AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Ce forum est l'ancienne version de DOP. Vous y trouverez les archives de TFYL avant la refonte!

FT. KTELAR - Une rencontre anodine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: Rps en attente!
MessageSujet: FT. KTELAR - Une rencontre anodine Dim 18 Déc - 2:39

Une rencontre anodine
 

Ce matin d’octobre me semble drôlement froid et inconfortable. À mon réveil, je grogne pendant quelques secondes avant de me rouler en boule dans mes couvertures, ronchonnant contre le temps qui ne cesse de se refroidir plus les journées avancent. Je n’aime pas ce temps-ci de l’année. Si je pouvais, je ferais en sorte d’accélérer le réchauffement climatique simplement pour toujours vivre en été. Bon, je sais. Ce n’est pas une chose que nous voulons, mais tout de même. Cela ferait mon plus grand bonheur de pouvoir porter des jupes au courant de l’année.

Nous sommes vendredi. C’est la journée dans la semaine que nous avons le droit de porter autre chose que cette vieille guenille d’uniforme. Ce simple fait me motive à me lever, et je m’assois sur le bord de mon lit pour ouvrir ma valise avec le bout de mes orteilles. J’y choisi une robe rouge et des collants noirs suivi d’une légère veste grise. J’enfile des souliers plus que confortable. J’observe l’heure, fronce les sourcils et force mon corps à se lever. Je dois aller en cours, même si ma volonté s’est évaporée dès que j’ai ouvert les yeux. Peut-être pourrais-je manquer mes cours aujourd’hui. Après tout, il s’agit de mon cours d’études moldus. Ce n’est pas comme si j’allais couler ce cours. Même complètement défoncée sur de la drogue, j’y parviendrais les doigts dans le nez ! Ah, peut-être que mon écriture serait un peu bafouée mais je suis certaine que j’arriverais à pondre quelque chose de raisonnable...

Cela me fait penser que je n’ai pas toucher à la drogue depuis mon retour à Poudlard. Pourquoi? Bah, il faut dire que je n’ai pas vraiment eu le temps de m’attarder à ce problème. Car oui, il s’agit d’un problème. Ne pas avoir de mari sur moi, c’est comme s’il manquait une partie de mon corps. Et puis, il faut dire qu’il y a quelque chose, j’ai entendu des rumeurs. AH! Mais de bonnes rumeurs ! D’après une conversation dans la salle commune, il semblerait y avoir un vendeur chez les serpentards. J’avais écouté attentivement, découvrant par le fait même qu’il s’agissait d’un étudiant du nom de Ketlar... Ketlar, Ktelar, K quelque chose. En dehors de cela, je n’en savais rien.

Déterminée à passer ma journée aux trousses de son ombre, je m’étire en me dirigeant vers les escaliers menant à la salle commune. Je vais manger tardivement, observant la table des serpentards avec une attention qui m’est inconnue. Je n’aime pas fraterniser avec l’ennemi. Or, ceci est une question de vie ou de mort. Ou plutôt, c’est une question de sainteté d’esprit. Je dois me procurer de la mari, ça va me permettre de m’évader quelques heures dans un monde beaucoup trop illuminé et joyeux pour être vrai. Je ne demande que quelques heures, loin de ma piètre vie et de mes cauchemars qui refusent de me quitter.

Enfin, tout cela pour dire qu’après le déjeuner, je déambule dans les corridors à la recherche d’une cape verte qui pourrait m’inspirer un doute tant qu’à son identité. Je tente de sonder les émotions autour de moi, cherchant une certaine nervosité dû aux transferts de drogue. Sans résultat. Je continue de déambuler dans les corridors de Poudlard en fredonnant pour me divertir. Je n’abandonnerai pas.

Pendant ma fouille émotive, je tombe sur une émotion en particulier qui me fait froncer les sourcils. Un mélange de sensualité et de gêne. Je m’approche de la source, découvrant un serpentard aux longs cheveux noirs qui fixe subtilement de loin l’un de ses camarades dans le couloir. Je connais celui qu’il observe. Certes, il est beau. Mais je sais aussi à quel point il peut être rabatjoie et égoïste. Je décide donc de me pencher vers l’élève en question afin de lui glisser un avertissement à l’oreille.

- Je sais que tu le trouves mignon mais je te préviens, c’est un vrai con ce type...

Je suis consciente qu’il ne pourra pas comprendre, et c’est pourquoi je recommence à marcher, satisfaite et un sourire au visage. J’adore porter la confusion dans les esprits des gens. C’est devenu une sorte de passe-temps lorsque je m’ennuis.


By Phantasmagoria


_________________
★Telle fondatrice, tels membres★
TOO CRAZY FOR U (FONDA) - AND CRAZY IN LOVE WITH U (KAIT) - Refuser d’aimer par peur de souffrir, c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.∆ northern lights et graph' par Laziel
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Capitaine de natation

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t28-kaitlyn-attention
Âge : 19 ans
Situation amoureuse : ehh, en couple je suppose?
Messages : 967
Points : 0
Patronus : Colibri
Emploi : Médiatrice, pigeon voyageur
Année : 7e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FT. KTELAR - Une rencontre anodine Dim 18 Déc - 14:58
    Journée froide, désespérante dans son inconstance automnale, aux tendances glaciaires. Les doigts déchirés par les passations fraudiaires des substances alternatives, j’effleurais et contemplais les flocons qui chutaient, sans entreprendre autrement qu’en pensée l’idée d’aller me recoucher.

    Couloirs calmes, situation étrange, en vue de la fin d’octobre.  N’arpentaient les lieux que les courageux qui étaient obstinés à se rendre en cours avant la fin de session. Halloween n’était pas loin, et j’avais conscience que certains étaient plus concentrés sur les citrouilles qui enflaient de jour en jour, en vu d’être accrochées bientôt dans la Grande-Salle, plutôt que sur les cours de métamorphose.

    Haussant les épaules, je déambulais  en silence, serrant contre ma poitrine la cape trop peu épaisse de mi-saison de l’école. J’avais des appréhensions quant à la vente d’aujourd’hui, puisque la dernière fois s’était vu résultée par une absence totale de clients. Entrepreneur nomade dans les couloirs du troisième et cinquième étage, je n’appréciais pas l’idée que mon commerce vienne à manquer de rendement financier. Un rictus étalé sur la face, je maudissais en silence la situation d’un calme trop imposant et d’une tempête qui ne venait pas. Les dépenses s’effectuaient en période de stress, quand les examens, notamment, arrivaient, et nous en étions encore loin. Mes phalanges, glissant contre le mur, émirent un chuintement. Je n’étais pas satisfait, indubitablement.

    Entrouvrant les lèvres, sur un sâcre projeté en un murmure frustré, je vins me plaquer contre un mur, les reins collés contre les façades froides d’un rebord incurvé. J’avais la possibilité de tuer mon temps d’une autre manière, assurément. Les yeux accrochant les mèches rejetées en arrière d’un éphèbe plutôt mignon, mes yeux se plissèrent, en une appréciation féline de l’instant. J’avais, par exemple, l’option d’aller flirter, et d’achever la journée, du bout des doigts, en sucrant les fragrances de morceaux de chairs que l’on m’offrirait.

    Des pensées en cascade, plus agréables et anesthésiantes que le froid environnant, venant coucher dans ma poitrine une douceur mielleuse, et dans mon ventre, un cliquetis entêtant. Une sensation sur les lèvres, quelque part entre les cuisses, et brusquement, une cassure du rythme, imposé par une tête féminine venue se placer dans mon champs de vision. Hey meuf, qu’est-ce que tu fous là ? Ses lèvres secouées par des paroles aux intonations criardes, je la fixais avec une fureur surprise, incapable de comprendre comment elle était arrivée là.

    « … Er... »

    Elle s’éloignait déjà, les cheveux quasi projetés en un hair flip fabulous qui n’aurait pas moins ajouté à son charisme de princesse. Populaire, très probablement, et mes prunelles accrochées à son dos, je la fixais partir, sans savoir réellement comment réagir. Pourquoi venais-je de me faire harponner par une gamine en talons hauts qui se la jouait chaperon ? Je levais la main, dans une torsion de hanche, mes sourcils froncés.

    « Hey, Barbie ! »

    Sérieusement.

    « C’était quoi, ça ? Tsais qu’il y a d’autres moyens de se la jouer mystérieux, quand tu appréhendes un inconnu ? Genre, heh, salut, tu fais quoi là ? Je n’ai pas saisi ton numéro, tu me la refais en revenant ici, bitte schön ? »

    Les dents crispées sur un sourire moqueur, les mains sur les hanches, il y avait dans cette confrontation le plus absolu manque de rigueur que tous les britanniques m’auraient soulevés. Mais je n’avais pas la moindre idée de comment sociabiliser les filles qui venaient me surprendre. Je remontais jusqu’à elle, en relevant le menton.

    « Donc, tu disais ? Un véritable con ? Peu importe, non, du moment où il baise bien ? »

_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FT. KTELAR - Une rencontre anodine Ven 6 Jan - 0:02

Une rencontre anodine
 

Tout bonnement, je me retourne afin de reprendre ma recherche. Après tout, je n’ai pas de temps à perdre avec les divagations d’un homme. J'ai de la drogue à me procurer! Alors que cette épisode se retrouve déjà dans un coin lointain de ma mémoire, je me sens accrochée à une corde de pêche dès qu'il ouvre la bouche. Je n'ai pas besoin de voir ses lèvres bouger pour savoir qu'il s'adresse à moi. Après tout, qui d'autre dans ce corridor aurait le potentiel de se faire surnommer barbie? Bon, je n'apprécie pas nécéssairement, mais passons à côté de ce détail. Le fait est qu'il semble particulièrement offusqué par ma remarque, ce qui me fait rire. Je m’arrête, mi- sourire au visage, et tourne mes talons en sa direction. J’ai envie de rigoler, mais je me retiens avec une once de courtoise. J'ai bien dit une once. Après tout, ce n'est pas dans ma nature. Je prends quelques instants pour observer son uniforme vert (j'aurais dû me douter qu'il réagirait, ce n'est pas un Serdaigle après tout), écoute ses paroles grinçantes en fronçant les sourcils et me rapproche à pas de loups lorsqu’il me le demande. Je garde mes yeux planqués dans les siens, piquée au vif par son commentaire direct. Étrangement, cela ne m'offusque pas. Peut-être parce que c'est le style de commentaire que je pourrais faire moi-même. Je décide donc de laisser couler sa petite crise de nerf avant d’intervenir. Après tout, je n’aime pas les enfants. Alors que je m’apprête à encaisser une autre réplique digne d’un serpentard, il me balance quelque chose qui me laisse pantoise et surprise quelques secondes.

« Donc, tu disais ? Un véritable con ? Peu importe, non, du moment où il baise bien ? »

Je ne peux retenir un léger rire qui s'échappe d'entre mes lèvres serrées, et je couvre ma bouge quelques instants pour éviter d'être bruyante. Je l’aime bien. Il me ressemble, en quelque sorte. Du moins, ses répliques sont digne de ma catégorie. Bon, je pourrais me tromper facilement. Or, les premières impressions se forment toujours dans les premières minutes d’une rencontre. Dans mon cas, ses premières impressions s'avèrent souvent vraies due à mon don... Mais oh, je ne dois pas me vanter... Même si je pourrais très bien le faire.

Je pince mes lèvres en s’approchant un peu plus, et me penche vers lui en mettant une main pour cacher ma bouche

- Ouais bah, et si je te dis qu’il baise mal?

Je me recule un peu, respire profondément et tends ma main vers lui en guise de paix.

- Allez, je m’appelle Kaitlyn White. Je m’excuse pour mon approche, mais je ne suis pas une barbie. Bien que jje vais le prendre comme un compliment. Nah, j’ai simplement un don d’empathie. J’ai senti ton attirance envers lui, et je n’ai pas été en mesure de me retenir. Il faut dire que c’est dans ma nature.


By Phantasmagoria


_________________
★Telle fondatrice, tels membres★
TOO CRAZY FOR U (FONDA) - AND CRAZY IN LOVE WITH U (KAIT) - Refuser d’aimer par peur de souffrir, c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.∆ northern lights et graph' par Laziel
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Capitaine de natation

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t28-kaitlyn-attention
Âge : 19 ans
Situation amoureuse : ehh, en couple je suppose?
Messages : 967
Points : 0
Patronus : Colibri
Emploi : Médiatrice, pigeon voyageur
Année : 7e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FT. KTELAR - Une rencontre anodine Lun 23 Jan - 19:04
    Elle relève ses lèvres en un sourire pointu, et se retourne vers Ktelar, dont les sourcils se sont froncés. Il n’est pas sûr de se sentir à l’aise face à une enfant de ce type. Lorsqu’elle revient vers lui, un instinct de rapace, en lui, lui donne envie de reculer, et de s’envoler hors de portée de ce regard trop maquillé. Il n’est pas sûr d’apprécier qu’une gamine en talons aiguilles vienne lui balancer des vérités sexualisées. Ktelar inspire, et la fille sourit.

    - Ouais bah, et si je te dis qu’il baise mal?

    Les prunelles de Ktelar sont dardées sur elle. Est-ce qu’elle se fiche de lui ? Les lèvres remontées sur les dents, en un sourire prédateur, il la fixe en silence, en essayant de deviner. Est-ce qu’elle est devin, pute, ou journaliste ? Son sang, dans ses veines, se glace, et sous son esprit, dans des vagues retorses qui viennent submerger les rouages de sa paranoïa distinguée, il positionne sur elle une méfiance suspecte. L’étiquette « à surveiller, superficiellement » ne s’impose que lorsqu’elle offre sa réponse.

    - Allez, je m’appelle Kaitlyn White. Je m’excuse pour mon approche, mais je ne suis pas une barbie. Bien que jje vais le prendre comme un compliment. Nah, j’ai simplement un don d’empathie. J’ai senti ton attirance envers lui, et je n’ai pas été en mesure de me retenir. Il faut dire que c’est dans ma nature. 

    A surveiller. Devinputejournaliste. Les canines dévoilées, sur un sourire furieux, Ktelar attrape, du bout des doigts, les phalanges qu’on lui présente, et vient soulever la main, à la hauteur de sa bouche. Déposant un baiser sur la peau de la fille, près du poignet, il ne lâche par sa main avant quelques secondes.

    « Tu as surtout l’air d’être quelqu’un qui te mêle de tout, hein ? Est-ce que tu fais ça souvent, t’approcher des gens en mode « Je peux lire dans ton esprit, sois impressionné » ? ça me donne surtout envie de te découper. »

    Il relâche doucement sa main, un sourire raffiné prenant place sur ses traits, remplaçant l’expression irritée qu’il arborait jusque là. La fille est délicate, il ne veut pas vraiment la tuer. Ce ne serait pas du jeu, et il n’a assurément pas le temps qu’il veut, pour effectuer ce genre de hobby.

    « En tous. Petits. Morceaux. »

    Son anglais, chuinté comme un sifflement entre ses dents, s’envole, et disparaît rapidement, remplacé par un silence qu’il étouffe avec le sourire. Autant appréhender les choses sous leurs bons côtés. Par exemple, il s’est trouvé un radar humain, et l’information est toujours bonne à prendre.

    « Si j’avais un don, je le cacherais. En temps de guerre, il vaut mieux savoir garder pour soi certaines choses. Ici, tu ne crains rien, mais si tu étais soumise à un climat de peur, tu ne t’afficherais pas comme ça, Kaitlyn White. A moins que tu ne sois un peu suicidaire. »

    Il vient croiser les bras, et ses yeux se plissent, doucement. Malgré lui, il est intéressé.

    « Mais ça reste fun, comme pouvoir. Comment ça marche ? C’est un héritage génétique ? »


_________________


« Souriez, vous êtes filmés. »
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Almighty me

Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 53
Points : -20
Patronus : Euh. Cherchez moi ? Ich bin perdu.
Emploi : Dealer professionnel de la Ste-Ecole-Poudlard. Attesté par 100% de convaincus. Les autres sont morts.
Année : VII
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FT. KTELAR - Une rencontre anodine Mer 8 Fév - 0:17

Une rencontre anodine
 

En lui tendant ma main, je ne me serais pas douté qu’il porte celle-ci à sa bouche. Ce fait me laisse la trace d’un sourire taquin au visage, et je l’obverse déposer un léger baiser sur mon poignet. J’ai fermé mon esprit afin d’avoir une conversation normale avec ce jeune homme, mais son comportement me donne envie de le comprendre. Et le comprendre pour moi, c’est principalement en utilisant mon don. Or, son commentaire semble en parfaite contradiction avec son geste, et je dois me retenir de toutes des forces afin de me pas ouvrir mon don à son esprit. Je crois avoir saisi quelle sorte de personne il est, mais je pourrais me montrer. Un parfait Serpentard, sadique à souhait qui plus est. Peut-être que dans un univers parallèle, j’aurais été son sosie. Or, j’ai un tant soit peu de compassion. Je crois. Du moins, c’est ce qu’il laisse paraitre avec ce genre d’attitude. Froide. Distante. Directe. Il lâche ma main au moment qu’une réplique sort de mes belles lèvres apparemment trop maquillées pour ce joli visage en face de moi.

- Et ta façon de faire les choses me donne envie de découper ton esprit…

Car oui, c’est principalement ce que je fais avec ce don. Je décortique les émotions afin d’en faire des déductions et trouver des solutions. Dans un sens, on pourrait dire que c’est une façon de découper l’information reçue par mon cerveau en pièces de casse-tête. Parlant de morceaux… Je ne sais pas si c’est son accent qui ajoute une certaine dangerosité à ce qu’il dit. À quel point est-il sérieux? Seul l’avenir pourra me le dire. Je fronce les sourcils, légèrement irritée par son rire cassant. Je craque mon cou en le regardant, croisant mes bras et m’approchant un peu plus de lui. Il m’intrigue autant qu’il me laisse indifférente à ses propos. J’ai vu pire comme réplique. Peut-être pas avec la même sincérité que lui mais c’était tout de même des menaces réelles. Après tout, j’ai fui un des plus gros réseaux de prostitution en Angleterre. Bien entendu que je m’y connais en menaces. Mais est-ce que s’en est réellement? Je ne pourrais dire.  

- On ait en guerre présentement? Et qu'est-ce qui te dit que je ne suis pas suicidaire?On ne peut pas vivre toujours sur la défensif, sinon la vie serait bien morose...

Autant être francs. Avec la vie merdique que j’ai, rien ne me retient sur cette Terre. Autant vivre ma vie dangereusement que mourir lassée par une vie fade et simpliste. Or, je me questionne tout de même. Oui, pourquoi suis-je enclin à foncer droit vers le danger? Danger… Est-ce vraiment un danger alors que ce don est une composante de ma vie? Je ne pourrais m’imaginer sans lui, et c’est peut-être pourquoi cela me semble naturel d’en parler. Non pour me vanter, bien que j’aime les regards intéressés autour de moi. Fondamentalement, ce n’est pas ce qui me pousse à agir à chaque fois. J’ai une âme de sauveur, que voulez-vous!

- Mais pour te répondre, un don d’empathie ne serait pas réellement utile en temps de guerre. Ma seule utilité serait de pouvoir détecter les mensonges… Et encore là, c’est plutôt par déduction que grâce à mon don… Mais tu me sembles plutôt septique pour quelqu’un de ton âge… À moins que tu caches quelque chose de bien plus profond que tu ne le laisses paraitre…


Oui, cela expliquerait ses pensées défensives. Et s’il était un meurtrier exilé de son pays caché sous la peau d’un jeune homme grâce à du polynectar? Bah quoi, on a tout vu dans le monde magique, non? Je prends cependant certaines distances psychologiques afin de créer une barrière contre d’éventuelles attaques en ce genre. Bien que je semble ignorer ses commentaires, ils ont germé un doute dans mon esprit. Pour une rare fois, j’ai une certaine crainte à utiliser mon don. Et s’il était parfaitement sérieux? Et surtout, pourquoi lui ai-je autant parler de mon don? Cela me fait réaliser qu’il a évité de se présenter, ce qui m’irrite légèrement. Ainsi, je laisse son questionnement en suspens.

- Et tu vas me dire que tu n’as pas d’identité? C’est quoi ton nom, corbeau?


By Phantasmagoria


_________________
★Telle fondatrice, tels membres★
TOO CRAZY FOR U (FONDA) - AND CRAZY IN LOVE WITH U (KAIT) - Refuser d’aimer par peur de souffrir, c’est comme refuser de vivre par peur de mourir.∆ northern lights et graph' par Laziel
avatar

En savoir plus
Mes RPS en cours:
Informations supplémentaires:
Capitaine de natation

Voir le profil de l'utilisateur http://twentyfouryearslater.forumactif.com/t28-kaitlyn-attention
Âge : 19 ans
Situation amoureuse : ehh, en couple je suppose?
Messages : 967
Points : 0
Patronus : Colibri
Emploi : Médiatrice, pigeon voyageur
Année : 7e
Revenir en haut Aller en bas
MessageSujet: Re: FT. KTELAR - Une rencontre anodine
Contenu sponsorisé

Revenir en haut Aller en bas
FT. KTELAR - Une rencontre anodine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Un livre, une discussion anodine [Pv Katerina]
» Une blessure anodine pendant un simple partie de chasse |Destin ♥
» Ceci n'est pas une discussion anodine [PV Danae]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Twenty-four years later :: Archives de TFYL :: Archives de rps sur TFYL :: Rps en attente!-
Sauter vers: