pour moi garçon du Nord, et m’installe sur la chaise en face de Duncan. Je ne le regarde pas, je joue les désintéressés.

« Semaine trrrès biien. Elèves coumme enfant ici. Heurrreusement courrr interressants. » C’était exactement ce que je pensais. Les autres élèves ne me faisaient ni chaud ni froid, je n’avais pas encore rencontré quelqu’un qui ait l’honneur de me voir accordé mon intérêt. « Zerrrro maturrre » dis-je pour renforcer mon sentiment. Je hausse les épaules et me cale confortablement dans mon fauteuil. « Moi aussi je souis Content etrre là ». Je ne montre pas vraiment d’excitation dans la voix mais mon sourire en disais long.

« Que veux-tu réviser aujourd'hui ? Des matières qui te pose problèmes, des devoirs ? De l'Anglais ? »


En réalité, Aksel n’avait pas vraiment de problème dans les matières qu’il avait choisies. Le souci principal était qu’il ne comprenait pas toujours ce qu’on lui demandait et faisais donc tout de travers. Cependant, une fois qu’il avait maîtrisé la demande, il s’en sortait très bien. Je sors un rouage fin de ma poche et je commence à le faire glisser entre mes doigts. Je me concentre sur mon occupation en répondant :

« Courrrs ici, pas compliquééé. » Je marque une pause et je précise que c’est l’anglais qui me pose problème. « Laaangue ici trrrrop complexe. Trrrrop de vocabulaire ». Je bois une lampée de ce délicieux chocolat que le professeur vient de faire apparaître, il y a un petit goût que je ne retrouve pas.

J’ai chaud. J’ai vraiment chaud à cause du feu. Je ne pense même plus à ce que je pourrais lui faire sur le bureau. Je tire sur le col de ma chemise et je déboutonne le premier cran. Je me rends compte que ma chemise est presque transparente. Pourquoi les écossait aiment-ils autant les feux alors qu’il fait si chaud dehors. Mon corps ne sait toujours pas habitué à la température. Je déglutis, j’ai la gorge sèche et ce caco ne me donne vraiment pas envie. Je retrousse mes manches, je commence à avoir la tête qui tourne. Ma gorge me gratte. J’ai soif mais j’ai du mal à respirer. Soudain je comprends. Ce goût dans le cacao, c’est du gingembre et j’y suis allergique.

« Proffesseurrr… Caco, moauvais » dis-je d’une voix carrément desséchée et obstruée par ma gorge qui gonfle. Et cette chaleur qui n’arrange rien. Je déchire ma chemise, je veux respirer. Ma chemise se découpe grossièrement en deux dévoilant mon torse à McLeod. Mais là, j’ai un autre souci en tête que de tenter de montrer mes tablettes de chocolat. De l’air, je veux de l’air !

« Prrroff… » je serre ma gorge entre mes doigts et m’effondre au sol, les yeux grands ouverts.


© Pando
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Jeu 19 Jan - 13:41

Cours Particulier...quelle langue sera étudiée ?



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Avoir Aksel dans mon bureau me fait sincèrement plaisir. Dire le contraire serait un pur mensonge, je dois l'avouer, mais je me demande ce qu'il souhaite et ce qu'il veux malgré tout. Est ce réellement pour les cours qu'il est ici ou souhaite t il plutôt que l'on reprenne notre petit jeu de la rentrée à nous draguer sans vraiment savoir vers ou et quoi cela nous mènera ? Est ce un jeu ou une réalité ? Je me pose encore la question. Qu'importe.

Je l'invite à s'installer, lui parlant calmement et lentement pour être sur qu'il entende et comprenne bien ce que je suis en train de lui dire. Je lui parle des cours, des élèves. Ma curiosité est grande après tout. Et il me répond avec cet accent qui donne à ma queue l'envie de durcir. Heureusement, l'esprit est plus fort que le physique ! Alors je me tiens, j'écoute, j'acquiesce un peu amusé. Il est heureux d'être là c'est déjà ça, mais les élèves, des enfants....

« Les élèves sont en effet des enfants. Tout comme toi en un sens et c'est bien, qu'ils profitent de cette enfance. L'âge adulte est si compliqué. »

Je lui souri. En effet, etre adulte est compliqué. Les responsabilités, le travail, la vie. C'est une vie difficile que celle d'un adulte, l'enfance était si belle. Les années Poudlard étaient si belles. Mais pour cela, il faut aussi travailler, étudier, vivre sa scolarité. Je cherche donc à lui trouver ce que nous réviserions, et il veux de l'anglais. Amusant que les cours soit si facile pour lui...

« Pas compliqué ? Pourtant tu n'es pas parvenu à changer ta chaise en cage lors de notre dernier cours. L'incarcerem est pourtant simple pour une personne qui ne trouve pas les cours compliqué. »

Je lui fais un clin d’œil taquin, je cherche à le pousser à se dépasser en le provoquant légèrement, servant par la même une boisson chaude arrivant des cuisines, buvant une gorgée de ce chocolat avec tranquillité alors qu'Aksel m'offrait un début de strip tease à enlever son pull, ouvrir sa chemise...va t il se mettre nu ici ? Je suis amusé, mais quand son visage change petit à petit et que je le vois avoir des difficultés, je réagis. Le bureau est rapidement contourné et je rattraper le jeune homme avant qu'il ne s'écroule, l'allongeant avec douceur, le regard inquiet. Je vois sa gorge gonflée, son teint rouge et comprend qu'il est allergique à cette chose qui donnais un goût agréable au chocolat. Je n'ai dans mon bureau rien pour endiguer ce genre de problème, mais pense qu'il peut avoir cela lui. Je fouille donc son sac rapidement, avant de sortir ma baguette lançant un accio sur l'antiallergique qui sors d'un coup de la poche arrière de son pantalon. Ni une, ni deux, je lui administre le médicament, le regardant avec inquiétude, déjà prêt à faire appeler Shawn. Putain de bordel ! Et sa chemise arrachée...il est bien bâti le salopard!Mais putain c'est pas le moment de penser à ça Duncan !
Bon je tente de me calmer un peu, de regarder, sa gorge dégonfler lentement, je couvrant au passage de ma veste. Je pense qu'un passage à l'infirmerie va s'imposer et que le cours va être annulé.



Duncan
Mc Leod
Aksel
Nordgaar
© Halloween sur Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Jeu 19 Jan - 18:53


❝Au diable les conventions❞
Duncan & Aksel


Et voilà, j’allais mourir sans avoir baisé mon objectif. Adieu monsieur le professeur. Et dire que nous aurions pu passer un chouette moment à dévorer nos corps et  planter nos ongles dans nos dos. Dommage. J’aurais tant aimé mourir durant l’acte, ça a quand même plus de gueule que de mourir à cause d’une allergie au gingembre. Gingembre ?  Cette racine était connue pour ses vertus aphrodisiaques. Si, je n’étais pas en train de crever, je lui aurais dit le fond de ma pensée. Je commence sérieusement à suffoquer et Mc Leod semblait paniqué. Je pense qu’il ne s’attendait pas à une soirée pareille et moi non plus à vrai dire. Je tente de réfléchir où étaient mes médicaments, cela calmerait l’allergie aussitôt. Je n’avais même pas eu l’occasion de répondre à ses piques concernant le précédent cours de métamorphose, j’étais trop préoccupé par la chaleur ambiante et par mon allergie qui pointait le bout de son nez.

Et puis soudain, Mc Leod s’active, il a le temps de me rattraper avant que je me fracasse la tronche par terre. Salut vous … Emmenez-moi sur votre bureau. Pas le temps, j’suis en train de passer l’arme à gauche. Je serre ma gorge, j’ai de plus en plus de mal à respirer. Il me pose délicatement au sol et s’empresse de fouiller dans mes affaires. Qu’il est intelligent ! D’un coup de baguette, l’anti allergique s’échappe de mon pantalon. J’aurais tellement aimé qu’il vienne fouiller par lui-même… Sans réfléchir il me fourre l’antistaminique, le médicament contre les allergies, dans la gorge. DELIVRANCE. Je respire. Je prends une profonde inspiration et je me détends. Je sens ma gorge qui se dégonfle malgré que j’ai toujours chaud.  Il me couvre de sa veste. Non mais merci, mais je meurs de chaud. Serait-il gêné de ma nudité ? Je racle ma gorge et inspire. Expire. Inspire. Tout va bien ! Je regarde le professeur qui est toujours assis à mes côtés alors que je suis couché au sol.

« Profffesseur, moa pas avoiirrr Besouin Gingemmbre pour être excité. »

Je dis ça comme ça avec un sourire plein de malice, preuve que tout allait mieux. J’enlève sa veste de mon torse en restant couché. La chaleur de cette pièce est tellement suffocante. « Désolé de gener toa avec mon torrrse » dis-je en glissant lentement ma main sur mes abdominaux « mais moa avoirr beaucoup trooop chaud ». Je me prends appuis et je m’assois, nous sommes tous les deux à niveau du sol, cette position est vraiment étrange mais qu’importe. J’ai de nouveau cette boule au creux de l’estomac, signe de mon attirance physique pour ce professeur atypique. Il n’est qu’a quelques centimètres de moi. Je le regarde et je penche légèrement la tête en arrière, mes yeux sont remplis d’insolence « Moa êtrrre prêt à commencer couuurs de langue. » Je me mordille la lèvre inférieure, j’attends sa réponse, hâte qu’on prenne enfin les choses en main. Enfin, vous voyez ce que je veux dire où il vous faut un dessin ?



© Pando
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Sam 21 Jan - 19:05

Cours Particulier...quelle langue sera étudiée ?



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Putain qu'il m'a fait peur ce petit con ! J'ai eu la trouille de ma vie ! Tuer un élève en lui offrant un chocolat chaud, même si c'était quelque chose que je ne voulais pas, il n’empêche qu'on me le reprocherais ! Putain de merde, je veux pas perdre mon poste, pas après avoir autant bataillé pour retrouver Shawn si prêt de moi, pour retrouver mes frères et sœurs après toutes ces années loin de chez moi. Parfois je me demande si je manque à ma mère...j'aimerais, mais qu'importe on s'en fous là.

Après une recherche presque paniquée et inquiétante, je finis par trouver son anti allergique et parviens à le sauver. Putain, il dégonfle et ça c'est cool ! Pour une fois que je suis content qu'un mec dégonfle avec moi. Mais on parle pas de cul non plus. Alors je me tiens et je le couvre. J'ai peur qu'il ai froid...non j'ai peur que son torse m'excite en fait, mais il faut que je fasse mon rôle de prof après tout. Alors je reste prêt de lui inquiet, j’attends qu'il aille mieux je le regarde respirer avec plaisir et vais même à rire à sa blague à la con sur le gingembre

« J'ai pas choisi. Je l'ai juste commandé aux cuisines. »

Oui, je l'avoue mes chocolats venaient de la cuisine, je ne les faisaient pas maison car quand je les fait...je met de la chantilly...et de la cannelle...et un marshmallow que je fais légèrement griller au dessus. Pas bon pour la ligne mais j'en ai pas fait depuis six ans...quoique maintenant que je peux revoir Liam et Aileen j'allais sûrement en refaire pour les soirées Mc Leod comme je les appelaient alors. En tous les cas, je suis rassuré qu'il aille mieux et je lui laisse le temps de se remettre gentiment. Il jette d'ailleurs ma veste avec une excuse à la con.

« Ton torse ne me gêne pas j'avais peur que tu ai froid après ta crise. »

Je souris un peu, après tout je ne sais pas comment le corps réagis. Si il avait eu des frissons, une baisse de tension ou autre. Mais quand il dit avoir trop chaud, j'utilisais ma baguette pour éteindre le feu et ouvrir la fenêtre, laissant un peu de fraîcheur entrer dans la pièce. C'est vrai que l'écosse est bien plus humide que Poudlard mais j'ai l'habitude de faire un feu les soirs d'automne et d'hiver. Pas grave je grelotterais un peu. Ou je re allumerai le tout après son départ et irai me chauffer chez Shawn le temps que la pièce soit de nouveau à bonne température.

Mais voilà, ce petit jeune est de nouveau insolent, il me souris, me nargue, m'excite et je l’observe avec amusement et envie. Je laisse courir mon regard sur son torse, son cou, ses lèvres et je me passe doucement la langue sur les miennes. Je laisse même glisser ma la pulpe de mes doigts sur son torse, partant du nombril pour remonter avec beaucoup de douceur allant jusqu'à son menton, que je saisis, le forçant à me regarder dans les yeux, m'approchant de lui à ce que nos nez se frole. Je sens son excitation tout comme il sens la mienne puis...

« En ce cas on va commencer par du vocabulaire. »

..je m'eloigne et me relève, allant vers mon bureau prêt à travailler comme il le souhaite. Il veux jouer, je vais jouer avec lui moi aussi, le chat et la souri, sans savoir qui est qui et qui attrapera l'autre. Mais j'aime l'idée.



Duncan
Mc Leod
Aksel
Nordgaar
© Halloween sur Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Mer 25 Jan - 18:27


❝Au diable les conventions❞
Duncan & Aksel


Je sens l’animal posté entre mes deux jambes se dresser lentement. Je prends un certain plaisir à sentir le bout de ses doigts parcourir mon torse, lentement. Il joue avec moi ce con et Dieu sait que j’aime ça. Nous sommes proches, bien trop sans doute pour un élève et son professeur mais j’ai envie que la situation dérape.  J’atteindrais mon objectif et qu’importe si nous devions jouer à ce petit jeu durant des mois. Je l’attraperai dans mes filets et j’aurais bon, c’est tout ce qui compte. Et puis, qui n’aimerait pas participer à ce jeu ? On tente une approche, on s’échappe, on recommence : délicieux. Mc Leod m’étonnais par ses gestes entreprenants et sa verve innocente alors que moi, je m’amusais à glisser des mots non dénués de sens. La balle est dans son camp, il s’approche, me caresse. C’est agréable, je sens mes poils qui s’hérissent sou le désir qui naît. Il prend mon menton délicatement entre ses doigts et s’approche de mon visage. Ses yeux brillent d’une lueur que je connais bien : l’excitation. Sans doute qu’elle se manifeste aussi dans mon regard lorsque je perds dans ses yeux. J’ai envie de le croquer …

« En ce cas, on va commencer par du vocabulaire. »

Tu fuis Mc Leod, ou tu jettes la balle dans mon camp ? Je préfère la deuxième hypothèse… Je ricane dangereusement quand il me repousse. Je me mords la lèvre inférieure et m’assied sur la chaise, toujours le torse nu. Je m’installe confortablement, l’air frais me fait du bien. Je sens la température redescendre mais je ne sais pas si c’est une bonne chose au non. Je pose mon coude sur l’accoudoir et glisse mes doigts sur mes lèvres, pensif. Du vocabulaire ? Très bien. Apprenez-moi votre langue monsieur Mc Leod, cette langue que je ne saurais maîtriser, cette langue qui s’enroule dans votre bouche que j’ai envie de caresser.

« Voucaboulaiiir ? Très bounne idéé » dis-je langoureusement, prolongeant délicatement l’accent tonique de ma phrase.

Je ne le quitte pas des yeux. Comment le pourrais-je ? Le jeu est lancé et d’un revers il m’a lancé la balle, sous quelle forme allais-je lui renvoyer ? OU bien allais-je la garder et faire échec et mat ?  Je m’étire et propose innocemment :

« Moa pas trrrès biien connaître parrrtie du coorps… »

Je calme mon insolence malsaine doucement. Je passe ma main dans mes cheveux et croise mes jambes. Je me perds quelques instants dans mes pensées. Je pose mon regard sur lui, il semble si … désintéressé mais son regard ne trompe pas. J’ai envie de passer par-dessus le bureau et de … Non. Tout ça serait bien trop rapide et notre petit jeu nous amuse tous les deux. Je m’étire et lance innocemment :

« Vocaboulaiiir et couurs prrratiques ? » je place mes bras derrière ma tête, mon sourire en dit long sur mes pensées. J’avais envie de découvrir l’anglais avec nos corps, son corps. Était-ce possible ? Peut- être, peut-être pas.  Je fais le tour de son bureau, prends sa main avec une facilité déconcertante et lui lance la balle :

« Tooorse, est-ce exact ? »

Allais-t-il la chopper en plein vol ? Je brûle sous le carburant de l’insolence et bordel, j’aime ça.



© Pando
[/quote]
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Lun 6 Fév - 14:47

Cours Particulier...quelle langue sera étudiée ?



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Le vocabulaire est une très bonne idée. Bien sur que c'est une très bonne idée. Comment faire en sorte que ce ne soit pas une bonne idée ? Mais je le sens déjà venir le petit jeune, je le vois avec son magnifique torse finement musclé, son regard pétillant, il veux jouer. Je sens la luxure dans son regard et je peux que jouer avec cela. Pas trop bien sur, mais tout de même assez pour attiser sa curiosité, son attention, son envie. Nos regards se jugent, se défi et mon sourire s’élargit. Oh que j'aime ce jeu entre nous, que j'aime cette idée de jouer à qui attrapera l'autre en premier. Et voilà que les hostilité commence. Connaitre les parties du corps. Mon pauvre garçon...tu veux pas sortir ta queue et te branler directement aussi ?

« Les parties du corps peuvent être intéressantes en effet... »

Je laisse mon regard glisser un peu plus sur son corps, j'irai bien glisser mes doigts ou ma langue sur son torse, mais je dois me tenir, je dois faire attention à tout ce que je fais. Mon regard est des plus lubrique, je m'en fiche et vois dans sa gestuelle une sorte de frustration. Il ferme les cuisses, preuve qu'il a peur que je puisse me glisser entre elle, il joue avec ses cheveux, excitation. J'étais si facile à comprendre à son age ? J’espère pas tout de même. Il propose en prime un cours pratique ? Mon dieu qu'il est amusant je l'observe ainsi venir à moi, prendre ma main et me faire caresser son torse. J'hausse un sourcil, particulièrement amusé et profite de ce touché tactile, de la douceur de sa peau, de la chaleur de celle ci également. Je plonge mon regard dans le sien, le mettant presque au défi, alors que ma main arrive sur son nombril prete à plonger plus bas et que je la récupère lentement.

« Voyons Aksel...je suis ton professeur tu te souviens ? Ce n'est pas autorisé... »

Je me leve, l'attrapant par la taille pour l'asseoir de force sur mon bureau, passant entre ses cuisses pour venir coller mes levres à son oreille, restant là quelques secondes à le laisser ecouter ma respiration quelque peu excitée, puis mes lèvres s'entrouve, prete à saisir le lobe de celle ci à moins que...

« mais si tu veux que j'oubli ce fait il va falloir faire mieux que ton petit jeu... »

Je me retire avec un sourire taquin. Oui je joue avec, oui j'ai compris son jeu et oui j'entre dedans, mais pas si facilement. Je sors du tiroir de mon bureau un cahier d'une vingtaine de pages que je le lui tend.

« Dix pages de vocabulaires, dix pages de sorts. Traduit en Anglais/ Russe. Apprend les pour la fin du mois et tu aura la récompense que tu attends. »



Duncan
Mc Leod
Aksel
Nordgaar
© Halloween sur Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Mar 25 Avr - 13:20


❝Au diable les conventions❞
Duncan & Aksel


La sensation de ses doigts sur ma peau nue m’électrise, la température monte de plus en plus haut, de plus en plus vite. Je veux jouer. J’veux qu’on se cherche, qu’on se teste, qu’on joue avec les sensations, le toucher, notre désirs et nos envies. J’ai trouvé en Duncan un fantasme, une proie à capturer, un objectif. Mon intégration avec le corps professoral n’aura jamais été aussi rapide, enfin, façon de parler… Lui proposer d’étudier les parties du corps était sans doute osé pour une entrée en la matière, mais pas le temps de niaiser. Je le laisse caresser mon torse, il est dans une certaine retenue, je peux le sentir. C’est encore plus amusant mais désespérément frustrant. J’dois bien avouer que mon impatience commence à se ressentir, ne pouvons-nous pas aller plus loin dans notre jeu ?

« Voyons Aksel...je suis ton professeur tu te souviens ? Ce n'est pas autorisé... »

Je me prends une douche froide avant de ressentir la chaleur du désir traverser mon corps lorsqu’il m’assied de force sur son pupitre. Je souris d’un air coquin et instinctivement j’écarte les jambes où entre celle-ci, il s’imbrique. La bosse dans mon jeans se fait plus forte, plus dure.  Je glisse une main dans son dos, engageante mais pas trop. Je meurs d’envie de tâter son fessier… Qu’est ce qui me retient ? Une envie pesante dans l’atmosphère semble suspendre le temps. Une envie sauvage et sexuelle. Une envie que j’ai envie d’assouvir. Il sepenche contre mon oreille, je sens son souffle chaud dans ma nuque et cela me fait frémir de plaisir. Je sens mes poils s’hérisser. Ce contact humain ne m’étais plus arrivé depuis un mois tout au plus, mais ces anglais étaient bien moins frigides que ce que les stéréotypes voulaient nous faire croire. Son souffle chaud monte jusqu’à mon oreille, je m’agrippe au tissus qui recouvre son dos.

« mais si tu veux que j'oublie ce fait il va falloir faire mieux que ton petit jeu... »

Un sourire satisfait balafre mon visage et souligne mes yeux envieux, putain, jouons ! Je n’attends que ça ! Il se retire, avec un air aussi malicieux que celui que j’affiche. Il a une idée derrière la tête, ça se lit sur son visage. Dis-moi ton idée professeur ou Vas-y, montre-moi…

« Dix pages de vocabulaires, dix pages de sorts. Traduit en Anglais/ Russe. Apprend les pour la fin du mois et tu auras la récompense que tu attends. »

Pardon ?
Il.
Se.
Fous.
De.
Ma.
Gueule.

Je le regarde pantois, mes oreilles n’en reviennent pas. La récompense que j’attends ? Comme si lui, il n’en avait pas envie de ma récompense ! J’attrape les pages qu’il me tend, je dois vérifier. En regardant les pages, je comprends qu’il dit vrai. Tout mon corps redevient mou, instantanément.

« Ploffeseuuur, vous êtrrr plus doué pour descendLe mon excitatiun que de monter »

Je ramasse ma chemise, l’attache négligemment et m’approche de lui, dans un dernier moment d’insolence. Je plonge un regard froid, frustré dans ses yeux fiers et déchire lentement les pages qu’il vient de me donner et les laisse tomber.

« Moa aulait tlès bien pu m’agenouiller… Mais moa plus avoiL envie… »

Je faisais bien évidemment allusion à des caresses buccales sur son pénis. Même si il m’avait frustré, je sentais encore un désir ardent se consumer dans mon corps.  Je le pousse contre le mur et colle mon corps au sien.

« Plouquoi vous jouer au lâche alors que ton colps avoil enviie de jouer ? » lui répliquais-je sentant son sexe dur sur mon pantalon. Je me mords la lève comme un enfant qui aurait fait une bêtise ou qui s’apprête à en faire une. Je glisse ma main sur son sexe, doucement, calmement.

« Oups » murmurais-je. Mon serpent se redresse lentement lui aussi.



© Pando
Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel Mer 3 Mai - 14:18

Cours Particulier...quelle langue sera étudiée ?



Armed With Death by The Walking Dead Game on Grooveshark


Un sourire, un sourire immense qui doit littéralement fendre mon visage en deux. Voilà ce que j'ai actuellement, à observer son visage se décomposer, son sourire disparaître littéralement alors qu'il observe les pages de pseudo-devoirs que je suis en train de lui offrir désormais. Oui, j'aime jouer à tout cela, j'aime l'attirer et le repousser, lui faire, croire que oui, dans quelques instants ma langue sera dans sa bouche, ma main sur son sexe, mais qu'importe. Il attendra. Car sincèrement, s'il y a bien une personne que j'ai envie de faire couiner comme un petit chihuahua femelle, c'est l'infirmier de Poudlard et pas ce serdaigle, même si, en effet, le faire couiner me donne plusieurs envies et fantasmes.

Alors je continue de jouer, je continue de laisser mes mains glisser sur sa peau, y laisser des sillons d'électricité, même si oui, je me rends bien compte que toute la tension accumulée dans son entrejambe et tombée... Dans ses chaussettes. Alors voilà, je l'observe, je le regarde droit dans les yeux, avec un sacré niveau d'amusement, surtout avec ces petits mors qu'il me dit, ce petit accent russe qui lui fait rouler les r et renforce mon excitation à l'idée de le faire crier sur mon bureau, mais je suis un adulte, je sais me tenir, quant au fait de lui faire descendre l'excitation...

« Je peux la faire monter également, mais quand tu auras appris tes cours. »

Mon sourire s'accentue, le jeu de l'âne et de la carotte, d'ailleurs, je me demande s'il est monté comme un âne ou si ce sera à moi de lui mettre ma carotte. Mais, ce n'est toujours pas la question. Je le laisse donc ramasser sa chemise, je l'observe, le scrute, le dévisage alors qu'il se rhabille doucement. Son choix, je ne l'obligerai à rien et en rien, mais le voir ainsi s'approcher de moi avec son air de loup arctique, j'écoute le bruit doucereux du papier qui se déchire et mon sourcil se hausse lentement, très... Lentement. Il me parle de s'agenouiller, du fait de ne plus avoir et je ris un peu.

« Qui t'as dit que je souhaitais que tu t'agenouilles Aksel ? Je souhaite que tu apprennes ce vocabulaire, pour le reste, nous verrons plus tard. »

Mon regard se fait plus sérieux, plus adulte, et même s'il vient à se coller contre moi caresser mon entrejambe, qui, je l'admets et épaisse et gonflée, je ne bouge pas. L'observant droit dans les yeux. Sachant pertinemment me retenir malgré l'envie de le jeter sur le bureau...

« Et tu penses sincèrement que ça me donne envie ? Je suis adulte, je sais tenir mes envies et tant que tu ne connaître pas le vocabulaire que tu as déchiré, tu pourras te foutre des doigts devant moi que je ne te toucherai pas. »

Je le repousse doucement, mais fermement.

« Maintenant à toi de voir si tu veux qu'on se fasse une partie de jambes en l'air ou si... Ça n'en vaut pas la chandelle... À toi d'être un peu adulte ! »

Balle au centre à lui de choisir s'il sait se tenir ou s'il n'est qu'un gamin plein d'hormones qui veut absolument baiser de suite.



Duncan
Mc Leod
Aksel
Nordgaar
© Halloween sur Never-Utopia

Invité

Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: Au diable les conventions ! Duncan/Aksel
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
Au diable les conventions ! Duncan/Aksel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Corne du Diable = Psycopathe
» L'ENFER EST SUR LA TERRE MAIS LE DIABLE EST EN AFRIQUE DU SUD !
» SI ARISTIDE EST UN DIABLE ,DUVALIER EST-IL UN DIEU ?
» ♣ FILET DU DIABLE | RPG | HP
» Yvendil ou la Sonate du Diable

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: RPs abandonnés-
Sauter vers: